Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 03 mars |
Saint Guénolé
home iconActualités
line break icon

Chine. Qu’est-il arrivé à Mgr Shi ?

Ucanews

Eglises d'Asie - Publié le 20/02/15

Entre doutes et rumeurs, le mystère autour de la mort présumée en prison de Mgr Shi Enxiang, l'évêque clandestin du Hebei, s'épaissit. Les catholiques dénoncent le silence inhumain des autorités.

Mgr Shi Enxiang est-il réellement décédé en prison, et surtout les autorités chinoises ont-elles bien déclaré à la famille de celui-ci que son corps lui serait restitué ? Les réponses à ces questions tardent à venir et les rumeurs prennent progressivement le pas sur les quelques bribes d’informations qui avaient pu être glanées par les médias et les proches de l’évêque clandestin emprisonné (Aleteia).

Plus encore que le comportement plutôt inhabituel d’un gouvernement qui n’avoue généralement pas détenir des prisonniers « pour raisons religieuses », n’a pas pour politique de prévenir de leur décès et encore plus rarement de proposer de restituer leur dépouille, les doutes les plus sérieux concernant « le mystère Shi » semblent indiquer qu’un malentendu aurait pu être à l’origine de l’annonce du « retour des restes » de l’évêque clandestin du Hebei.

Détenu au secret depuis 2001

Samedi 31 janvier, les proches de Mgr Shi Enxiang, détenu au secret par les autorités chinoises depuis 2001, et dont l’on demeurait sans nouvelles, annonçaient que la dépouille de l’évêque de Yixian devait leur être restituée prochainement. L’information provenait de sa petite-nièce Shi Chunyan, 42 ans, après un coup de téléphone par lequel, disait-elle, on lui avait annoncé que le corps de son grand-oncle allait être rendu à ses proches le 1er février prochain.

La nouvelle du décès en captivité de Mgr Shi, à l’âge de 94 ans, se répandait dès lors comme une traînée de poudre, décuplée par les réseaux sociaux, en particulier par Weibo, l’équivalent en Chine de Twitter où les témoignages et les commentaires concernant « l’évêque martyr » se multipliaient en quelques heures.

Mais les jours passant et le corps – ou les cendres – de Mgr Shi n’étant toujours pas restitués à sa famille, celle-ci contactait à plusieurs reprises les autorités locales, lesquelles auraient alors répondu que le fonctionnaire leur ayant annoncé le décès était soit « ivre », soit « mal informé », comme le rapportait l’agence d’information catholique Ucanews. Parallèlement à ces efforts entrepris par la famille afin de recueillir des informations auprès des fonctionnaires de l’État, différentes rumeurs commençaient à circuler, en grande majorité sur les réseaux sociaux, faisant état du décès de Mgr Shi qui remonterait à deux ou trois ans déjà.

« Il semble de plus en plus vraisemblable que la version suivante qui circule sur le Web – et dont nous avons eu confirmation orale – soit la vraie ; un prêtre aurait téléphoné à la petite nièce de l’évêque, mais la communication était très mauvaise », rapporte à Églises d’Asie une source ecclésiastique à Hongkong, qui témoigne sous le couvert de l’anonymat. « Celle-ci a compris qu’il parlait de Mgr Shi et a cru qu’il annonçait que le gouvernement allait restituer le corps sous peu, puis la communication a coupé. La petite-nièce a immédiatement appelé ses parents pour les informer, et sans vérifier, les parents ont informé l’administrateur, qui sans vérifier lui non plus, a déclenché toute la machine diocésaine, ainsi que la diffusion des informations pour la presse … »

Des disparitions destinées à effrayer la population

Mais qu’il s’agisse d’une rumeur ou d’un malentendu, nul ne peut dire à l’heure actuelle ce qu’est devenu l’évêque clandestin. Décidée à briser cette incertitude, la communauté catholique de Hong-Kong s’est mobilisée pour faire pression sur Pékin et obtenir des réponses.

« Le gouvernement chinois pense que les disparitions forcées effrayent la population et donc maintiennent la stabilité de la société par la peur, mais tout au contraire, cette façon de faire ne peut que conduire à la déstabilisation et à la barbarie »,

  • 1
  • 2
Tags:
chinepersécutions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christine Pellen
GPA : mère génétique de 10 enfants, elle ne compte pas s’arrêter ...
2
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
3
Anne Bernet
Les 110 innocents des Lucs-sur-Boulogne, le plus horrible massacr...
4
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
5
LIBBY OSGOOD
Sandra Ferrer
Libby, la scientifique de haut-vol de la NASA devenue religieuse
6
cathédrale de Nice
Bérengère Dommaigné
Soulagement à Nice et Dunkerque, les messes sont autorisées
7
Rachel Molinatti
TikTok : le calcul « hallucinant » du père Matthieu
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement