Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconAu quotidien
line break icon

Témoignage. « J’ai 18 enfants. Et je suis d’accord avec le pape François »

© Familia Postigo Pich

Miriam Diez Bosch - Publié le 17/02/15

« Personne ne s’immisce dans le lit de papa et maman », assure Rosa Pich. Ni la belle-mère, ni la mère, ni le prêtre.

Quand le Pape a fait allusion aux lapins, Rosa Pich-Aguilera Roca n’a pas sourcillé. Pour elle, ce qui importe, c’est la paternité responsable ; la mère de famille considère que les propos de François ont été mal interprétés et elle se sent totalement en phase avec le Saint-Père et se voit comme une mère responsable. Dans le lit de papa et maman, personne ne tient la chandelle, décrète avec assurance Rosa. Décider d’avoir ou ne pas avoir d’enfants, c’est l’affaire du couple seul et de personne d’autre, proclame-t-elle.

Rosa est mère de 18 enfants, dont trois sont décédés. À 24 ans, et après avoir enterré deux enfants, Postigo, son mari, et elle-même ont choisi de dire oui à la vie et c’est ce qui les a menés jusqu’à aujourd’hui. Ils sont la plus grande famille en Europe ayant des enfants scolarisés.

Rosa Pich ouvre à Aleteia la porte de sa maison, dans laquelle elle a aménagé un bureau – elle travaille à mi-temps dans une entreprise de marketing – et se confie sur le sens de sa vie. Pour elle, son mari passe avant tout. Voici son histoire qu’elle a racontée dans un livre, Comment être heureuse avec 1, 2, 3 enfants, déjà traduit en espagnol, portugais, tchèque, slovaque et lituanien ; l’ouvrage est en cours de traduction en chinois, en anglais et dans d’autres langues.

Aleteia : Question obligée ! Avec 18 enfants, le travail et les amis, comment faites-vous?
Rosa Pich :
 En le faisant ! Le problème de la société, c’est que l’on nous enseigne à être de bons professionnels, mais pas comment vivre en famille. Il y a de jeunes couples mariés qui, dès le premier enfant, discutent pour savoir qui va se lever, ne dorment pas, instaurent une mauvaise ambiance… Je me suis rendu compte que l’on peut expliquer comment être heureux avec un seul comme avec plusieurs enfants. C’est ce que j’ai voulu mettre par écrit et en allant partout où l’on nous sollicite pour en parler. De retour de Lituanie, nous nous rendons bientôt en Croatie. Je veux prouver qu’il est possible d’avoir plusieurs enfants et de bien s’amuser ; le secret est de profiter de chaque jour comme il se présente, d’accepter de changer sa façon d’être. En ce qui me concerne, il ne s’agit pas de mots en l’air, mais d’une méthodologie basée sur des faits réels. C’est possible. Je le vis. Et en plus, je suis heureuse.

En effet, je ne vous demande pas si vous êtes heureuse, cela se voit.
C’est qu’être heureux en famille, c’est merveilleux.

Tout n’est pas pour autant facile. Vous avez perdu trois enfants.
La vie n’est facile pour personne, nous sommes heureux malgré nos malheurs, mais le message que nous voulons faire passer est qu’on peut aller de l’avant. Nos enfants veulent se marier et avoir une famille nombreuse. Nous leur donnons des armes pour que, quand viendront les difficultés, ils aillent de l’avant. Et nous imposons des limites, nous n’attendons pas de leur dire non quand ils sont adolescents, mais dès le premier instant, année après année. Et vous savez quoi ? Ils nous en savent gré et les autres enfants veulent être leurs amis parce qu’ils voient qu’ils sont généreux, serviables… Oui, nous avons souffert, mais la souffrance vous humanise ; elle vous met en situation d’écouter, de vous mettre dans la peau de l’autre. Nous devons pleurer avec nos amis quand ils connaissent des problèmes. Les gens sont froids et nous ne pouvons pas éduquer nos enfants dans cette froideur, nous ne voulons pas qu’ils soient ainsi.

Avez-vous le temps de prier ?
Dieu nous a donné l’intelligence pour penser et le matin nous pensons à Dieu. Ceux qui prient s’organisent différemment. Je pense d’emblée à la manière dont je peux aider mon mari. Et ensuite nos enfants, notre famille, nos amis… Nous devons penser aux personnes qui nous entourent. Il ne s’agit pas d’être dans mille associations et ensuite négliger les nôtres.

  • 1
  • 2
Tags:
EnfantsFamillePape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
5
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
6
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
7
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement