Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 25 février |
Saint Modeste
home iconActualités
line break icon

La France au bord de la crise de nerfs ethnico-religieuse

Paul Malo / Aleteia

Charlie Hebdo Nation

Atlantico - Publié le 17/02/15

Atlantico avance les raisons — et ceux — qui nous ont amenés là...

Le contexte socio-économique 

Guylain Chevrier : La première cause des inégalités est le manque d’emplois, une situation chronique face à laquelle on recherche des coupables. Certains désignent les discriminations, mettant en accusation toute la société, pour rabattre des inégalités sociales sur le versant d’exclusions selon la religion. Certains représentants de l’islam ou des associations dites représentatives des jeunes de banlieues, n’hésitent pas à développer ce thème, mais aussi l’Observatoire national de la laïcité, ce qui est plus que troublant ! Rappelons que selon les chiffres de la HALDE et du Défenseur des droits, la discrimination selon la religion est de 2,2%, donc non significative au regard des exclusions, le premier critère de discrimination étant le handicap.

On détourne ainsi une colère sociale dans le sens du rejet de la société, de la République et de ses valeurs, dont l’égalité, pour justifier l’enfermement communautaire voire une violence contre les autres, ainsi légitimée, jusque par certains religieux qui y voient un effet d’aubaine à leur discours radical. À l’inverse, on trouve dans une population du cru, d’origine européenne, un sentiment d’abandon face à un discours officiel qui parle de la banlieue en interpellant la société à propos d’un apartheid social et ethnique qu’elle connaîtrait, qui entend donner de la visibilité à des « minorités visibles » issues de l’immigration que l’on aurait oubliées.

Ceux qui ne font pas partie de ces dernières, Français appartenant à la population majoritaire vivant dans ces banlieues, exclus socialement et politiquement par ce discours où ils n’existent pas, peuvent être très réceptifs à un autre discours faisant des autres, de ceux venus d’ailleurs, par renversement, les responsables du mal. Là aussi autrement, l’on détourne de la colère sociale vers la division, et un nationalisme dangereux qui oppose et exclut. La moyenne de la pauvreté dans les espaces ruraux, qui concernent 20% de la population française (quasiment jamais mentionnée par les politiques ou les médias), est très au-dessus de la moyenne nationale. Comment ne pas voir que dans les espaces ruraux où on vote de façon importante FN, là où il y a peu d’immigrés et où la crise fait rage, c’est encore cette situation d’abandon qui conduit à ce vote ?

Dans ce contexte de recherche de boucs émissaires, l’on désigne aussi le juif à l’aune du fantasme qui en ferait un synonyme de riche, comme responsable de tous les maux sur le mode du mythe du complot. Ceci est d’autant plus sensible, que les juifs ont historiquement toujours considéré la République comme les protégeant en en revendiquant l’appartenance, contrairement à des jeunes des cités égarés choisissant l’islam comme refuge, vécu comme opposé à celle-ci. Plus encore, les juifs peuvent être montrés du doigt, du fait du soutien de l’Amérique à Israël, comme du côté de l’impérialisme américain, symbole des pays occidentaux riches dominateurs des autres, les mettant doublement dans le viseur.

Roland Hureaux : Le contexte socio-économique rend certes beaucoup plus difficile l’intégration des jeunes musulmans issus de l’immigration, comme d’autres. Et c’est fort regrettable. Mais il n’y a pas de lien direct avec les incidents récents. En 1962, il y avait dix fois moins de musulmans en France, et mieux intégrés, mais certains, à l’instigation du FLN, commettaient des attentats en France, plus nombreux que ceux d’aujourd’hui – l’OAS aussi d’ailleurs.

Quel que soit le contexte économique ou démographique, vous n’empêcherez jamais qu’il y ait trois fanatiques, comme au matin du 7 janvier, pour se venger de ce qu’ils considèrent comme des blasphèmes ou comme une atteinte à la dignité de leur communauté. Lire la suite sur Atlantico

Tags:
religions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Le pape François accepte la renonciation du cardinal Sarah
2
NEWBORN,
Mathilde de Robien
Dix prénoms originaux dérivés de Joseph
3
Eglise Saint-Omer de Verchin (Pas-de-Calais)
Elisabeth Bonnefoi
Les clochers tors, erreur de calcul ou œuvre du diable ?
4
ANMOL RODRIGUEZ
Ewa Rejman
Défigurée à l’acide, mannequin, Anmol livre une fabuleuse l...
5
Les moines bénédictins
Père Christian Venard
Une nouvelle abbaye bénédictine en France !
6
Domitille Farret d'Astiès
La conversion renversante de David Ellefson, star du métal
7
Domitille Farret d'Astiès
Témoignages : heureux comme un scout !
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement