Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

OPINION. La crise du mariage est plus grave que celle de l’économie !

Albert-Palmer-CC
Partager

Les Français ont peur du chômage et du terrorisme. Ils devraient s’effrayer davantage de la chute des mariages : jamais leur nombre n’a été aussi bas en France depuis la guerre.

 

Pourtant, si les temps changent, la nature humaine reste toujours la même. « Modernité » ou pas, chacun aspire aujourd’hui comme hier à être comblé par un amour total et sans réserve, qui donne toute sa place au sentiment et à la sexualité, à la liberté et à la fidélité, et aussi à une intimité apte à s’ouvrir à la vie et à la société. Cette aspiration est sans doute plus forte que jamais mais, à cause de tous les drames intimes qui minent notre société, jusqu’au flou sur l’identité sexuelle, elle paraît irréalisable. On n’ose plus croire à la possibilité d’une alliance harmonieuse et durable entre un homme et une femme.

La responsabilité des chrétiens face à la rupture d’alliance

« Alliance », c’est un mot biblique, un mot chrétien. C’est le chemin de l’alliance que notre société « postchrétienne » a perdu : la crise de la foi est à la racine de la crise du mariage et de la famille. C’est donc aux chrétiens de relever ce défi en étant là aussi, là d’abord, des précurseurs, « sel de la terre » et « lumière du monde ».  Aux chrétiens de donner l’exemple d’un engagement total et sans réserve dans le mariage sacramentel ou dans le célibat, selon la vocation de chacun. Aux couples chrétiens de montrer qu’on ne se marie pas seulement « parce qu’on s’aime », mais « pour s’aimer », à travers les petites choses de la vie quotidienne, les attentions, les efforts, les sacrifices, les pardons échangés, autant que par les plaisirs partagés. Aux chrétiens de grandir dans une lucidité beaucoup plus aiguë qu’autrefois sur les enjeux de l’amour humain, mais avant tout dans une confiance totale envers le projet divin : « homme et femme, Il les créa ».

Face à cette rupture d’alliance, notre responsabilité est immense mais elle n’a rien d’écrasant sitôt que nous nous mettons au cœur de l’Alliance : avec foi, c’est-à-dire en toute confiance, entre les mains de Dieu.

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]