Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Inde. Une manifestation contre les attaques antichrétiennes violemment réprimée

Eglises d'Asie
Partager

Suite à la recrudescence des attaques antichrétiennes perpétrées par les hindouistes, une manifestation pacifique, tenue le 5 février à New Delhi, a été sévèrement réprimée par les forces de l’ordre.

Des églises saccagées et profanées

Lors de cette rencontre, les représentants de la communauté chrétienne se sont également plaints de ce que la police n’avait cessé de minimiser la gravité des attaques d’églises, y compris celles qui s’étaient produites à New Delhi ces deux derniers mois. Au sujet de la dernière en date, celle de l’église Sainte-Alphonsa, vandalisée le lundi 2 février, les policiers s’étaient ainsi contentés de parler de tentative de vol. Le ministre de l’Intérieur s’est engagé aujourd’hui à requalifier l’incident en « incitation à la violence communautariste ».

Une déclaration symbolique mais nécessaire, estime John Dayal, secrétaire général du All India Christian Council et membre du Conseil pour l’intégration nationale au sein du gouvernement indien. « Le dernier acte de vandalisme à Sainte-Alphonsa(1) était très inquiétant, a-t-il commenté. Rien de ce qui avait une quelconque valeur marchande n’a été touché, mais les assaillants avaient délibérément vandalisé l’autel et profané les hosties. »

Ces actes antichrétiens commis à Delhi ne sont cependant qu’une infime partie des violences perpétrées par les hindouistes du Sangh Parivar dans le pays, ont rappelé les leaders chrétiens lors de la manifestation de ce matin.

Les évêques « consternés par le silence du gouvernement »

Il y a quelques jours seulement, le cardinal Oswald Gracias, archevêque de Bombay, s’était inquiété publiquement de l’absence de réaction des pouvoirs publics au sujet des campagnes de « gahr wapsi » (« retour à la maison »), ces conversions de masse menées par les hindouistes auprès des communautés chrétiennes et musulmanes pauvres, lesquelles ont culminé à Noël dernier. « Je crains que le silence du gouvernement, quant à la participation active de ses membres et de ses députés à ces actions communautaristes, signifie qu’il soutient cette politique », a t-il confié le 1er février dernier au Times of India. « Les délégations de l’Église qui ont rencontré le Premier ministre pour l’entretenir de ces questions ne sont d’ailleurs pas revenues rassurées quant à l’avenir », a-t-il ajouté.

Le 3 février, au lendemain de l’attaque de l’église Sainte-Alphonsa, le nonce apostolique en Inde, Mgr Salvatore Pennachio, est à son tour sorti du silence pour appeler la communauté chrétienne à ne pas céder à la panique, mais également pour l’inciter à poursuivre son combat contre les discriminations et la promotion du dialogue. Le représentant du Saint-Siège a incité les 140 évêques indiens, réunis en assemblée plénière à Bangalore, « à lutter contre toutes les formes d’injustices et à agir pour que tous les fidèles aient les mêmes droits et les mêmes chances ».

La commission « Justice, paix et développement » de la Conférence des évêques catholiques de l’Inde (CBCI) s’est dite quant à elle « consternée par le silence du gouvernement », n’ayant jamais reçu de réponse à sa lettre adressée fin janvier au Premier ministre Narendra Modi, l’appelant à préserver « la nature laïque de la Constitution indienne » ainsi qu’à réagir face à l’augmentation des violences exercées à l’encontre des minorités religieuses. La protection des chrétiens et autres minorités est d’autant plus urgente que des élections locales sont prévues le 7 février (…).
 
De l’agence d’information des Missions Étrangères de Paris (MEP), Églises d’Asie (eda/msb).

Légende photo : La police réprime la manifestation dénonçant les attaques antichrétiennes, 5 février 2015.
 

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]