Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Savez-vous ce qu’est devenue la petite fille de cette photo ?

AFP PHOTO / JIJI PRESS
Vietnamese-Canadian Phan Thi Kim Phuc delivers her speech before her June 8, 1972 Pulitzer-Prize-winning photograph during the Vietnam war, during a lecture meeting in Nagoya, Aichi prefecture on April 13, 2013. Kim Phuc met with some 300 spectators in her first visit to Japan. AFP PHOTO / JIJI PRESS
Partager

Découvrez le témoignage de la petite fille de Saïgon, devenue le symbole des horreurs de la guerre du Vietnam.

Elle nous dérange, elle nous bouleverse. Elle est pour beaucoup le symbole des horreurs de la guerre du  Vietnam. Devenue une ambassadrice de la paix, la « fille de la photo », toujours vivante, témoigne aujourd’hui.

Le 8 juin 1972, un pilote de l’armée sud-vietnamienne, prenant par erreur un groupe de civils pour des troupes ennemies, bombarde le village de Trang Bang, au Sud-Vietnam. Les bombes contenaient du napalm, un combustible hautement inflammable, qui tue ou brûle gravement celles et ceux qui se trouvaient là.

Cette photo emblématique en noir et blanc, qui saisit des enfants fuyant un village transformé en brasier,  a remporté le prix Pulitzer et été sélectionnée comme « photo de l’année » lors du concours World Press Photo of the Year en 1972. Elle est devenue le symbole des horreurs de la guerre du Vietnam, de la cruauté de toutes les guerres sur les enfants et les victimes civiles.

Au centre de cette photo, une petite fille qui court toute nue, en pleurs, ses vêtements ayant pris feu. Elle s’appelle Kim Phuc Phan Thi. À ce moment-là, elle participait  avec sa famille à une cérémonie religieuse dans une pagode.

Elle est récemment intervenue, à l’occasion du 40e  anniversaire  du bombardement, et a raconté qu’après cet événement elle s’est effondrée sur le sol, secourue par le photographe Nick Ut, qui l’a amenée à l’hôpital. Hospitalisée pendant 14 mois, elle a subi au total 17 interventions chirurgicales, des greffes de peau. « Je voulais mourir ce jour-là, avec ma famille, se souvient-elle, il était difficile pour moi de porter toute cette haine, cette colère. »

Une fondation internationale

Malgré les profondes cicatrices sur son corps, elle poursuit des études de médecine et, durant la deuxième année d’université à Saïgon, découvre le Nouveau Testament dans la bibliothèque de l’université. Elle commence à le lire, s’engage à suivre Jésus-Christ et réalise que Dieu avait un plan pour sa vie. Avec son mari, également vietnamien, elle fonde en 1997 la première Fondation internationale Kim aux États-Unis, dans le but de fournir une assistance médicale et psychologique aux enfants victimes de la guerre. Peu à peu, le projet se répand et d’autres centres sont créés.


La conversion et la force de pardonner

C’est surtout sa conversion chrétienne qui lui a donné la force de pardonner. Aujourd’hui Kim Phuc a 50 ans et vit près de Toronto (Canada), avec son mari et ses deux fils, Thomas et Stephen. Elle a consacré sa vie à la promotion de la paix, fournissant un soutien médical et psychologique aux victimes de la guerre dans différents pays : Ouganda, Timor oriental, Roumanie, Tadjikistan, Kenya, Ghana et Afghanistan. « ​Le pardon m’a libéré de la haine, écrit-elle dans sa biographie, The Girl in the Picture (La fille de la photo). J’ai encore beaucoup de cicatrices sur mon corps et des douleurs intenses quasiment tous les jours, mais mon cœur est purifié. Le napalm est très puissant, mais la foi, le pardon et l’amour sont beaucoup plus forts. Nous n’aurions plus jamais la guerre si tout le monde apprenait à vivre avec le véritable amour, l’espoir et le pardon. Si la "fille de la photo" a pu le faire, demandez-vous : "Ne puis-je le faire, moi aussi ?". »

Adapté de l’italien par Élisabeth de Lavigne


 

Tags:
guerre
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]