Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’État islamique, ennemi mondial n°1

AFP PHOTO/STR
Supporters and family members of Jordanian pilot First Lieutenant Maaz al-Kassasbeh, 26-year-old, say prayers following his reported killing, at the Karak tribal gathering chamber or Diwan, in the Jordanian capital Amman on February 3, 2015. The Islamic State group released a video purportedly showing the Jordanian pilot being burned alive in a cage, in the jihadists' most brutal execution yet of a foreign hostage. Kassasbeh, who hails from a town near Karak, was captured on December 24 2014, after his F-16 jet crashed during a mission over northern Syria as part of the US-led campaign against the jihadists. Jordan will execute on February 4, 2015, an Iraqi woman Sajida al-Rishawi on death row over a failed bombing after having vowed to avenge the murder of a Jordanian pilot by Islamic State jihadists, an official said. AFP PHOTO/STR
Partager

Après le Japon, la Jordanie : la liste des pays vent debout contre « Daech » après la mort horrible infligée à leurs ressortissants par les islamistes, s’allonge chaque jour. Une stratégie suicidaire.

Le pseudo État islamique s’enfonce dans l’horreur : après les décapitations/égorgements de deux otages japonais, c’est un jeune pilote jordanien qui a été brûlé vif ! L’exécution du malheureux placé dans une cage a été comme d’habitude filmée, provoquant naturellement dégoût et haine dans le monde entier. Le Japon, fraîchement meurtri par le double meurtre de deux journalistes, a aussitôt fait part de son soutien et de sa solidarité avec la Jordanie.

En Jordanie comme au Japon, on ne pardonne pas

Pour ces deux pays, pas question de pardonner : la Jordanie a répondu au meurtre de son pilote par l’exécution des deux djihadistes dont l’EI réclamait la libération : deux Irakiens, une femme condamnée à mort en septembre 2006 pour sa participation à des attentats qui avaient fait 60 morts, en 2005, à Amman, la capitale jordanienne, et un responsable d’Al-Qaïda (Le Parisien). « L’EI avait proposé d’échanger cette femme djihadiste contre le deuxième otage japonais, le journaliste Kenji Goto, mais a finalement annoncé en fin de semaine dernière l’avoir décapité, un acte qui a aussi horrifié le monde, tout comme l’exécution d’un autre Japonais, Haruna Yukawa, une semaine plus tôt » (20 minutes). Les deux condamnés à mort ont été pendus à l’aube de ce 4 février.

Avant les deux Japonais et le pilote jordanien, l’EI avait revendiqué depuis la mi-août l’exécution de cinq otages occidentaux, tous enlevés en Syrie : les deux journalistes américains, James Foley et Steven Sotloff, ainsi qu’un troisième Américain, l’humanitaire Peter Kassig, et deux humanitaires britanniques, David Haines et Alan Henning.

Le traitement infligé à ces huit otages marque davantage la communauté internationale que les milliers de victimes syriennes ou irakiennes de « Daech » : leur sort a tenu leurs pays et la communauté internationale en haleine, on connaît leurs noms, leurs visages, leurs proches ont témoigné… Or les exécutions (pour s’en tenir à elles) perpétrées par l’autoproclamé État islamique depuis l’annonce de son « califat » le 28 juin se monteraient à 2 000 selon L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) (Aleteia).

Un défi lancé au monde entier

Le Premier ministre japonais a qualifié l’exécution du pilote jordanien d’« ignoble et impardonnable » et les 15 pays membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont condamné un « acte haineux et lâche ». Après avoir une nouvelle fois stigmatisé « la barbarie » des djihadistes, le président américain a reçu le roi Abdallah II de Jordanie à la Maison-Blanche : « Le président et le roi Abdallah ont réaffirmé que l’abominable meurtre de ce courageux Jordanien ne servira qu’à renforcer la détermination de la communauté internationale à détruire l’EI », a résumé le porte-parole à l’issue de la rencontre. « La France et la Jordanie continueront d’agir ensemble contre les terroristes et pour la paix au Moyen-Orient », a déclaré pour sa part François Hollande. « L‘État islamique a par ailleurs proféré de nouvelles menaces contre la France en affirmant avoir des milliers de partisans dans ce pays prêts à mener des attaques, dans une nouvelle vidéo diffusée mardi sur des forums islamistes » (Le Figaro).

Cette escalade dans l’horreur de l’État islamique dans un défi lancé au monde entier n’est pas sans rappeler celle des nazis décrétant la « guerre totale » alors que l’étau se resserrait contre eux. 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]