Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 22 septembre |
Saint Maurice
home iconActualités
line break icon

Les prêtres bientôt interdits de Facebook ?

© DR

John Burger - Publié le 03/02/15

Qu'on se le dise : le seul « Père » que reconnaisse le plus célèbre des réseaux sociaux est apparemment Mark Zuckerberg...

Incroyable mais vrai : des prêtres se sont vu menacés de perdre leur compte pour s’être fait appeler « Père » sur le célèbre réseau social… Le père Peter West est prêtre depuis près de 25 ans. Mais cette semaine il est redevenu Peter West, tout simplement. Du moins sur  Facebook.

Le père West, si nous pouvons encore l’appeler ainsi, raconte qu’il a voulu accéder à son compte il y a quelques jours de cela, et qu’il a été bloqué parce que son nom d’utilisateur incluait  le titre de « Père ». On le savait déjà : la chasse aux pseudonymes et aux comptes anonymes est ouverte sur Facebook. Cela fait aussi un certain temps que le réseau social a choisi d’adopter une politique restrictive à l’égard de l’utilisation par ses membres de leurs titres professionnels. « Facebook est une communauté où les gens utilisent leur véritable identité », telle est sa politique. « Nous demandons aux gens de fournir leur nom dans la vie réelle. De la sorte, vous saurez toujours avec qui vous vous connectez. Cela contribue à préserver notre communauté. »

Contourner les règles

En vertu de cette politique, Facebook  demande aux utilisateurs de s’abstenir d’ajouter à leurs noms « des titre de quelque sorte que ce soit (professionnel, religieux…) ». Précision importante des conditions d’utilisation : « Le nom que vous utilisez devrait être votre véritable identité, le même nom par lequel vos amis vous appellent dans la vie réelle », est-il indiqué. Pourtant, au quotidien, c’est bien ainsi que l’on s’adresse à un prêtre… De nombreux religieux catholiques contournent l’interdiction en associant « Père » ou « P » à leur prénom, ou ajoutent un trait d’union entre les deux. Certains membres d’ordre religieux ajoutent les initiales de leur ordre après leur nom. « Je connais un prêtre qui est Italien et utilise "Don", un titre courant en Italie pour "Père" », raconte le père West, par ailleurs vice-président de missions de Human Life International.

Mais la récente vague de prêtres à avoir été victimes des mesures de restriction de la part de Facebook a incité leurs partisans à créer une page commune Facebook intitulée « Tell FB : Allow Catholic Priests to keep the title "Father" in their FB name » (Dites à Facebook : Autorisez les prêtres catholiques  à conserver leur titre de
« Père » dans leur nom d’utilisateur). « La mesure de Facebook semble s’appliquer de façon inégale »s’étonne pour sa part Mgr Paul Coakley, archevêque d’Oklahoma City, dans une interview sur Facebook. « J’ai contourné l’interdiction en associant mon titre à mon nom : "archevêquePaul Coakley". Une des choses qui m’ont attiré avec Facebook, ce sont les opportunités que le réseau social offre à l’évangélisation. Je veux que les gens sachent avec qui ils communiquent quand ils communiquent avec moi.  Ce type de restriction ne me parait pas cadrer avec le type de discours social que les médias devraient promouvoir. »

Une nouvelle vague restrictive ?

« C’est étrange. C’est la première fois que cela m’arrive »s’étonne aussi le père James Chern, qui a rencontré au même moment des problèmes pour utiliser le terme « Père ». En tant que directeur du Bureau des vocations de l’archidiocèse de Newark (New Jersey, États-Unis), et aumônier universitaire, il trouve Facebook très utile pour communiquer avec les jeunes. « Tôt le matin, j’ai reçu un message disant que mon nom ne cadrait pas avec les "politiques ou standard" de Facebook. J’ai pensé à un virus. Quand j’ai tenté de me connecter à nouveau, même chose : "Nous n’autorisons aucun titre professionnel ou religieux". J’ai alors essayé de mettre "Père" dans la première case, "Jim" au milieu et "Chern" en dernier. Ils sont revenus à la charge et m’ont dit : "Vous violez la politique de restriction. Vous avez une minute pour changer votre nom. Si vous gardez le même nom, nous désactiverons votre compte." Ouah ! J’ai reçu un avis d’expulsion virtuel, et j’ai une minute pour m’asseoir et méditer sur mon existence. J’ai donc mis "Jim Chern", et un de mes amis a pris une photo pour le profil. »

  • 1
  • 2
Tags:
reseaux sociaux
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
I.Media
Mariage homosexuel, pilule, suicide assisté : un texte inédit de ...
2
Cerith Gardiner
Douze dévotions mariales pour douze circonstances de la vie
3
Jeanne Larghero
Contraception : si c’est gratuit, c’est toi le produit !
4
SANKTUARIUM W LA SALETTE
Timothée Dhellemmes
Le pape François s’adresse aux pèlerins de Notre-Dame de La Salet...
5
Laurent Ottavi
Guillaume Cuchet : « Le catholicisme aura l’avenir qu’on voudra b...
6
Père Christian Lancrey-Javal
Esquiver, encaisser, répondre. La leçon de bo...
7
MEDITATION
Laurent Ottavi
La méditation, une foi de substitution ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement