Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La Chandeleur, qu’est-ce que c’est ? Le jour des crêpes ?

CHEMIN NEUF BR
Partager

La Chandeleur, fêtée chaque 2 février, n’est pas d'abord la fête des crêpes... mais de la Présentation de Jésus au Temple.

La Chandeleur n’est pas une fête païenne, ni une fête culinaire. Elle correspond à l’un des mystères de l’enfance du Christ qui est sa Présentation au Temple, quarante jours après son Incarnation. C’est pourquoi elle est fêtée le 2 février, le quarantième jour à compter du 25 décembre.

« Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur » (Lc 2, 22-23).

Partie intégrante des mystères lumineux de la naissance du Christ, elle tire son nom d’une tradition établie au Ve siècle selon laquelle était organisée à cette occasion une procession de lumières, allumées avec des chandelles bénies. De là, la fête des chandelles, festa candelarum en latin, a pris le nom de Chandeleur. Plus que les crêpes, c’est donc la lumière qui est le symbole premier de cette fête. « Par ce signe visible, on veut signifier que l’Eglise rencontre dans la foi celui qui est "la lumière des hommes" et l’accueille avec tout l’élan de sa foi pour apporter au monde cette "lumière" » (Benoit XVI, homélie pour la célébration des vêpres en la fête de la Présentation du Seigneur au Temple, le 2 février 2010).

La fête de la chandeleur célèbre donc d’abord la manifestation de Jésus Premier-Né appartenant au Seigneur (cf. C.E.C. 529) selon qu’il est écrit dans la Loi de Moïse, au livre de l’Exode : « Lorsque le Seigneur t’aura introduit dans le pays du Cananéen, selon ce qu’Il a juré à toi et à tes pères et qu’Il te l’aura livré, tu céderas au Seigneur toutes prémices des entrailles : tout premier-né des animaux qui t’appartiendront, s’il est mâle, sera au Seigneur. Le premier-né d’un âne, tu le rachèteras par un agneau, sinon tu lui briseras la nuque et le premier-né de l’homme, si c’est un de tes fils, tu le rachèteras. Et lorsque ton fils, un jour, te questionnera en disant : "Qu’est-ce que cela ?", tu lui répondras : "D’une main toute puissante, le Seigneur nous a fait sortir d’Égypte, d’une maison d’esclavage. En effet, comme Pharaon faisait difficulté de nous laisser partir, le Seigneur fit mourir tous les premiers-nés du pays d’Égypte, depuis le premier-né de l’homme jusqu’à celui de l’animal. C’est pourquoi j’immole au Seigneur tout premier-né mâle et tout premier-né de mes fils je dois le racheter » (Ex 13, 11-15).

La présentation de Jésus au Temple, Lui, l’Agneau de Dieu immolé pour le rachat de nos péchés, vient donc donner tout son sens à ce commandement divin. Si concrètement c’est Joseph qui vient racheter son enfant, dans l’Incarnation toute entière et jusqu’à la Pâques, c’est Dieu qui offre son Fils pour notre rachat. Comme l’Exode n’était qu’un prototype de la libération, telle qu’elle est véritablement accomplie dans le Christ, ce rachat des premiers-nés n’était qu’un prototype de la purification du péché qui ne s’accomplit véritablement que dans le sacrifice du Fils de Dieu, agneau immolé. D’ailleurs, « le glaive de douleur prédit à Marie annonce cette autre oblation, parfaite et unique, de la Croix qui donnera le salut que Dieu a "préparé à la face de tous les peuples" » (Catéchisme de l’Église catholique, 529).

En outre, cette fête rappelle aussi que Marie vint au Temple pour être purifiée, ainsi qu’il est écrit dans la Loi de Moïse, au livre du Lévitique : « Le Seigneur parla à Moïse en ces termes : "Parle ainsi aux enfants d’Israël : lorsqu’une femme, après avoir reçu la semence, enfantera un mâle, elle sera impure durant sept jours, comme lorsqu’elle est isolée à cause de sa souffrance. Au huitième jour, on circoncira l’excroissance de l’enfant. Puis, trente-trois jours durant, la femme restera dans le sang de purification : elle ne touchera à rien de consacré, elle n’entrera point dans le saint lieu, que les jours de sa purification ne soient accomplis » 

Pages: 1 2

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]