Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 07 mai |
Saint François de Laval
home iconActualités
line break icon

Birmanie/Myanmar : la dernière croix, cible de l’État Chin

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 31/01/15

Le gouvernement de l’État Chin, qui abrite une importante communauté chrétienne, ordonne le retrait d’une croix haute de plus de 16 mètres, la dernière debout, et menace de prison les responsables chrétiens.

C’est par un communiqué de presse, paru le 28 janvier, que l’organisation Chin Human Rights Organization (CHRO) a tiré la première la sonnette d’alarme, avant d’être relayée par plusieurs médias et ONG.

« Si la Birmanie veut avancer sur le chemin authentique des réformes, elle doit de toute urgence protéger et respecter les droits de l’homme les plus élémentaires, a notamment déclaré le directeur de Christian Solidarity Worldwide (CSW), Mervyn Thomas, ce 30 janvier. L’ordre de détruire cette croix et la persécution des représentants des Chin illustrent une fois encore que la liberté de religion continue d’être violée en Birmanie ; nous appelons les autorités de l’État Chin à annuler ce décret ainsi que les charges portées à l’encontre de Tial Cem. »

À la mi-janvier, la communauté chrétienne, majoritairement baptiste dans la région, était informée qu’elle avait jusqu’au 30 janvier pour retirer la croix installée au sommet de la colline Caarcaang dominant Hakha, capitale de l’État, en raison du fait qu’elle avait été élevée « sans autorisation officielle ».

Des milliers de manifestants attendus les 2 et 3 février

En réponse à cet ultimatum, les chrétiens chin se sont rendus le
23 janvier au poste de police de leur district afin de solliciter, comme l’exige la loi, la permission de manifester contre le décret, avant l’expiration du délai, soit les 29 et 30 janvier. N’ayant reçu aucune réponse à leurs demandes, les responsables de la communauté ont alerté la CHRO et c’est peu après la publication du communiqué de presse de cette dernière que le chef de l’État Chin, Hung Ngai, ancien général de l’armée birmane, a averti les chrétiens qu’un délai concernant le démantèlement serait finalement accordé afin que la question de l’illégalité de la construction de la croix puisse être discutée lors de la session du cabinet ministériel, laquelle débuterait le 2 février prochain.

Les organisateurs ont ensuite reçu leur autorisation à manifester, non aux dates demandées mais pour les lundi 2 et mardi 3 février, de 10 h à midi. Les participants devraient être plusieurs milliers, avancent les responsables de la communauté chrétienne.

Un crime passible de deux ans de prison

Selon le gouvernement de l’État Chin – dont il n’est pas précisé s’il bénéficie ici du soutien de Naypyidaw –, la croix aurait été installée le 29 avril dernier sans permis de construction et aurait de surcroit été fabriquée en bois de pin, coupé sans l’autorisation des autorités locales. Un crime passible de deux ans de prison.

À cette accusation de construction illégale, les chrétiens ont rétorqué qu’ils n’avaient pas pu « demander un permis officiel, sachant par avance qu’il leur était impossible de l’obtenir ». Une constatation confirmée par la CHRO qui rappelle que « les restrictions discriminatoires [instaurées par l’administration publique] rendent pratiquement impossible d’obtenir des permis de construire pour des édifices religieux » non bouddhistes.

Un refus systématique de construction d’églises

Cet incident est en effet loin d’être le premier dans la région. Ces dernières années, les autorités de l’État ont refusé de manière systématique toute construction d’églises et de symboles religieux et ont fait détruire plus de 13 croix. Les restrictions et les contraintes que subissent les chrétiens dans l’exercice de leur culte, ainsi que leur « bouddhisation » forcée ont d’ailleurs fait en 2012, l’objet d’un rapport de la CHRO intitulé « Menaces sur notre existence : la persécution des chrétiens d’ethnie chin en Birmanie ».

Quant à l’ONG Christian Solidarity Worldwide (CSW), elle affirme : «

  • 1
  • 2
Tags:
birmanie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
POPE FRANCIS
Agnès Pinard Legry
Voici comment participer au « marathon de prière » du pape Franço...
2
WHATSAPP
Edifa
Joies et limites des groupes WhatsApp familiaux
3
POPE FRANCIS AUDIENCE
I.Media
Des sanctuaires du monde entier mobilisés pour le marathon de pri...
4
I.Media
Pourquoi la date de canonisation de Charles de Foucauld n’a...
5
CHANTEURS ORTHODOXES
J-P Mauro
[Vidéo] : prolongez la joie de Pâques avec ce sublime chant ortho...
6
Jeanne Larghero
Être mère « selon l’esprit », les trois conseils de vie de Madele...
7
La rédaction d'Aleteia
Padre Pio : sa vie, ses miracles, ses souffrances, son héritage
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement