Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 28 janvier |
Saint Thomas d'Aquin
home iconActualités
line break icon

Philippines : une opération anti-terroriste tourne au bain de sang

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 28/01/15

Une cinquantaine de policiers et cinq séparatistes islamistes tués au cours d’une opération anti-terroriste à Mindanao le 25 janvier. L’épiscopat philippin appelle à ne pas rompre les négociations de paix.

Ce 27 janvier, Mgr Socrates Villegas, président de la Conférence des évêques catholiques des Philippines, a déclaré que la violence qui vient, une nouvelle fois, d’endeuiller le Sud philippin devait « être condamnée avec force », tout en ajoutant que l’Église continuait à pleinement soutenir le processus de paix en cours avec la rébellion musulmane. « Nous ne pouvons nous associer aux appels de ceux qui demandent la remise en cause des négociations de paix. Si ce triste incident doit nous dire quelque chose, c’est bien la nécessité et l’urgence de parvenir à une solution réfléchie, respectueuse des principes et juste pour tous », a souligné l’archevêque de Lingayen-Dagupan.

Le message du président de l’épiscopat philippin intervient après qu’une opération de police anti-terroriste a mal tourné, dimanche 25 janvier, à Mindanao, provoquant la mort d’au moins une cinquantaine de personnes. L’incident s’est produit à Mamasapano, localité isolée de la province de Maguindanao et contrôlée par les hommes du MILF (Front moro de libération islamique).

Selon les informations fournies par les agences de presse, les heurts, qui ont duré 11 heures, sont survenus lorsque les policiers – une force de près de 400 hommes issus des unités d’élite de la police nationale – sont entrés dans la ville sans s’être mis d’accord au préalable avec la rébellion, comme le veut l’accord signé en mars 2014 entre le MILF et le gouvernement philippin.

Une embuscade contre la police

D’après le négociateur en chef du MILF, Mohagher Iqbal, les commandos de la police recherchaient Zulkifli bin Hir, alias Marwan, un Malaisien, artificier et membre de la Jemaah Islamiyah, groupe terroriste en lien avec Al-Qaida. Sa tête a été mise à prix par les États-Unis pour cinq millions de dollars. Selon le ministre philippin de l’Intérieur, Zulkifli bin Hir aurait été tué dans cet assaut. Un autre suspect, Abdul Basit Usman, dont la tête a été mise à prix un million de dollars, serait parvenu à prendre la fuite. Les commandos entendaient aussi capturer un commandant des BIFF (Bangsamoro Islamic Freedom Fighters), mouvement rebelle qui ne participe pas au processus de paix, rassemble plusieurs centaines de combattants et fait l’objet d’une traque intensive des forces armées philippines depuis mars 2014.

En pénétrant sur le territoire du MILF, les commandos de police auraient été pris en embuscade par les rebelles musulmans. Cherchant à se replier, ils auraient pénétré sur une portion de territoire contrôlé par le BIFF. Le bilan est très lourd : entre 44 et 64 policiers ont été tués, ainsi que cinq hommes du MILF.

Si ce n’est pas le premier accroc au cessez-le-feu conclu en mars 2014 entre Manille et le MILF (en avril dernier, deux soldats et 18 rebelles ont été tués lors d’affrontements sur l’île de Basilan), c’est assurément le plus grave. Pour autant, si certaines voix s’élèvent pour demander une interruption des négociations de paix, l’ensemble des acteurs engagés dans ces négociations affichent leur volonté d’aller de l’avant.

Revers passager ou rupture des négociations de paix ?

Cette sanglante opération policière ressemble en effet à une terrible bavure – le président Benigno Aquino vient de relever de ses fonctions le chef des forces spéciales de la police nationale. Elle intervient au moment où le Congrès passait en revue la Loi fondamentale pour le Bangsamoro (Bangsamoro Basic Law), le texte de loi qui doit préciser les termes de l’accord conclu le 27 mars dernier.

Cet « Accord global de paix sur le Bangsamoro » (Comprehensive Peace Agreement on Bangsamoro, CAB) a été signé le 27 mars dernier, à l’issue de longues tractations entre le gouvernement philippin et le MILF. Il prévoit la création d’une entité politique semi-autonome, administrée par la minorité musulmane très implantée dans cette partie sud de l’archipel. Le Bangsamoro devrait couvrir un peu plus du territoire de l’actuelle Région autonome musulmane de Mindanao et fonctionner selon un système juridique et judiciaire particulier, défini par cette Loi fondamentale aujourd’hui en discussion au Congrès.

  • 1
  • 2
Tags:
Philippinesterrorisme
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
jeunesse et covid
Jeanne Larghero
Face au coronavirus, jouer la sécurité ou tenter le risque ?
2
clocher-peigne
Caroline Becker
Vous aussi, vous avez un clocher-peigne près de chez vous ?
3
Tzachi Lang, Israel Antiquities Authority
John Burger
Une pierre portant l'inscription "Christ, né de de Marie" retrouv...
4
PRIEST,ROMAN,COLLAR
Agnès Pinard Legry
Comment savoir si un prêtre… est vraiment prêtre ?
5
Domitille Farret d'Astiès
Faustine et Bérénice partent à pied vers Jérusalem sans un sou en...
6
WEB2-Rene-Regalado-diocese-of-malaybalay.jpg
Agnès Pinard Legry
Philippines : le père René Regalado abattu de plusieurs balles da...
7
étudiante
Marzena Devoud
Le kit de survie spirituelle des étudiants confinés
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement