Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 20 avril |
Saint Léon IX
home iconActualités
line break icon

Israël dans le collimateur de la Cour pénale internationale

Ezz Zanoon / Anadolu Agency / AFP

West Bank, Gaza : RAFAH, GAZA, WEST BANK - JULY 11: Rafah in Gaza hit by a Israeli air attack in which 5 reported to have been killed and 15 wounded on July 11, 2014. Ezz Zanoon / Anadolu Agency

Radio Vatican - Publié le 24/01/15

Selon Werner Hoeffner, juriste spécialisé en droit international, l'enquête préliminaire de la CPI contre Israël pourrait geler le dialogue de paix entre le gouvernement israélien et la Palestine.

La Cour pénale internationale (CPI) a ouvert vendredi 16 janvier une enquête préliminaire contre Israël pour crimes de guerre en Palestine. Il est reproché à l’état d’Israël d’avoir violé un grand principe de droit international : celui de la distinction entre objectifs civils et objectifs militaires.

La CPI a annoncé qu’elle allait ouvrir un examen préliminaire, étape préalable à une enquête, sur ces « crimes de guerre présumés » en Palestine en juillet et en août 2014, lorsqu’Israël avait lancé son offensive contre la bande de Gaza, provoquant la mort de près de
2 200 Palestiniens, en grande majorité des civils.

L’ouverture de cette enquête planait depuis l’adhésion de la Palestine, en janvier dernier, à la Cour pénale internationale. La démarche palestinienne a immédiatement été qualifiée par les États-Unis d’« escalade contre-productive » qui « alourdit le climat » avec Israël.

Selon Werner Hoeffner, juriste spécialisé en droit international, cette enquête préliminaire de la CPI contre Israël pourrait en effet geler le dialogue de paix entre le gouvernement israélien et la Palestine, comme il l’explique à Fanny Cheyrou sur Radio Vatican.

Comment interpréter la démarche d’adhésion de la Palestine à la CPI ?
Werner Hoeffner : La démarche palestienne est assez fine parce qu’à la riposte des États-Unis et d’Israël (qui ne sont pas parties au statut de la Cour), l’Autorité palestienne oppose une démarche qui est fondée sur le droit. En fait, ce qui est vraiment en jeu derrière la simple question de la CPI, c’est une dynamique diplomatique qui vise à permettre à la Palestine d’obtenir la reconnaissance officielle en qualité d’État. Ce sont les opérations menées par Israël en juillet-août 2014 qui sont en ligne de mire. Mais après, quand un État, quel qu’il soit, adhère à la CPI,  cela donne tout à fait mandat aux autorités de la Cour d’examiner si lui-même ne connaît pas des crimes qui entrent dans son statut.

Est-ce qu’Israël a un quelconque moyen d’échapper à cette enquête de la CPI ?
Werner Hoeffner : Le procureur va mener son examen préliminaire. Supposons que la Chambre préliminaire lui donne feu vert et qu’il puisse continuer son enquête, la Cour ne pourra être compétente, à partir de ce stade-là, que s’il est démontré que les tribunaux israéliens n’ont pas d’ores et déjà jugé les responsables des violations alléguées du statut. C’est ce qui est en train de se passer parce qu’au moment où nous parlons, l’avocat général de l’armée israélienne a ouvert un certain nombre d’enquêtes en Israël devant les tribunaux israéliens, au sujet d’incidents au cours de l’opération à Gaza, au mois de juillet et août 2014. Ce qui veut dire qu’Israël est en train, potentiellement, de juger les personnes qui pourraient tomber dans le filet de la CPI. Si Israël mène ces procédures de bout en bout avec sérieux et que rien ne peut être contesté, alors la CPI pourra difficilement se déclarer compétente. C’est ce qu’on appelle le principe de complémentarité.

Et que se passera-t-il si la chambre préliminaire autorise le procureur à ouvrir une enquête ?
Werner Hoeffner : On se retrouvera alors dans un mécanisme très classique. Ce sera donc au procureur d’enquêter et si la gravité des faits est avérée au regard du statut et si un certain nombre d’autres conditions sont remplies, on pourra avoir un procès en bonne et due forme devant la CPI.

Est-ce que cette démarche palestienne qui vise à rendre Israël coupable de crimes de guerre ne risque pas de geler le dialogue de paix ? 
Werner Hoeffner : Il y a beaucoup d’éléments qui font de cette démarche aujourd’hui une démarche assez contre-productive sur le plan diplomatique. Ce qui nous ferait dire, a priori, que les États-Unis sont dans le vrai en estimant que diplomatiquement, cette démarche est problématique, c’est le jeu des taxes, qui sont pour le moment confisquées et mises sous séquestre par l’État d’Israël. Israël est chargé de collecter un certain nombre de taxes qui sont ensuite reversées à l’Autorité palestienne. Ce qu’il faut bien comprendre est que le budget de l’Autorité palestienne est tributaire à plus de 90% de ces sommes-là. Israël, en réaction, a indiqué qu’elle bloquait les fonds

  • 1
  • 2
Tags:
israelpalestine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
BENEDICT XVI
Hugues Lefèvre
Une 94e année éprouvante pour le pape émérite Benoît XVI
2
WEB2-Quentin-Bernier-Gravat-VILLE-DE-VINCENNES.jpg
Agnès Pinard Legry
Vincennes : l’élu avait aussi l’Ordre de Malte dans l...
3
Marzena Devoud
Les six choses (importantes) à savoir sur les funérailles du prin...
4
WEB2-LES-FRANGINES-YOUTUBE.jpg
Bérengère Dommaigné
« En quelques secondes, tu fais pleurer le monde », Les Frangines...
5
Funeral of Prince Philip
Marzena Devoud
L’adieu de la reine Elizabeth à son époux
6
adoption
Cerith Gardiner
Parents de cinq enfants, ils adoptent une fratrie de sept frères ...
7
La rédaction d'Aleteia
Il y avait-il un saint à bord du Titanic ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement