Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Manille : la messe géante du Pape devant 7 millions de fidèles

©CTV
papa francisco ultima misa en filipinas 
Partager

« Soyez témoins et missionnaires de la joie de l’Évangile en Asie et partout dans le monde ! », a exhorté François.

Dimanche après-midi, pour la troisième et dernière messe de son voyage apostolique aux Philippines, le pape François était à Manille, où une foule immense était rassemblée au Rizal Park, face à la baie de Manille et à la mer de Chine méridionale. Reprenant les différents thèmes abordés lors des rencontres qu’il a eues avec les Philippins ces quatre derniers jours, le Pape a appelé « les chrétiens de cette grande nation » à être « témoins et missionnaires de la joie de l’Évangile, en Asie et partout dans le monde ».

La fête du Santo Niño

Ce 18 janvier coïncidait avec le troisième dimanche du mois, jour où est célébré le Santo Niño, l’Enfant-Jésus, immensément populaire aux Philippines. Si cette fête est particulièrement célébrée à Cebu où se trouve la statue de l’Enfant-Jésus donnée par l’explorateur Magellan lui-même en 1521, partout aux Philippines, la dévotion au Santo Niño déplace les foules. Ce dimanche, à côté de l’autel dressé sur le Quirino Grandstand du parc Rizal, se tenait une statue de l’Enfant-Jésus. Elle a fourni au pape François le thème central de son homélie, à savoir que « si l’image du Saint Enfant [avait] accompagné la diffusion de l’Evangile [aux Philippines] depuis l’origine », c’est le Santo Niño Lui-même qui donnait son « identité » aux Philippins, « devenus enfants adoptifs de Dieu, frères et sœurs dans le Christ ».

Des pièges pour l’homme contemporain

Si l’histoire a fait des Philippines « le principal pays catholique d’Asie » – une réalité qualifiée de « bénédiction » par le Pape –, les catholiques des Philippines ont aussi une « vocation » : « être de vaillants missionnaires de la foi en Asie », a affirmé le chef de l’Église catholique. La réalité peut être marquée par le péché, a expliqué le Pape, déplorant que, par le péché, « l’homme ait défiguré la beauté de la nature », ainsi que « détruit l’unité et la beauté de notre famille humaine, en créant des structures sociales qui entretiennent la pauvreté, l’ignorance et la corruption ». Sous l’influence du « démon » qui « est le père du mensonge », l’homme contemporain se laisse attirer par « ses pièges » qui ont l’attrait de la modernité ; il gaspille « les dons de Dieu » en « gadgets » et « plaisirs éphémères » ; il oublie de « rester, intérieurement, enfant de Dieu ». À propos de la famille, le Pape a également déploré « les attaques insidieuses et les projets contraires à tout ce que nous tenons pour vrai et sacré, à tout ce qu’il y a de plus beau et de plus noble dans notre culture ».
 

Un grand héritage spirituel et culturel

Pour autant, les Philippins sont invités à construire « une société digne de son grand héritage spirituel et culturel ». « Nous devons regarder chaque enfant comme un don devant être accueilli, chéri et protégé », a-t-il affirmé, demandant à ce qu’il ne soit pas permis de « condamner » des jeunes « à vivre dans la rue ». « Nous devons prendre soin de notre jeunesse, en ne permettant pas que lui soit volée l’espérance », a-t-il ajouté, avant de confier le pays tout entier « à Jésus qui est venu parmi nous comme un enfant ». « Puisse-t-Il permettre à tout le peuple bien-aimé de ce pays de travailler ensemble, en se protégeant les uns les autres, en commençant par vos familles et vos communautés, en construisant un monde de justice, d’intégrité et de paix », a-t-il conclu, avant de conforter les Philippins « dans leur vocation à être témoins et missionnaires de la joie de l’Évangile, en Asie et partout dans le monde ».
 

2,5 millions d’hosties

Malgré la pluie incessante, la foule était au rendez-vous. Elle était sur place dès très tôt le matin et, bien que la police ait fermé assez rapidement les accès au parc dans la crainte de mouvements de foule incontrôlés, la messe s’est déroulée à la fois dans le recueillement et la ferveur des