Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 27 septembre |
Saint Vincent de Paul
home iconActualités
line break icon

Devant le Pape, deux enfants des rue de Manille racontent la faim, la drogue et la prostitution

DR / ANAK-Tnk

Glyzelle and Jun Chira, Manilla

La rédaction d'Aleteia - Publié le 18/01/15

Cela restera comme un des moments poignants de la visite du Pape aux Philippines : la question et les larmes de Glyzelle, et le témoignage de Jun Chura.

« Il y a beaucoup d’enfants négligés par leurs propres parents. Il y en a aussi beaucoup qui sont victimes de choses terribles, comme la drogue ou la prostitution. Pourquoi Dieu permet-il que de telles choses arrivent, même si ce n’est pas la faute des enfants ? Et pourquoi y a-t-il aussi peu de monde à nous aider ? » Elle n’était pas censée prendre la parole, pourtant elle a posé une question au Pape ce dimanche. Et quelle question… Elle, c’est Glyzelle Iris « Techie » Palomar, 12 ans, une des enfants des rues sauvées par l’association ANAK-Tnk menée par un prêtre français, le père Matthieu Dauchez (lire notre article ici). Ses paroles, ses larmes ont ému le monde entier, et le Pape les a longuement consolés, elle et Jun Chura, 14 ans, qui devait également s’exprimer devant le Saint-Père. Nombreux sont, aux Philippines, les enfants maltraités, négligés ou abandonnés par leurs parents.

Un symbole de compassion

C’est lors d’un grand rassemblement à l’université Saint-Thomas, dimanche matin, que le Pape a écouté avec émotion, devant des centaines de milliers de jeunes, les témoignages de Jun Chura, 14 ans, et Glyzelle, 12 ans, deux enfants recueillis par l’association ANAK-Tnk. Le pire, ils l’ont vécu dans les rues de Manille. Le Saint-Père les a longuement serrés contre lui. Une scène qui illustre parfaitement le thème de cette visite papale : la compassion. « Il faut se demander à soi-même : est-ce que j’ai appris à pleurer en voyant un enfant qui a faim, un enfant prenant de la drogue dans les rues, un enfant sans domicile, un enfant abandonné, un enfant abusé, un enfant utilisé comme esclave par la société ? », a assené le Pape. C’est sans doute l’une des images fortes qui restera de cette visite apostolique du Pape François dans les Philippines.

Découvrez le témoignage de Jun Chura, 14 ans

« Mon nom est Jun Chura, j’ai 14 ans et je suis un ancien enfant des rues. Ma famille ne pouvait plus m’envoyer à l’école, alors je suis parti de la maison et j’ai quitté ma famille. Je me suis nourri avec ce que je trouvais dans les poubelles. Je ne savais pas où aller et je dormais sur le trottoir. Je cherchais un morceau de carton pour me faire un matelas. J’essayais de m’en sortir, même si mon corps était aussi sale que celui de mes compagnons de la rue. Je ne savais pas comment trouver à manger chaque jour, j’attendais juste que les gens aient fini de manger au restaurant, pour leur demander si je pouvais finir les restes. Parfois, je traînais pour trouver des choses cassées à revendre : des bouteilles en plastique, des papiers… Et quand mon sac était plein, je vendais cela pour me payer à manger. Il arrivait aussi que je frappe aux portes alentours pour mendier à manger, mais souvent, ils n’avaient rien à me donner.

Quand j’étais dans la rue, j’ai aussi été témoin de choses que je n’aimais pas, des choses terribles qui sont arrivées à mes compagnons de la rue : j’ai vu qu’on leur apprenait à voler, à tuer aussi, et qu’ils n’avaient plus aucun respect pour les adultes. Parfois ils se querellaient à cause de ce qu’ils avaient volé. J’ai aussi vu des enfants à qui on apprenait à prendre des drogues, comme le shabu, les cigarettes ou la marijuana. J’ai aussi vu certains de mes compagnons respirer des solvants ou de la colle. Ce sont aussi des drogues.

Quand j’étais dans la rue, je faisais aussi très attention à ne pas me faire tromper par les adultes. Ils prétendaient donner de l’argent pour attirer l’attention des enfants, s’en approcher et leur faire croire qu’ils pourraient se voir donner quelque chose à manger, ou pouvoir étudier ou être soigné. Mais en vérité, ils avaient d’autres buts, ils voulaient vous utiliser, par exemple pour nettoyer leur maison. Parfois ils voulaient aussi en abuser sexuellement. Il se passait tellement d’abus dans les rues.

  • 1
  • 2
Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
2
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
5
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
6
WEB2-AD LIMINA-VISIT-AFP-000_9MK7MX.jpg
Agnès Pinard Legry
Ce qu’a dit le pape François aux évêques français
7
VILLAGE AFGHANISTAN
Lauriane Vofo Kana
La détermination d’Alì Ehsani pour sauver une famille chrétienne ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement