Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 16 mai |
Saint Honoré
home iconActualités
line break icon

OPINION. M. Hollande est-il à la hauteur de sa fonction ?

© Kelly Kline / CC

https://www.flickr.com/photos/xensin/15638776633

Pierre-Marie d'Ussel - Publié le 14/01/15


« arrangements », réellement « minables » étant donné les circonstances, de « l’UMPS et de la classe médiatique au pouvoir ». L’histoire retiendra que M. Hollande, par manque de hauteur de vue autant que par pusillanimité, a porté un mauvais coup à l’unité nationale, au moment historique où il devait la promouvoir.

Peut-il  y avoir unité nationale autour du slogan « Je suis Charlie » ?

Charlie Hebdo n’a jamais été un artisan de paix. Comme son géniteur Hara Kiri, ce périodique fait profession d’être « bête et méchant ». Et il y réussit parfaitement. Charlie Hebdo, c’est l’art de salir ce qui est beau, ce qui est vrai et ce qui est bon. Et ce d’une manière parfois drôle, mais toujours de la manière la plus immonde possible.

En permanence, donc, Charlie Hebdo s’ingénie à injurier nombre de nos compatriotes et à bafouer leur honneur, avec une préférence marquée pour les catholiques. L’État devrait avoir le courage  de défendre ceux qui sont ainsi bafoués. Car la démocratie n’est pas la chienlit et tout n’y est pas permis. Au nom de la liberté d’expression, il est certes permis de discuter et de mettre en cause tous les attachements et toutes les croyances de nos compatriotes, mais avec un minimum de tolérance, de respect et de dignité. En démocratie, la liberté d’expression ne permet certes pas d’agresser ses concitoyens en roulant dans la fange ce qui est légitimement le plus cher à leur cœur.  

Des millions de croyants, chrétiens, juifs ou musulmans, mais aussi de non-croyants respectueux d’eux-mêmes et des autres, étaient désireux de se lever pour protester au sein de l’unité nationale, contre la barbarie terroriste. Mais ils souhaitaient pouvoir le faire sans pour autant avoir à cautionner les
dérives de Charlie Hebdo. Face à l’horreur du crime qui a été commis et dont, entre autres, les collaborateurs de Charlie Hebdo ont été les victimes, ils étaient même prêts à pardonner et à oublier les offenses qui leur avaient été faites, pour fraterniser avec leurs auteurs. Cependant, à ces croyants et à ces hommes de bonne volonté, il demeurait impossible de dire : « Je suis Charlie ».  Vous pouvez pardonner à celui qui a injurié, humilié, traîné dans la boue ce que vous avez de plus cher, mais vous ne pouvez pas vous identifier à lui. Cela, le président Hollande aurait dû le comprendre. Et il aurait dû, a minima, réfréner l’usage du slogan « Je suis Charlie » dans le cadre de la manifestation d’unité nationale, et l’interdire dans le cadre des services publics, notamment de radio et de télévision, au motif que ces services sont le bien commun de tous les Français. En ne le faisant pas, M. Hollande a accepté que soient d’une certaine manière exclus de l’unité nationale beaucoup d’hommes et de femmes simplement respectueux d’eux-mêmes. Il a pris aussi une terrible responsabilité à l’égard de nos compatriotes de confession musulmane. Il faut bien comprendre que ceux-ci ne pouvaient prendre leur place dans l’unité nationale, qu’à la condition qu’on leur permît de manifester l’horreur que leur inspirent les crimes terroristes, tout en ne cautionnant en rien ceux qui ont injurié leur prophète et blasphémé leur Dieu. Sous la pression, beaucoup ont cédé au diktat politique et médiatique qui les forçait à porter un slogan équivalent pour eux à « Je suis un blasphémateur ». Mais l’émotion et la pression passées, nos compatriotes musulmans vont prendre conscience du piège dans lequel on les a fait tomber. Il est à craindre qu’alors nous assisterons à leur radicalisation massive. M. Hollande en portera toute la responsabilité devant l’histoire.

  • 1
  • 2
Tags:
charlie hebdoje suis charlie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Soutane de Jean Paul II/attentat
Marzena Devoud
Qu’est devenue la soutane tachée de sang de Jean Paul II ?
2
FIRST COMMUNION
Edifa
Les écueils à éviter avant et après la première communion de son ...
3
Mgr André Joseph Léonard
Que penser des expériences de mort imminente ?
4
Hugues Lefèvre
13 mai 1981, 17h17 : « On a tiré sur Jean Paul II »
5
Camille Dalmas
Cinq choses à savoir sur le nouveau ministère laïc de Catéchiste
6
Thérèse Puppinck
Velankanni, le Lourdes de l’Orient
7
JOHN PAUL II FATIMA
Agnès Pinard Legry
La Vierge de Fatima a-t-elle sauvé la vie de Jean Paul II ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement