Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 11 mai |
Saint François Jérôme (de Geronimo ou de Girolamo)
home iconActualités
line break icon

Fils de France : « La France, un havre de paix à chérir »

Paul Malo / Aleteia

Je suis charlie in Paris

Sylvain Dorient - Publié le 12/01/15

L’association de musulmans patriotes, créée par Camel Bechikh, a réagi pour Aleteia aux attentats de ces derniers jours.

L’association Fils de France s’est notamment faite connaître il y a quelques mois de cela en appelant à participer à la Manif pour Tous. Pour Aleteia, son président, Camel Bechikh, appelle ses coreligionnaires à fonder un islam français,  prônant l’apaisement et souhaitant dessiner le visage d’une France accueillante vis-à-vis de ses minorités religieuses.

Aleteia : Quel regard portez-vous sur ces attentats ?
Camel Bechikh : En se gardant de plonger dans la frénésie émotionnelle dans laquelle les criminels veulent nous voir plonger, nous pouvons voir dans cet attentat un effet plus ou moins direct de causes multiples sur lesquelles notre association, parmi d’autres, pointe un doigt inquiet depuis longtemps. Tout d’abord, ce rapport moderne au religieux qu’Olivier Roy nomme le néo-fondamentalisme, bien loin de l’image d’Épinal et de l’homme humble et pieux : passé délinquant et désœuvré, conversion dans une démarche solitaire, en marge du milieu familial et sous la houlette d’un imam autoproclamé, identification religieuse primaire et sur le mode unique de la revendication violente. Le portrait-robot des tueurs semble signer un processus religieux en marge totale des instances de l’islam de France, étranger à la socialisation de la majorité des musulmans de France.

Faut-il parler d’un « conflit de civilisations » ?
L’avocat d’un des terroristes parle d’un « apprenti loser, d’un livreur à casquette qui fumait du haschich et livrait des pizzas pour acheter sa drogue ». Ils sont les fils du déracinement, déraciné d’une terre qui les a pourtant vu naître, par un rapport aliénant au religieux. Quel peut être leur rapport à la culture de leur pays ? L’objectif a sûrement été de profiter des fractures qui s’installent en France depuis des années, à tous les niveaux. Il est urgent de souscrire à une unité nationale dans un moment où les tensions peuvent prospérer. Mais il est encore plus urgent d’agir sur le long terme : faire une unité nationale à l’heure où la nation est devenu un terme loin de l’esprit de nos compatriotes nous semble chose bien difficile.

Pour l’immam Mustapha Baig, ces terroristes ont agi en contrevenant aux principes de l’islam. Partagez-vous son
analyse ?

Camel Bechikh : Tout musulman élevé dans le cadre traditionnel de sa religion n’a aucunement besoin d’une confirmation juridique du sentiment d’horreur et d’effroi qui l’envahit à l’annonce de pareil massacre. Cela relève de l’évidence et de la santé mentale. Ensuite, Fils de France n’ayant pas de mandat théologique particulier sur tel ou tel problème, elle n’a pas vocation à se prononcer au cas par cas sur ces questions. En revanche, l’idée de pacte ou de contrat, concept majeur en théologie, permet d’asseoir l’idée d’un respect scrupuleux des lois du pays dans lequel vivent les musulmans. Cette question relève d’un consensus défendu depuis longtemps par les représentants de l’islam français. Ensuite, il est évident que ces cellules autoproclamées, qui s’arrogent une magistrature pour appliquer un décret religieux relevant d’une autorité inexistante, ne peuvent avoir aucun sens théologique ou juridique, que ce soit en pays musulman ou non. Il n’y a évidemment aucune crédibilité ou foi à accorder à quelques comptes Twitter, isolés par l’anonymat du Net (antithétique, donc, avec l’idée d’autorité religieuse) qui ont pu laisser entendre le contraire…

Craignez-vous un regain de tension suite à ces attentats ?
Suite à l’attentat rue Nicolas Appert, des mosquées ont été prises pour cible par des attaques, heureusement sans gravité matérielle. Je pense que nombre de musulmans de France ont pu imaginer ce matin ce que serait la situation dans un pays moins stable que la France, où l’on ne serait jamais sûr de revenir de la prière effectuée à la mosquée de notre ville. L’histoire récente regorge d’exemple quant à la fragmentation et la disparition de tel ou tel État, détruit par des antagonismes intercommunautaires. Au regard de ces exemples, il est manifeste que la France constitue, au présent, un havre de paix que nous devrions chérir et, pour l’avenir, un ensemble de promesses dont tous les Français doivent se montrer dignes.

  • 1
  • 2
Tags:
charlie hebdoje suis charlie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
MSZA ŚWIĘTA
Philip Kosloski
Pourquoi les catholiques répondent-ils « Et avec votre esprit » à...
2
MADAME ELISABETH
Mathilde de Robien
Que faut-il encore pour qu’Elisabeth de France soit déclarée bien...
3
Camille Yaouanc
Trisomie 21 : les chiffres effarants du diagnostic prénatal
4
Mathilde de Robien
Les trois résolutions de sainte Thérèse à la veille de sa premièr...
5
WEB2-INDIA-FUNERAL-COVID-AFP-075_makhija-notitle210430_npA5k.jpg
Agnès Pinard Legry
Inde : les « anges de la miséricorde », un rempart de dignité fac...
6
Steuben_-_Mort_de_Napoleon.jpg
Agnès Pinard Legry
Napoléon s’est-il réconcilié avec Dieu avant de mourir ?
7
Mgr Dieudonné Nzapalainga - archevêque de Bangui
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Le combat du « cardinal courage » pour la paix en Centraf...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement