Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 06 mars |
Sainte Colette de Corbie
home iconÉglise
line break icon

Neuvaine pour la France : la joie d’évangéliser

© Public Domain

La Neuvaine - Publié le 09/01/15

Dans le cadre de la Neuvaine pour la France, retrouvez la méditation de l'abbé Loiseau, consacrée à la force et à l’intelligence pour la transmission de la foi de l’Église.

La fête de l’Épiphanie célèbre la mission. Notre Dieu est à peine apparu que les mages, les rois de peuples lointains viennent Le reconnaître comme Dieu, Roi et Sauveur. Il est la véritable lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde (Jn, 1, 9).

Dès l’Incarnation, le mystère du Salut est révélé aux périphéries. Le feu de la Pentecôte se diffusant sur la terre, sera l’accomplissement du geste prophétique des rois mages. L’histoire de l’Église est identifiée à l’histoire de la mission. L’évangélisation est inhérente à la vie de l’Église, l’histoire du peuple de Dieu devient la diffusion de cet Amour Divin par la proclamation des merveilles de Dieu. Ainsi, le chrétien ne saurait oublier l’ordre du Christ : « Allez évangéliser toutes les nations et baptisez-les ». Le propre de l’Amour Divin est donc de se communiquer par l’évangélisation. Les tentations vis-à-vis de l’annonce explicite de la foi ont été nombreuses au cours de l’histoire, soit par une attitude spirituelle frileuse voulant réduire le Salut aux petits nombres d’élus d’une nation ou d’une communauté, soit par une conception théologique erronée où le Seigneur se contenterait de la sincérité des hommes sans les inviter à la vérité et à la communion de l’Église.

La transmission de la foi par la catéchèse a souvent subi des conséquences de ces attitudes et de ces conceptions désordonnées. Je crois que la foi de notre pays a été profondément bouleversée ces dernières années par ces lacunes dans la catéchèse. La diminution régulière du taux de pratique religieuse en France, réduite à 5%, ne semble pas suffisamment inquiéter les catholiques. Les statistiques de l’année 2013, sur le site de la Conférence épiscopale, nous révèlent pourtant une diminution préoccupante des baptêmes d’enfants, des mariages, des vocations. Les chiffres d’enfants catéchisés en paroisse ne sont plus donnés depuis des années. Les prêtres avouent pourtant que les inscriptions sont en baisse constante. Au risque d’apparaître comme pessimiste, ce qui n’est pas religieusement correct, n’oublions pas que l’espérance, toujours présente au cœur du chrétien, est la foi dans la victoire du Christ sur le péché et le monde. Il serait malvenu de s’appuyer sur l’espérance pour éviter toute prise de conscience de ce phénomène.

Notre inertie, notre paresse spirituelle, nos erreurs théologiques, ne sauraient trouver une justification dans un providentialisme énoncé dans ces termes : « Le Christ préfère la qualité à la quantité, le Seigneur n’abandonnera pas notre nation, la foi consiste à traverser les épreuves et la victoire nous sera donnée ». En effet, si les paroles du Seigneur nous annoncent bien que les portes de l’Enfer ne prévaudront pas contre son Église et annoncent son retour dans la Gloire, il s’agit bien de l’indéfectibilité de l’Église mais non d’une promesse de pérennité pour une nation. Les causes de la déchristianisation de notre pays sont bien sûr multiples, la sécularisation est en effet un phénomène complexe. Mais reconnaissons notre difficulté à évangéliser et à transmettre la foi dans une société libérale, pluriconfessionnelle et laïque, alors que la progression de l’islam devient inquiétante.

Ne soyons pas comme les chrétiens de Constantinople au XVe siècle qui se rassuraient continuellement en se perdant dans des querelles théologiques ou liturgiques avant l’effondrement fatal. L’espérance, c’est l’humilité devant la réalité de nos faiblesses et vivre dès maintenant de la grâce afin d’être un témoin du mystère du Christ rédempteur. Si les papes modernes : Paul VI, Jean-Paul II, Benoît XVI et François, nous ont appelés avec autant d’énergie à l’évangélisation explicite, c’est que cette question est cruciale pour la survie de l’Église dans les nations. L’annonce explicite de la foi a été trop souvent comprise comme une attitude idéologique ou intolérante. La seule transmission autorisée serait un éveil à une expérience spirituelle ou caritative.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
neuvaine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
2
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
3
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – François en Irak : avec le vaccin de l’espéranc...
6
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
7
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement