Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Christ, modèle du professeur

© Bavelly
Partager

Jeune professeur, Faust Malloizel s’interroge sur Cahiers Libres sur sa fonction d’enseignante et l’exemple qu’elle peut trouver en Jésus-Christ.

​Jeune professeur, j’ai régulièrement l’occasion de m’interroger à propos du rôle de l’enseignant, de son impact et de sa responsabilité face à ses élèves. Mais c’est surtout poussée par ma foi chrétienne, en tant qu’élève du Christ, que je me questionne sur la juste place du professeur dans la relation d’enseignement.

Comme élève, puis comme étudiante, j’ai pu constater tout d’abord que les professeurs les plus sévères ne sont pas toujours, au fond, les plus respectés ; ensuite, que les professeurs les plus sûrs d’eux-mêmes ne sont pas toujours les plus crédibles. Comme professeur, j’ai rapidement été confrontée à ces deux tentations : la dureté envers les élèves, particulièrement dans un collège privé où l’enseignant est soutenu par un cadre éducatif fort ; et l’orgueil, face à un public de jeunes, particulièrement influençables, et dans un établissement élitiste, de l’excellence duquel il est tentant de se prévaloir…

C’est une phrase de l’Évangile selon saint Matthieu, expliquée par un vieux professeur de théologie, qui m’a interpelée et, pour ainsi dire, rappelée à l’ordre : « Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de coeur » (Mt 11, 29). Dans cette parole, le Christ se place lui-même en position de professeur, de maître (rabbi), puisqu’il nous invite à nous « mettre à son école », à devenir ses disciples au sens propre, c’est-à-dire ses élèves (discipulus : celui auquel on enseigne). Il est donc, par excellence, le modèle à imiter pour le professeur chrétien. Or, cette posture d’enseignant qu’il adopte, il la justifie non par son savoir, ni par son pouvoir, mais par son humilité et sa douceur, qu’il établit comme fondements de son autorité. Lire la suite sur Cahiers Libres

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]