Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Épiphanie : comment le sens de cette fête varie selon les traditions

DR / BNF
Missel de Jacques de Beaune - Lettrine du folio 226v



BnF Manuscrit Latin 886



Jean Bourdichon XVe-XVIe siècle



 
Partager

En la Solennité de l’Épiphanie, ce mardi 6 janvier, le pape François a présidé une concélébration eucharistique dans la basilique Saint-Pierre.

Le Saint-Père était entouré des cardinaux et évêques membres de la Chapelle pontificale. La célébration a été suivie de l’Angélus à midi avec les fidèles rassemblés place Saint-Pierre. 

La rencontre était animée par des fanfares, des groupes folkloriques et des figurants en costumes d’époque qui accompagneront les rois mages du château Saint-Ange à la place Saint-Pierre, le long de l’avenue de la Conciliazione. L’Épiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme Messie. Le mot « épiphanie » signifie « manifestation » en grec. À travers cet événement, Dieu se donne à voir, Il entre dans notre monde, dans notre histoire. 
 

En Orient et en Occident

En Occident, elle est fixée au 6 janvier ou au dimanche situé entre le 2 et le 8 janvier. Elle commémore un des événements de l’enfance de Jésus : l’adoration des mages. L’Évangile de saint Matthieu raconte que des mages venus d’Orient ont été guidés par une étoile jusque vers Jésus qui venait de naître : « Ils se prosternèrent et L’adorèrent. Ils ouvrirent ensuite leurs trésors et Lui offrirent en présent de l’or, de l’encens et de la myrrhe ». L’or est la marque de la royauté, l’encens, celle de la divinité et la myrrhe, utilisée pour embaumer, celle de la renaissance après la mort.

En Orient, l’Épiphanie célèbre l’inauguration du ministère public du Christ, lors de son baptême au Jourdain. Au contraire, l’Église latine a instauré à part la Fête du Baptême du Seigneur, célébrée le dimanche qui suit l’Épiphanie ; c’est elle qui conclut le temps liturgique de Noël. Pour tous, l’Épiphanie est l’annonce du Salut, la Bonne Nouvelle. 
 

Embrasser une statue de Jésus

Il est de tradition dans certains pays d’embrasser une statue de l’Enfant Jésus le jour de l’Épiphanie. C’est aussi la date choisie pour célébrer l’enfance missionnaire : des enfants et des adolescents sont invités à renouveler leur engagement à répandre l’Évangile par leur choix et leur style de vie. Cette année, cette journée est placée sous le thème : « Les derniers seront les premiers », en écho à l’enseignement du pape François qui nous invite à être attentifs aux périphéries géographiques et existentielles : celles du mystère du péché, de la douleur, de l’injustice, de l’ignorance, du manque de foi, et à toute forme de misère. C’est là que nous sommes appelés à annoncer et à redécouvrir la Miséricorde de Dieu devant laquelle personne n’est marginalisé. 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]