Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 03 mars |
Saint Guénolé
home iconActualités
line break icon

Vivre en zone contaminée après Tchernobyl ou Fukushima

@DR

Sylvain Dorient - Publié le 05/01/15

Connaissez-vous un exemple de reprise d’activité malgré une contamination radioactive ?
Dans certains cas, il devient possible d’envisager des reprises d’activité. Ainsi par exemple, les Lapons dans le nord de la Norvège ont pu maintenir, grâce à des techniques appropriées, la production de viande de renne qu’ils consomment abondamment (ainsi que la population norvégienne dans une moindre mesure). En effet, les éleveurs de rennes ont été (et restent toujours) gravement impactés par l’accident de Tchernobyl. Les rennes (semi-sauvages) se nourrissent notamment de lichens en parcourant de vastes territoires. Ces lichens absorbent la radioactivité et la viande des rennes est fortement contaminée. Les techniques utilisées consistent à sédentariser ces rennes pendant plusieurs semaines avant l’abattage en les nourrissant de fourrage non contaminé avec des additifs de type Bleu de Prusse.

Mais cela revient à renoncer à leur mode de vie traditionnel ?
L’élevage de rennes est une activité immémoriale et indissociable de la culture lapone. Maintenir cette activité était donc vital pour la survie de ses habitants et les Norvégiens en ont fait une priorité nationale. Il était impossible de stopper cette activité ou de dédommager les éleveurs en leur donnant des compensations. Le maintien d’une activité de production et de consommation de viande de renne ont donc été jugés vitaux. Pour cela, les autorités norvégiennes, en dialogue avec les différentes composantes de la société, ont mis en place un double standard de qualité radiologique pour ce produit. Une norme très protectrice (600 Becquerels par kilo) pour les populations lapones fortement consommatrices (quotidiennement) de viande de renne. Une norme moins restrictive (6 000 becquerels par kilo) pour le reste de la population (moins exposée car ne consommant ce produit que sous la forme de « viande fumée » et de façon occasionnelle car c’est un produit de luxe) et maintenir cette consommation par solidarité entre la population norvégienne et le peuple lapon. 

  • 1
  • 2
Tags:
Écologie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christine Pellen
GPA : mère génétique de 10 enfants, elle ne compte pas s’arrêter ...
2
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
3
Anne Bernet
Les 110 innocents des Lucs-sur-Boulogne, le plus horrible massacr...
4
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
5
LIBBY OSGOOD
Sandra Ferrer
Libby, la scientifique de haut-vol de la NASA devenue religieuse
6
cathédrale de Nice
Bérengère Dommaigné
Soulagement à Nice et Dunkerque, les messes sont autorisées
7
Rachel Molinatti
TikTok : le calcul « hallucinant » du père Matthieu
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement