Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Aidez-nous à garder la lumière allumée.
ENGAGEZ-VOUS
Aleteia

Les 15 maux de la Curie selon le pape François

© ANDREAS SOLARO / AFP
VATICAN-POPE-CURIA-GREETINGS Pope Francis speaks during the audience of the Curia, the administrative apparatus of the Holy See, for Christmas greetings in the Sala Clementina of the Apostolic Palace at the Vatican, on December 22, 2014. AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO
Partager

La Curie est gravement malade, estime le Pape, qui en a entamé une réforme profonde. Inventaire de ses maux avec les mots de François...

En détaillant le maux de la Curie lors de son discours de voeux, le Pape a résolument appelé celle-ci à une réforme spirituelle : "Il est agréable de penser à la Curie romaine comme à un petit modèle de l’Église. C’est-à-dire comme à un corps qui essaie, jour après jour d’être plus vivant, plus sain, plus harmonieux et uni avec lui-même et avec le Christ. La Curie est toujours appelée à s’améliorer et à croître dans la communion, la sainteté et la sagesse pour réaliser pleinement sa mission." Voici les 15 maladies graves qui la touchent, selon le Saint Père.

1. Se croire immortel, immunisé ou indispensable

Première maladie de la Curie : se sentir  "immortel", "immunisé" ou a "indispensable" en négligeant les contrôles nécessaires et habituels. Une  Curie qui ne " s’autocritique pas, ne s’améliore pas, est un corps malade, infirme. Une visite ordinaire au cimetière pourrait nous aider à voir les noms de tant de personnes, qui se considéraient probablement être indispensables, invulnérables et indispensables !  C’est la maladie de l’homme riche insensé de l’Evangile qui pensait vivre éternellement (et de ceux qui se transforment en maîtres et se sentent supérieurs à tous, et non au service de tous.
 

2. L’excès de travail, ou "marthalisme"

Il y en a une autre : la maladie du "marthalisme" (de sainte  Marthe), de l’activité excessive. Autrement dit de ceux qui se noient dans le travail, négligeant inévitablement "la meilleure part": s’asseoir aux pieds de Jésus ( Lc 10, 38-42).  C’est pourquoi Jésus a appelé ses disciples "à se reposer un peu" " (Mc 6, 31) , car négliger le repos nécessaire conduit au stress et à l’agitation. Le temps de repos, pour celui a mené à terme sa mission, est utile et nécessaire, et doit être vécu sérieusement: passer un peu de temps avec sa famille et respecter les jours fériés comme des moments pour "se recharger" spirituellement et physiquement ; il faut apprendre ce qu’enseigne il Qoèlet :"il y a un temps pour tout  "
(3, 1-15).
 

3. L’endurcissement mental ou spirituel

Il y a aussi la maladie de  la fossilisation, l’endurcissement mental et spirituel : ceux qui possèdent un cœur de pierre et une "nuque raide" (Acta 7,51-60); ceux qui, chemin faisant, perdent leur sérénité intérieure, la vivacité et l’audace  et se cachent sous les papiers devenant des "machines de pratiques"  et non "des hommes de Dieu". Il est dangereux de perdre la capacité de pleurer avec ceux qui pleurent et de se réjouir avec ceux qui se réjouissent ! C’est la maladie de ceux qui perdent les "sentiments de Jésus". Car, au fil du temps, leur cœur se durcit et devient incapable d’aimer inconditionnellement le Père et leur prochain (Mt 22, 34-40). Etre chrétien, en effet, signifie"  avoir les mêmes sentiments du Christ Jésus, sentiments d’humilité, de générosité et de dévouement que le Christ ".
 

4. La planification excessive

Quand l’apôtre planifie tout minutieusement et croit que, ce faisant, les choses progressent effectivement, il devient un expert-comptable ou un commerçant. Préparer tout parfaitement est nécessaire, mais sans jamais tomber dans la tentation de vouloir enfermer ou piloter la liberté de l’Esprit Saint […] "Il est toujours plus facile et commode de s’adapter à ses propres positions statiques et immuables. En réalité, l’Eglise se montre fidèle à l’Esprit Saint dans la mesure où elle ne prétend pas le règlementer et le domestiquer…"
 

5. Le manque de coordination

Quand les membres perdent la communion entre eux et que le corps perd son fonctionnement harmonieux, devenant un orchestre qui qui produit du bruit parce que ses membres ne collaborent pas et ne vivent pas l’esprit de communion et d’équipe […]

Pages: 1 2 3 4 5

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]

Des millions de lecteurs à travers le monde - dont plusieurs milliers de chrétiens du Moyen-Orient - comptent sur Aleteia pour s'informer, trouver de l'inspiration et des encouragements. Soutenez cette édition par vos dons.