Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 03 décembre |
Saint François-Xavier
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Vietnam : un pays plombé par le Parti

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - publié le 17/12/14

Alors que le 10e plénum du Comité central du Parti communiste vietnamien va s’ouvrir le 20 décembre, un article dresse un bilan sans concession de l’action du parti unique : le pays est au seuil de la faillite.

Le mois de décembre est l’époque où l’on dresse les bilans. En cette fin d’année, l’auteur du texte ci-dessous, qui signe sous le nom de Lê Minh Nguyên, fait le point sur la situation du Parti communiste au Vietnam, un parti qui depuis 50 ans détient le monopole du pouvoir. Ce bilan est d’autant plus urgent que le Parti est en train de préparer son XIIe congrès, qui devrait se tenir en janvier 2016. Le texte met en doute la capacité des dirigeants actuels à apporter une solution aux graves problèmes actuels et à procéder aux choix qui s’imposent.

La Rédaction d’Églises d’Asie a traduit le texte vietnamien mis en ligne le 13 décembre 2014 sur le site de l’agence Vietnam Redemptorist News (VRNs).

Le Xe plénum du Comité central du Parti communiste vietnamien va se réunir à partir du 20 décembre 2014. C’est une réunion importante qui devrait débattre des graves problèmes soulevés par la prochaine tenue du XIIe Congrès du Parti qui devrait avoir lieu au mois de janvier 2016, c’est-à-dire dans 13 mois, si, du moins, ce dernier est organisé aux dates prévues par le calendrier officiel.

Impasse politique et zizanie

Il faut dire tout d’abord que le Xe plénum a pris un retard anormal et n’a sans doute pas été soigneusement préparé. En conséquence, on peut penser que les désaccords concernant le choix du personnel et de la ligne politique vont se multiplier pendant les 12 mois à venir.

Il existe en effet de nombreux problèmes importants dans lesquels le Parti est empêtré aujourd’hui et pour lesquels il ne trouve aucune solution.

1. Dans sa majorité, la génération des dirigeants actuels a atteint ou dépassé les 65 ans ; ces responsables devraient donc démissionner conformément aux règles non écrites appliquées depuis longtemps par le Parti communiste vietnamien, qui suit en cela l’exemple chinois. Une telle situation pousse les groupes rivaux à comploter les uns contre les autres dans les coulisses du Parti, et à se disputer âprement le soutien de la population dans leurs bases arrière.

Cette situation fait penser aux icebergs dont la partie immergée est dix fois plus volumineuse que la partie émergée. L’arrestation de Ha Van Tham(1), les accusations portées contre Trân Van Tuyên(2), Lê Thanh Cung(3), Hoang Van Nghiê(4), les arrestations de Hông Lê Tho et de Nguyên Quang Lâp(5), la maladie de Nguyên Ba Thanh(6), les menaces proférées contre les blogueurs, tout cela n’est que la partie émergée d’un iceberg dont la véritable taille est bien plus grande.

2. L’influence des États-Unis au Vietnam est chaque jour plus marquée. C’est avec irritation que la Chine voit ses ambitions se heurter directement aux approches répétées des États-Unis auprès du Vietnam, un pays qui, depuis les années 1990 jusqu’à aujourd’hui, n’avait jamais été soumis à des influences autres que chinoises. Selon le spécialiste de géopolitique Robert Kaplan, les États-Unis considèrent le Vietnam comme la plus importante des dix nations de l’Asie du Sud-Est, tandis que la Chine voit le Vietnam comme le plus grand obstacle à son expansion, davantage encore que les États-Unis. C’est pourquoi le Parti communiste vietnamien est aujourd’hui divisé en ce qui concerne ces deux pôles d’influence que sont la Chine et les États-Unis.

3. L’impasse politique du régime actuel est due à l’obsolescence de son modèle politique. Les dirigeants politiques ont tous la même obsession : faire en sorte que le régime ne s’engage pas dans une voie sans issue.

Faut-il alors suivre totalement la Chine ?

Les dirigeants actuels ne peuvent le faire pour deux raisons principales. D’abord parce qu’aucun des deux groupes concurrents à l’intérieur du Bureau politique n’est assez puissant. Le groupe formé par le secrétaire général du Parti et le chef de l’État n’arrive pas à s’imposer. Ensuite, il est impossible que le Vietnam soit totalement assujetti à la Chine à cause de l’opposition de la population à cet asservissement et parce que le Vietnam ne peut se passer de l’influence américaine.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
communismevietnam
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement