Aleteia

Notre-Dame de Guadalupe, la grande alliée des exorcistes

Mike Crupi
Partager
Commenter

La Vierge de Guadalupe est une arme d'une exceptionnelle puissance contre le démon, explique le père Babolin, prêtre exorciste du diocèse de Padoue en Italie.

La Vierge de Guadalupe contrarie tout particulièrement le démon. Le père Sante Babolin, prêtre exorciste du diocèse de Padoue (Italie), peut en témoigner. Il participait en juillet à un séminaire pour prêtres exorcistes organisé par l’université pontificale de Mexico. Interviewé par l’hebdomadaire catholique Desde la Fe, le père Babolin a raconté comment Notre-Dame de Guadalupe « est une arme contre le démon ».
 

​Une Mère qui intervient pour libérer

Comme le relate l’hebdomadaire mexicain, l’exorciste italien traitait dans son diocèse le cas d’un jeune possédé par le démon. Comme d’habitude, le père Babolin  a entamé le rituel des exorcismes quand, tout à coup, il a su qu’il devait l’invoquer, Elle, la Vierge de Guadalupe, pour laquelle il ressent une grande dévotion : « Notre-Dame de Guadalupe, Reine du Tepeyac, libère-le », se rappelle-t-il avoir dit. À cet instant, le démon a répondu avec violence : « Avant Elle, tout cela était à moi, là-bas ». « Il se référait au Mexique », précise l’exorciste. Le père Babolin  s’est alors souvenu de Tonanzin, la déesse Terre de l’ancienne mythologie indigène du Mexique, et il raconte avoir fait cette autre invocation : « Notre Dame de Guadalupe, toi qui as détruit l’empire de Tonanzin (…) ». Et immédiatement, le démon l’interrompit avec force : « Coatlicue », qui signifie « serpent » et, en tant que « concept sacré du mal » fait partie de cette mythologie. « Coatlicue terrorise », précise l’exorciste, alors que la Vierge de Guadalupe attire et console.

L’exorcisme terminé, le père Babolin demanda au jeune homme, maintenant libéré, s’il connaissait le Mexique et son histoire, et lui dit de prononcer le mot « Coatlicue ». Mais, à l’évidence, le jeune homme n’avait aucune idée des cultures préhispaniques, et encore moins du Mexique.

Le prêtre exorciste a raconté cet épisode pour souligner que, durant un exorcisme, l’invocation à « Sainte Marie, Mère de Dieu » est d’une exceptionnelle puissance et qu’elle contrarie tout particulièrement le démon ; et que, parmi tous les vocables de Marie, c’est celui de Notre-Dame de Guadalupe qui est le plus puissant. Selon le père Babolin, cette invocation mariale est très puissante face au démon, parce que la Sainte Vierge exprime une tendresse maternelle et construit tout par amour, et non par la terreur ; et aussi que « son image de Mère exalte la famille, unie par son esprit maternel, qui offre l’amour aux parents et aux enfants ; et ce même esprit maternel – en référence spécifiquement à la Vierge de Guadalupe  travaille afin que tout le peuple mexicain soit dans une fraternité humaine. Tout cela contrarie fort le démon ». Et, poursuivit le prêtre exorciste, « c’est pourquoi, dès le début de mon ministère d’exorcisme, j’ai invoqué Notre-Dame de Guadalupe, parfois l’appelant Sainte Marie, Mère de Dieu, Notre Dame de Guadalupe, Mère de Miséricorde ».
 

Le triomphe de la Mère du Fils de Dieu sur Satan

Le pape Jean-Paul II, à propos de l’Immaculée Conception, fait référence précisément au triomphe de la Vierge Marie, Mère du Fils de Dieu, sur Satan : « Le Fils de Marie a remporté la victoire définitive sur Satan et Il en a fait bénéficier sa mère de façon anticipée, la préservant du péché. En conséquence, le Fils lui a accordé le pouvoir de résister au démon, réalisant ainsi dans le mystère de l’Immaculée Conception l’effet le plus notable de son œuvre rédemptrice ». « L’appellation "pleine de grâce" et le Protoévangile, en attirant notre attention sur la sainteté particulière de Marie et sur sa complète exemption de l’influence de Satan, nous font comprendre, dans le privilège unique que le Seigneur a accordé à Marie, le début d’un nouvel ordre, qui est le fruit de l’amitié avec Dieu et qui comporte, en conséquence, une hostilité profonde entre le serpent et les hommes. »

Article initialement publié par Gaudium Press
Adapté de l’espagnol par Élisabeth de Lavigne
Sources : Desde la Fe et Aciprensa

Partager
Commenter
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]