Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 14 avril |
Saint Asicus
home iconÉglise
line break icon

Le mariage à la lumière d’en-haut

Philippe Oswald - Publié le 17/12/14

Deux normaliens, époux chrétiens, explorent le mystère du mariage sacramentel avec l’éclairage supérieur de la foi. Un ouvrage dense, brûlant, lumineux !

Ils sont tous les deux anciens élèves de l’École normale supérieure, chose rare dans un couple, lui, journaliste, elle, enseignante. Chose plus rare encore, ils sont de fervents chrétiens et parents de six enfants, ce qui les met tout à fait hors norme. Et ils ont mobilisé leur intelligence, leur culture, leur foi, et leur expérience d’époux et de parents, dans L’amour sauvé, un livre d’une rare élévation « à l’intérieur d’un réalisme extraordinaire », comme le souligne Mgr de Dinechin, le préfacier. Il existe en effet une foultitude de bons écrits sur le mariage, allant du témoignage et du conseil psychologique à la théologie morale ou fondamentale, mais peu empruntent aussi résolument « la voie d’en haut ». Y compris pour parler de la vie commune et de l’union des corps, car l’angélisme n’a pas sa place dans la vie conjugale.

Un sacrement pour deux…

De tous les sacrements, le mariage est à la fois l’un des plus communs et l’un des plus difficiles à  comprendre. N’est-il pas le seul à concerner deux personnes à la fois, de sexes différents (la précision, aujourd’hui, n’est pas superflue !), unies corps et âmes jusqu’à ce que la mort les sépare ? Un sacrement pour deux, un homme et une femme, afin qu’ils fassent « une seule chair » jusqu’à ce que la mort les sépare… Autant se munir du plus puissant des projecteurs pour y voir clair dans cet embrouillamini qui a donné tant de sueurs froides aux théologiens depuis les premiers siècles de l’Église (de fait, alors que saint Paul avait déjà tout dit, ils ont mis plus de mille ans avant d’avoir la certitude qu’il s’agissait bien d’un sacrement – le 7e parce que le dernier défini).

La lumière, c’est le Christ. Or ici elle éclaire et sauve de son rayonnement bienfaisant ce que les théologiens avaient le plus de mal à  tenir pour sauvable : l’union sexuelle, que nombre d’entre eux, et non des moindres, jugeaient fatalement entachée de péché. Pourtant, saint Paul déjà le proclamait : « Ce mystère est grand ! ». Mais quel est-il donc, ce mystère ? Jean-Claude et Yolande Bésida y répondent tout au long de cet essai en explorant sous toutes ses coutures « la voie heureuse et sainte » du mariage. Mais s’il fallait répondre  d’une phrase, citons celle-ci : « Le conjoint est l’autre, qui est offert comme chemin vers le Tout Autre ». L’essentiel est dit.

Non aux « tactiques de l’évitement » !

De même qu’il n’y a rien d’impur pour les purs, il n’y pas non plus de sujets tabous. On pense ici aux fameux versets de l’épître de saint Paul aux Éphésiens demandant à l’épouse d’être « soumise » à son mari « en toutes choses », et à celui-ci d’aimer sa femme « comme le Christ a aimé l’Église » (Ep. 5, 21-30).

Les prédicateurs d’aujourd’hui s’accommodent volontiers de commenter la part échue à l’homme (d’autant plus facilement qu’eux-mêmes sont célibataires…), mais la plupart évitent prudemment d’insister sur cette « soumission en toutes choses » qui leur vaudrait immanquablement des commentaires acerbes de fidèles du beau sexe. Les Bésida, eux, n’ont pas cette fausse pudeur et récusent fermement ces « tactiques de l’évitement » dont on s’excuse généralement « en excipant que c’est un élément culturel typique d’une société patriarcale, et qu’il ne saurait pas inspirer une conscience chrétienne moderne ». Mais, objectent-ils, « si l’on commence par évacuer de l’Écriture tout ce qui est âpre, où s’arrêter  » Saint Paul, insistent-ils, est ici dans le registre « de la prescription instante », signe que« quelque chose d’important est en jeu », aujourd’hui comme il y a 2 000 ans.  

Aux rives du mystère

Quand on est en haute altitude, on respire un air dont la pureté paraît brûlante. C’est bien l’impression que ressent le lecteur : l’envie de lire par petites bribes, en se retenant d’inspirer à pleins poumons pour ne pas les brûler avec cet oxygène pur.  Ce n’est que peu à peu, en progressant, qu’on se risque aux inspirations profondes. Suivons nos guides pas à pas dans l’ascension :  

  • 1
  • 2
Tags:
Mariagesacrements
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
2
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
3
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
6
Mathilde de Robien
Brésil : une statue du Christ plus haute que celle du Rédempteur
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement