Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Une nouvelle église pour les chaldéens du Val-d’Oise

Chantiers du Cardinal
Partager

« Sans église, ils sont comme des poissons sans eau », souligne le père Sabir Anar, curé de saint-Thomas à Sarcelles.

La communauté catholique de rite chaldéen ne cesse de grandir dans le Val-d’Oise. Il suffit, pour le constater, de se rendre un dimanche à l’une des huit messes de rite chaldéen, dont deux célébrées au sein de l’église Saint-François d’Assise que prête une paroisse de Gonesse.
 

Construire une nouvelle église

Ces deux messes, dites en araméen, dépassent de loin les capacités de l’église Saint-François d’Assise. « Nous ne pouvons célébrer ni baptême ni mariage à notre convenance et nous n’avons pas assez de places pour les 300 enfants du catéchisme (sur les 1 100 enfants catéchisés) », explique le père Sabri Anar. D’où la nécessité de construire une nouvelle église. Lui-même originaire de Turquie, il a dû, comme nombre de ses paroissiens, fuir son pays natal il y a 24 ans de cela. Sa communauté de catholiques de rite chaldéen grandit à la faveur de sa vitalité, mais aussi, hélas, du fait de la situation au Moyen-Orient. « Le feu est partout, explique-t-il. Nous accueillons de plus en plus de familles, d’Irak et d’ailleurs en Orient. Ceci est dû à la situation de leur pays, et une grande partie de ces paroissiens n’envisagent plus de retour. Ils sont fatigués… ».
 

Un cachet architectural oriental

Or pour ces chrétiens chaldéens, l’église représente un véritable point d’attache : « Nous sommes habitués à vivre en communauté autour d’une église, c’est là que nous partageons les événements religieux et entretenons nos coutumes ». La construction d’une nouvelle église a donc été décidée : ce sera Saint-Jean-Apôtre à Arnouville.

La nouvelle église en chantier pourra contenir plus de 500 fidèles avec ses 571 m². Construite sur deux niveaux, avec un rez-de-jardin qui accueillera les salles pour les enseignements, une bibliothèque et une partie du presbytère. Ce ne sera pas de trop pour les quelque 300 enfants qui participent au catéchisme ! La couleur ocre chaude de l’édifice, ses briques et son architecture, rappelant les ziggourats babyloniennes, donneront un cachet oriental à Saint-Jean-Apôtre.

Cette nouvelle église devrait être inaugurée au printemps 2016, mais le père Anar ne cache pas son inquiétude. Le budget total de l’opération représente 6,650 millions d’euros, bien au-delà des capacités de la paroisse ! Malgré le soutien des Chantiers du Cardinal, il manque encore 2,5 millions d’euros pour payer les travaux. L’aide des – généreux – lecteurs d’Aleteia pourrait donc rendre service à cette communauté éprouvée mais vivace ! Si rien n’est fait, ce beau projet, un signe de la présence de l’Église d’Orient, d’où est venue la Bonne Nouvelle, en Occident, risque de s’arrêter avec la fin des gros œuvres…

Dons via la paroisse Saint-Thomas-Apôtre
7-11 rue du Champs Gallois – 95200 Sarcelles
Tél. : 01 39 33 31 64

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]