Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 26 septembre |
Saints Côme et Damien
home iconActualités
line break icon

Euthanasie : la « sédation terminale » n’est pas la solution

Atlantico - Publié le 10/12/14

Un prochain rapport proposerait de banaliser la pratique des sédations « profondes et terminales jusqu’au décès ». Les malades ne pourraient plus s'exprimer lors de leurs derniers instants.

Claire Pellissier, psychologue clinicienne en soins palliatifs, est la porte-parole du mouvement « Soulager mais pas tuer » :

Tant de fois j’ai entendu cette phrase dans la bouche de patients « en fin de vie ». Tant de fois, ces mots venaient quelques jours après que le patient eut demandé « que tout s’arrête ». Et la parole qui semblait tarie, soudain se faisait entendre, partageant à la famille, aux proches, aux soignants les questions, les témoignages, ainsi que les désirs affectifs et spirituels les plus essentiels.

C’est si souvent dans les tous derniers instants que la parole peut jaillir. Encore faut-il donner une place à cette parole, donner du temps, permettre aux personnes de vivre leurs derniers instants. Et aujourd’hui, je m’inquiète quand j’entends que le rapport à venir sur la fin de vie pourrait proposer de banaliser la pratique des sédations « profondes et terminales jusqu’au décès ». Laissera-t-on nos mourants exprimer leurs derniers mots ?

J’ai parfois entendu dans les services : « Il est soulagé quand il dort ». Mais qu’en sait-on réellement ? En endormant un patient, on le fait taire, on ampute sa parole. Comment être sûr que la souffrance plus « existentielle », liée à la peur de l’abandon, à la culpabilité, au manque d’amour, à la mort et à « l’après », est réellement soulagée ? Si la fin de vie est souvent une période de souffrance physique réelle, elle est aussi le lieu de grandes souffrances psychiques, liées à de profondes angoisses qui viennent accentuer, de façon aigüe, la douleur du corps.

Soulager vraiment la douleur, ne passerait-il pas, outre la prise en charge médicamenteuse, par une présence et une écoute renforcée, tenant compte d’une vision globale de l’être ? Faire taire, est-ce la solution à l’angoisse ? En tant que psychologue, j’entends beaucoup d’angoisses d’abandon réveillées en fin de vie. Quelle serait alors une réponse médicale utilisant la sédation ? L’abandon. Le patient se trouverait seul face à ses angoisses, avec un risque réel de se laisser « glisser », mourir dans son sommeil, de manière prématurée, dans une grande souffrance restée ignorée. Lire la suite sur Atlantico

Tags:
euthanasiefin de viesuicide assiste
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Cecilia Pigg
Les astuces des grands saints pour bien dormir
2
I.Media
Pour François, Traditionis custodes rétablit les « véritables int...
3
Dressing Club
Marzena Devoud
Le Dressing Club, la meilleure adresse pour dénicher sa robe de m...
4
Caroline Moulinet
Ce geste tout simple à faire lorsque tout va de travers
5
HOUELLEBECQ
Henri Quantin
La pilule de Benoît XVI et la pilule de Houellebecq
6
Mathilde de Robien
Médecins et intellectuels dénoncent l’idéologie de l’autodétermin...
7
184833616
Marzena Devoud
Que dire à un proche en fin de vie ? Sept pistes pour vivre ce te...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement