Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 06 mars |
Sainte Colette de Corbie
home iconActualités
line break icon

Chine : les dissidents ouïghours assimilés à des terroristes

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 10/12/14

Dissidents et terroristes islamistes ouïghours sont ciblés par une même répression dans la Région autonome du Xinjiang où Pékin met en œuvre une sinisation forcée.

La répression se poursuit dans la Région autonome du Xinjiang où la minorité turcophone et musulmane dénonce depuis des années la politique discriminatoire et la sinisation forcée de Pékin.

Lundi 8 décembre, la CCTV, télévision d’État, a rapporté que huit terroristes ouïghours avaient été condamnés à mort pour leur rôle dans des attentats commis le 30 avril devant une gare et le 22 mai dans une rue commerçante d’Urumqi, capitale de la Région, lesquels avaient fait une quarantaine de morts.

Sans donner d’autres indications que les noms de quatre d’entre eux, les médias officiels ont déclaré que les huit Ouïghours avaient été reconnus coupables par le tribunal d’Urumqi d’avoir « dirigé ou intégré un groupe terroriste », d’avoir « fait détoner des explosifs » et d’avoir « attenté à l’ordre public par des moyens dangereux ». Cinq autres accusés, dont l’identité n’a pas été révélée, ont été, durant ce même procès, condamnés à une peine de mort avec sursis(1) tandis que quatre autres ont écopé de prison ferme à perpétuité.

Le China Daily, média d’État, rapporte aujourd’hui que l’un des condamnés à la peine capitale, désigné comme le principal responsable de l’attentat du 30 avril, Ahmet Rexit, un Ouïghour de 24 ans, ne « serait même pas capable de lire le Coran ». Toujours d’après le journal chinois, Abliz Dawut et Nurahmat Ablipiz, organisateurs de l’attaque du 22 mai, se seraient formés avec Ahmet Rexit à partir de « vidéos d’entraînement » sous la direction d’Ismail Yusup, leader du groupe terroriste du Mouvement islamique du Turkestan oriental.

Pékin pratique l’amalgame

« Ils n’ont eu droit à aucun moyen de défense, a dénoncé Dilxat Raxit, porte-parole du Congrès mondial ouïghour, basé à Munich, et dans ce type de procès monté de toutes pièces pour servir la politique de Pékin, aucun chance n’est laissée aux accusés de pouvoir faire advenir la vérité ». Dans un communiqué, l’organisation représentant la communauté ouïghoure en exil a également accusé les autorités en Chine « de ne pas vouloir s’attaquer au problème du Xinjinag à la racine et donc de prendre en compte sa responsabilité dans les troubles en Région ouïghoure ».

Ce mardi 9 décembre, les médias d’État ont annoncé que sept
« séparatistes » du Xinjiang avaient été condamnés à des peines d’emprisonnement allant de 3 à 8 ans. Bien que le procès de ces derniers se soit tenu le 25 novembre à Urumqi dans le plus grand secret, c’est le lendemain de l’annonce de la condamnation à la peine capitale des huit Ouïghours « terroristes », que les autorités ont décidé de révéler les peines infligées à ces dissidents, opérant ainsi un amalgame favorable à la politique « anti-ouïghoure » actuellement prônée par Pékin.

Emprisonnement à vie pour « activités séparatistes »

Si les médias officiels ne donnent pas d’autres détails concernant les sept condamnés, la communauté ouïghoure en exil a révélé quant à elle qu’il s’agissait d’étudiants du célèbre universitaire Ilham Tohti, lequel vient de voir sa peine d’emprisonnement à vie pour « activités séparatistes » confirmée en appel il y a quelques jours.

Parmi ces sept jeunes jugés fin novembre, six d’entre eux sont ouïghours, le septième étant membre de la minorité ethnique des Yi(2). Ces étudiants aidaient Ilham Tohti à tenir un site Internet bilingue chinois-ouïghour destiné à encourager la communication entre les Hans et les Ouïghours. Les autorités les ont cependant accusés d’inciter par l’intermédiaire de celui-ci à la « haine raciale » et à « l’indépendance du Xinjiang ».

Devant faire face à la même accusation que celle portée à l’encontre de leur professeur, les étudiants ont été condamnés à des peines de peines allant de 3 à 8 ans de prison.

  • 1
  • 2
Tags:
chine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LA BONNE MORT
Père Nathanaël Pujos
Que se passe-t-il au moment de la mort ?
2
Rachel Molinatti
Irak : chaque matin, Sara, musulmane, va prier devant la Vierge d...
3
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
4
WEB2-IRAK-IMEDIA
Hugues Lefèvre
Les cinq choses à savoir sur le voyage du pape François en Irak
5
La rédaction d'Aleteia
EN DIRECT – François en Irak : avec le vaccin de l’espéranc...
6
Guillaume et Dorota Andrieu
Marzena Devoud
« Notre challenge ? Faire découvrir aux fiancés que l’on do...
7
Ziggurat of Ur
Caroline Becker
Irak : la visite du Pape, véritable pèlerinage en Terre sainte
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement