Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconActualités
line break icon

Birmanie : vote d’une loi discriminant les non bouddhistes

© EDA

Sylvain Dorient - Eglises d'Asie - Publié le 09/12/14

Le président Thein Sein vient de graver dans le marbre les propositions des bonzes radicaux, revendiquant le bouddhisme comme seule religion pour le pays.

La proposition de loi avancée par le président de la République birmane a été élaborée par une coalition de bonzes radicaux proches du pouvoir. Leur nom est éloquent : Organisation pour la protection de la race, de la religion et de la foi (OPRRB) (voir Église d’Asie).

Ces bonzez entendent en premier lieu mettre un terme à l’expansion des musulmans sur leur territoire. Pour cela, la loi prévoit de limiter le nombre de naissances à deux enfants dans les régions à majorité musulmane. Cette loi existe déjà pour l’ethnie des Rohingya de l’État de Rakhine, et la présente proposition n’en serait qu’une extension. La loi prévoit également d’encadrer toutes les conversions de bouddhistes à une autre religion. Toute personne souhaitant se convertir devra en référer à l’administration. Désormais, toute jeune femme bouddhiste souhaitant épouser un homme d’une autre religion devra non seulement obtenir l’accord de l’administration, mais aussi celui de sa famille et belle-famille, les époux devant impérativement se convertir au bouddhisme.

L’Ouest de la Birmanie connaît des épisodes de violence entre les communautés musulmane et bouddhiste, qui concernent en particulier l’ethnie très persécutée des Rohingyas en Arakan (État Rakhine). Selon les chiffres du gouvernement birman, ces violences auraient fait plus de 200 morts et environ 140 000 déplacés, un chiffre largement sous estimé, selon les ONG locales.

L’archevêque catholique de Rangoun, Mgr Charles Bo, s’est élevé contre ces propositions : la conversion est « un acte relevant de la liberté individuelle. Nul ne peut contraindre quelqu’un à embrasser ou à quitter une religion (…), pas même ses parents, l’État ou des moines. » La dissidente mondialement célèbre Aung Saan Suu Kyi, qui avait jusqu’à présent refusé de « prendre parti » dans les conflits opposants musulmans et bouddhistes en Birmanie, s’est élevée contre « ces mesures discriminatoires et ces violations des droits de l’homme ainsi que des droits des femmes ».

Thein Sein, qui représentait l’image du président de l’ouverture démocratique de la Birmanie, prend le risque de se mettre à dos la communauté internationale. Toutes les ONG ont dénoncé ces lois discriminantes, mais il a pour lui une forte assise populaire sur cette question. Les lois des bonzes de l’OPRRB ont fait l’objet d’une pétition qui a recueilli 1,3 million de signatures. Le pouvoir birman, qui tente une périlleuse ouverture tout en conservant les rênes du pouvoir, a tout intérêt à fédérer sa population contre un adversaire commun.

Les Birmans se souviennent de la révolution de safran, menée par des moines bouddhistes il y a seulement sept ans contre la junte, et durant laquelle certains d’entre eux avaient été tués par les forces de sécurité. La mort de ces moines avait durablement discrédité la junte. Elle avait commencé à montrer un nouveau visage à partir de la fin de l’année 2010, libérant Aung Saan Suu Kyi et signant des traités de paix avec les milices des ethnies minoritaires. Le président Thein Sein, élu début 2011 à la suite d’un scrutin largement dénoncé, voit donc logiquement dans la lutte contre les musulmans une « cause fédératrice », qui met de son côté une partie des moines bouddhistes, fussent-ils de dangereux extrémistes.

Tags:
birmanie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement