Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « Seul un cœur humble connaît Jésus »

radiovaticana
Partager

Celui qui étudie le mystère de Dieu doit se mettre à genoux, a affirmé le pape François lors de l’homélie célébrée mardi matin en la chapelle de la maison Sainte-Marthe.

Les yeux d’un pauvre sont plus adéquats pour voir le Christ et à travers lui, apercevoir le profil de Dieu. Les autres qui prétendent sonder ce mystère par leur propre intelligence doivent d’abord se mettre « à genoux », dans un comportement d’humilité car sinon, « ils ne comprendront rien ». Le pape François répète la vérité et le paradoxe du mystère de la Bonne Nouvelle : le Règne de son Père appartient aux « pauvres d’esprit ».

La réflexion du Pape suit les traces de l’Évangile selon saint Luc proposée par la liturgie, dans le passage le Christ loue et remercie son Père parce qu’il a décidé de se révéler à ceux qui ne comptent en rien pour la société et ceux qui comptent quelque peu mais qui savent se faire « tout petit » dans l’âme : « Il nous fait connaître le Père, il nous faut connaître sa vie intérieure. Et à qui révèle-t-il ce Père ? À qui donne-t-il cette grâce ? "Je te loue, Ô Père, Seigneur du Ciel et de la Terre, parce que tu as dissimulé ces choses-là aux érudits et aux savants et tu les a révélé aux plus petits." Seulement ceux qui ont un cœur semblable à celui des plus petits sont capables de recevoir cette révélation. Un cœur humble, doux, qui ressent le besoin de prier, de s’ouvrir à Dieu, qui se sent pauvre. Seulement ceux qui vont de l’avant avec la première Béatitude : les pauvres d’esprit ».

Donc, la pauvreté est le don privilégie pour ouvrir la porte du mystère de Dieu. Un don qui parfois, fait remarquer le Pape François, peut faire défaut à ceux qui dédient à ce mystère une vie d’étude : « Tant de personnes peuvent connaître la science, la théologie ! Mais s’ils n’apprennent pas cette théologie à genoux, c’est-à-dire humblement, comme des petits, ils ne comprendront rien. Ils nous diront tant de choses mais ils ne comprendront rien. Cette pauvreté est la seule qui soit capable de recevoir la Révélation que le Père donne à travers Jésus. Et Jésus vient, non pas comme un capitaine, un général d’armée ou un gouvernant puissant, non ! Il vient comme un bourgeon : il est humble, doux et il est venu pour les humbles, les doux, pour porter le salut aux malades, aux pauvres et aux oppressés ».

Et Jésus, poursuit le Pape, est le premier des marginaux qui arrive même à retenir « que d’être égal à Dieu est une valeur non négociable ». « La grandeur du mystère de Dieu », répète-t-il, peut seulement se connaître « dans le mystère de Jésus et le mystère de Jésus est le mystère de l’abaissement, de l’anéantissement, de l’humiliation qui apporte le salut aux pauvres, à ceux qui sont anéantis par tant de maladies, de péchés et de situations difficiles ». « En dehors de ce cadre, conclut le Pape, on ne peut pas comprendre le mystère de Jésus. En cette période de l’Avent, nous demandons au Seigneur de nous rapprocher davantage à son mystère et de le faire sur le chemin qu’il veut que nous empruntions : le chemin de l’humiliation, le chemin de la douceur, le chemin de la pauvreté, le chemin où on se sent pécheur. Ainsi, il viendra nous sauver, nous libérer. Que le Seigneur nous donne cette grâce. »

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]
Pour que la lumière continue à briller dans l'obscurité

Depuis notre création en 2012, le nombre de lecteurs de Aleteia a augmenté rapidement dans le monde entier. Notre équipe est déterminée à fournir des articles qui enrichissent, inspirent et informent votre vie catholique. C'est la raison pour laquelle nous voulons que nos articles soient librement accessibles à tout le monde, mais pour ce faire, nous avons besoin de votre aide. Un journalisme de qualité a un coût (que la publicité sur Aleteia ne peut couvrir entièrement). C'est pourquoi des lecteurs comme VOUS font une différence majeure en faisant un don d'à peine 3 euros par mois.