Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Aleteia

Saint Joseph : une neuvaine pour lui demander un travail

© DR
Saint Joseph "artisan" et "patron de l'Eglise unniverselle"
Partager

Vous recherchez du travail ? Ne désespérez pas ! Invoquez celui qui travailla toute sa vie pour subvenir aux besoins de la Sainte Famille.

La Neuvaine à saint Joseph artisan est l’une des prières les plus belles et les plus efficaces qui soient pour demander et obtenir la grâce de trouver un emploi ! Habituellement, cette neuvaine se fait du 22 au 30 avril pour se préparer à sa fête, fixée au 1er mai. Mais on peut la faire à tout moment de l’année, spécialement dans les moments de nécessité.

À qui s’adresse la neuvaine ?

À tout le monde naturellement, mais elle est particulièrement conseillée pour toute personne qui vit le drame du chômage ou qui souffre (ou a souffert) des injustices dans son travail. On peut la prier pour soi-même ou pour ses amis ou membres de sa famille.

Pourquoi saint Joseph ?

Saint Joseph est le patron des pères de famille, des charpentiers, des agonisants, ainsi que de tous les travailleurs. Dans la figure silencieuse et fidèle de saint Joseph, « on reconnaît la dignité de l’activité humaine, comme devoir et perfectionnement de l’homme, comme service de ses frères, prolongement de l’œuvre du Créateur, apport personnel à la réalisation du plan providentiel du Salut »
(Conc. Vat. II, Gaudium et spes, 34).

C’est Pie XII qui, en 1955, institua la fête liturgique de saint Joseph artisan, destinée à être célébrée dans le monde entier le 1er mai de chaque année, dans le contexte de la fête des travailleurs (Missel romain).

La dignité du travail 

Le 1er mai 2013, en la fête de saint Joseph artisan, dans son homélie matinale à Sainte-Marthe, le pape François  a réaffirmé avec force le rôle fondamental du travail dans la vie de tout être humain : « Celui qui travaille est digne, il a une dignité spéciale, une dignité de personne : l’homme et la femme qui travaillent sont dignes », a-t-il expliqué. Et le pape de déplorer qu’il y ait aujourd’hui tant de personnes « qui veulent travailler, mais ne le peuvent pas ». Et cette situation « est un poids pour notre conscience… en effet, lorsque la société est organisée de telle façon que tout le monde n’ait pas la possibilité de travailler, d’accéder à la dignité du travail, cette société ne va pas bien : elle n’est pas juste, a poursuivi le pape François ! Elle va contre Dieu, qui a voulu que notre dignité commence ici ».

Voici le texte de la Neuvaine à saint Joseph 

Saint Joseph,
Père nourricier si fidèle de l’enfant divin, époux virginal de la mère de Dieu, protecteur puissant de la Sainte Église, je viens vers toi pour me recommander à ta protection spéciale.
Tu n’as rien cherché en ce monde sinon la gloire de Dieu et le bien du prochain.
Tout donné au Sauveur, c’était ta joie de prier, de travailler, de te sacrifier, de souffrir, de mourir pour Lui.
Tu étais inconnu en ce monde et cependant connu de Jésus, ses regards reposaient avec complaisance sur ta vie simple et cachée en Lui.
Saint Joseph, tu as déjà aidé tant d’hommes, je viens vers toi avec une grande confiance.
Tu vois dans la lumière de Dieu ce qui me manque, tu connais mes soucis, mes difficultés, mes peines.
Je recommande à ta sollicitude paternelle ma recherche d’emploi.
Je la mets entre tes mains qui ont sauvé Jésus enfant.
Mais avant tout implore pour moi la grâce de ne jamais me séparer de Jésus par le péché mortel, de Le connaître et de L’aimer toujours plus,ainsi que sa sainte Mère, de vivre toujours en présence de Dieu, de tout faire pour sa gloire et le bien des âmes, et d’arriver un jour à la vision bienheureuse de Dieu pour Le louer éternellement avec toi.
Amen.

Traduit de l’édition hispanophone d’Aleteia par Élisabeth de Lavigne 

Découvrez ici une sélection des œuvres commentées par Dominique Ponnau dans Saint Joseph ou la vérité du songe :

 

 


[1] Dominique Ponnau a également consacré un livre à saint Jean-Baptiste et à ses représentations : Jean-Baptiste, la gloire de l’effacement, Paris, Salvator, 2015.

 

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]