Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

OPINION. Europe, où est ta soif de vérité ?

© European Union 2014 - European Parliament CC
https://www.flickr.com/photos/european_parliament/15874552272/in/set-72157649451058642
Partager

Le blogueur Koz revient sur la visite éclair de François aux institutions européennes à Strasbourg ce mardi et analyse le contenu des deux interventions du Pape.

Peine perdue pour la dinde et le petit coq : on se souviendra de la visite du pape François au Parlement européen et au Conseil de l’Europe. Hormis ses opposants traditionnels et peu significatifs, le pape a recueilli un large assentiment parmi les politiques même si la constance avec laquelle ils ne prennent pas en compte ses enseignements porte à relativiser leur emballement passager. Tout de même, trois minutes d’ovation debout, ce n’est pas juste une approbation de circonstance et l’on ne peut pas exclure que le Pape ait fait vibrer chez eux la raison profonde de leur engagement.

« Il semble que les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde. » Et c’est du bout du monde que ce pape argentin originaire d’Italie est venu raviver avec amitié une Europe vieillie et encalminée. Devant le Conseil de l’Europe, il a interpellé l’Europe : « À l’Europe, nous pouvons demander : où est ta vigueur ? (…) Où est ta soif de vérité, que jusqu’à présent tu as communiquée au monde avec passion ? ». Les mots de Martin Schultz soulignaient peut-être davantage encore la gravité de cette occasion. Car le Pape n’est pas venu pour une visite de courtoisie. Il est venu parler à une Europe en pleine crise idéologique et anthropologique. En remerciant le Pape, le président du Parlement européen a souligné que ses paroles pourront guider les parlementaires « dans un temps de confusion ».

Et c’est bien à cela que le pape s’est consacré : dissiper cette confusion. Par ses deux discours, et singulièrement dans celui qu’il a prononcé au Parlement européen, le Pape a rappelé ce que devait être la mission de l’Europe, pour un chrétien, en apportant la vision globale et cohérente qui nous fait dramatiquement défaut, que ce soit en Europe ou en France.

S’il fallait retenir seulement quelques mots de ces deux interventions, alors je retiendrais ceux-ci : dignité, personne, transcendance, racines, vérité et avenir. Lire la suite sur le blog de Koztoujours

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]