Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconÉglise
line break icon

Katmandou : rentrée scolaire pour une déesse

© Asia News

Sylvain Dorient - Publié le 25/11/14

Une « déesse vivante » hindoue vient de choisir d’entrer dans l’école catholique Saint-François-Xavier.

Vénérée pendant ces dernières années comme la réincarnation de Kali, la jeune fille de 13 ans devient une écolière presque comme les autres. « Je reste une hindoue, a-t-elle expliqué à Asianews, mais j’ai reçu de la solidarité et du respect de la part des catholiques. » Vénérée par les hindous comme par les bouddhistes depuis l’âge de 9 ans, Samita Bajracharya devait obéir à des règles complexes en tant que « Kumari » (vierge en français), c’est-à-dire réincarnation de la déesse Kali pour les hindous et Burga pour les bouddhistes.

Ce statut lui donnait des privilèges, elle était entourée de serviteurs qui devaient s’occuper d’elle du matin au soir, mais il la contraignait à suivre des règles précises. Elle ne devait jamais toucher le sol, considéré comme impur. Tous les matins, elle était baignée, maquillée, habillée de rouge – le symbole de la déesse – et personne n’avait le droit de la toucher à l’exception des serviteurs et des membres de la famille. Lors des cérémonies religieuses, elle devait cacher ses émotions, car les sourires comme les pleurs sont considérés comme de mauvais présages. Cette période de la vie des Kumaris commence avec la perte de la première dent de lait et finit avec les premières menstruations. Le retour à la vie normale est souvent difficile : habituée à être servie et adorée, les jeunes filles peuvent montrer des signes d’instabilité. De plus, elles trouvent rarement un compagnon car une légende raconte que se marier avec une Kumari entraînerait la mort dans l’année qui suit.

Samita Bajracharya a souhaité reprendre sa scolarité et a choisi l’école Saint-François-Xavier : « Ils ont la meilleure méthode d’éducation. Et les étudiants et les professeurs me font me sentir comme chez moi ». Sa mère, Purna Shova Bajracharya, se montre heureuse de ce choix. « Ma fille est très bien traitée, assure-t-elle, et elle a l’occasion de bénéficier de l’une des meilleures éducations possibles dans un environnement d’amour et d’attention. J’en suis heureuse. »

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement