Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 22 juin |
Saint Thomas More
home iconActualités
line break icon

François et l’Europe de Robert Schuman

© European Union 2014 - European Parliament CC

https://www.flickr.com/photos/european_parliament/15849917576

Charles Vaugirard - Publié le 25/11/14


« l’être humain risque d’être réduit à un simple engrenage d’un mécanisme qui le traite à la manière d’un bien de consommation à utiliser, de sorte que – nous le remarquons malheureusement souvent – lorsque la vie n’est pas utile au fonctionnement de ce mécanisme elle est éliminée sans trop de scrupule, comme dans le cas des malades en phase terminale, des personnes âgées abandonnées et sans soin, ou des enfants tués avant de naître. ». 

Ce sont des propos très forts, bien loin de l’image d’un pape « politiquement correct ». Il invite l’Union européenne à rejeter toute « culture du déchet » qui enferme l’homme dans une « utilité », une fonction déniant notre humanité. Euthanasie, avortement, abandon des plus faibles sont des conséquences de cette culture du déchet qui considère l’homme comme un producteur et un consommateur… Le discours économique du Pape rejoint son discours sur les questions de société : les deux sujets sont intimement liés, les problématiques de notre temps forment un tout.

Comme il le dit, les débats politiques se font au détriment d’une authentique orientation anthropologique. L’Union européenne est touchée de plein fouet par cet utilitarisme. L’essentiel des compétences de l’Union sont économiques. Le grand marché européen ouvert sur le reste du monde semble le seul objectif d’une organisation essoufflée. Les institutions européennes semblent coupées des citoyens du continent, alors qu’elles sont exposées au lobbying des multinationales. Certes, l’euthanasie et l’avortement ne sont pas dans les compétences de l’Union, mais dans celles des États. Mais ces idées sont des conséquences de cette économie qui tourne pour elle-même. Et nous pouvons rattacher à ce sujet d’autres problèmes qu’il a évoqué : l’écologie, les migrations, l’éducation… L’Europe ne peut se contenter d’être un grand marché et elle ne peut plus être ainsi la proie des lobbies. Le Pape nous invite à remettre l’Union dans le bon sens : celui de la démocratie et du bien commun, centré sur la personne.

Pour pouvoir remettre l’homme au centre de la société Européenne, François invite les Européens à retrouver le patrimoine culturel et philosophique chrétien de notre continent : « En ce sens j’estime fondamental, non seulement le patrimoine que le christianisme a laissé dans le passé pour la formation socioculturelle du continent, mais surtout la contribution qu’il veut donner, aujourd’hui et dans l’avenir, à sa croissance. Cette contribution n’est pas un danger pour la laïcité des États ni pour l’indépendance des institutions de l’Union, mais au contraire un enrichissement. Les idéaux qui l’ont formée dès l’origine le montrent bien: la paix, la subsidiarité et la solidarité réciproque, un humanisme centré sur le respect de la dignité de la personne ».

Ainsi, selon lui, les racines même de l’Union européenne sont chrétiennes. Le respect de la dignité transcendante de la personne, la centralité de la personne humaine ne sont pas des idées nouvelles que le Pape propose aux Européens : elles sont au contraire intrinsèquement liées au projet Européen tel que l’ont conçu ses Pères fondateurs. « Je vous exhorte donc à travailler pour que l’Europe redécouvre son âme bonne », autrement dit l’intuition de Robert Schuman, d’Alcide De Gasperi et de Konrad Adenauer.

Enfin, son discours nous délivre cette conclusion historique, qui ressemble à une exhortation : « Chers Eurodéputés, l’heure est venue de construire ensemble l’Europe qui tourne, non pas autour de l’économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables ; l’Europe qui embrasse avec courage son passé et regarde avec confiance son avenir pour vivre pleinement et avec espérance son présent. Le moment est venu d’abandonner l’idée d’une Europe effrayée et repliée sur elle-même, pour susciter et promouvoir l’Europe protagoniste, porteuse de science, d’art, de musique, de valeurs humaines et aussi de foi. L’Europe qui contemple le ciel et poursuit des idéaux ; l’Europe qui regarde, défend et protège l’homme ; l’Europe qui chemine sur la terre sûre et solide, précieux point de référence pour toute l’humanité ! ».

Puissions-nous entendre son message.

  • 1
  • 2
Tags:
Pape François
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Ces petits gestes d’amour sont plus importants que des « Je t’aim...
2
avgustin irena maucec
La rédaction d'Aleteia
Augustin et Irène, 25 ans de fidélité malgré le handicap
3
Anna Gebalska-Berekets
Ces paroles à dire (et à ne pas dire) à un proche atteint du canc...
4
Wedding engagement ring - Woman
Edifa
Doutes sur son mariage : Dieu voulait-Il pour moi ce conjoint&nbs...
5
Timothée Dhellemmes
[Vidéo] Guillaume Warmuz, l’ancien footballeur qui a répondu à l’...
6
Agnès Pinard Legry
Nouveaux prêtres : la « promo » 2021 arrive !
7
AMERICA'S GOT TALENT
Cerith Gardiner
Télévision : Nightbirde illumine America’s Got Talent
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement