Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 27 juillet |
Sainte Nathalie et ses compagnons
home iconActualités
line break icon

Chine/Vatican. Un accord sur la nomination des évêques ? Une rumeur…

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 25/11/14

Un journaliste chinois très au fait du dossier met en garde : « Ne vous laissez pas abuser par les prétendues propositions de Pékin : un accord avec Rome n’est pas pour demain »

Les agences de presse internationales se sont fait l’écho ces jours derniers d’articles de presse parus en Chine évoquant une proposition que Pékin aurait faite au Vatican à propos du mode de désignation des évêques de l’Eglise catholique en Chine continentale.
Dans son édition du vendredi 21 novembre, le Huanqiu Shibao (Global Times), voix très officielle de la presse chinoise, et média connu pour sa ligne résolument nationaliste,  a cité une source anonyme proche du dossier selon laquelle les candidats à l’épiscopat seraient choisis après accord entre la Conférence des évêques catholiques de Chine et l’Administration d’Etat pour les affaires religieuses, puis présentés au Vatican pour qu’ils soient ordonnés. L’Association patriotique des catholiques chinois a affirmé qu’elle espérait recevoir une réponse du Vatican d’ici le début de l’année 2015. Le Saint-Siège n’a pas fait connaître sa réaction.
Dans la tribune ci-dessous, mise en ligne le 24 novembre sur les fils de l’agence Ucanews, un journaliste, qui signe sous le pseudonyme de Dan Long (1), très au fait de ce dossier, décrypte la proposition chinoise et invite à la plus grande prudence quant à la conclusion prochaine d’un accord entre la Chine et le Vatican. La traduction est de la Rédaction d’Eglises d’Asie.

 La principale pierre d’achoppement
A première vue, les nouvelles rapportées dans la presse chinoise à la fin de la semaine dernière quant à une possible avancée dans les relations sino-vaticanes semblent très positives. Alors qu’avait filtré le fait qu’au cours des derniers dix-huit mois, le pape François et le président Xi Jinping avaient échangé des courriers, et que l’avion papal avait, – c’était une première – , été autorisée en août dernier à traverser l’espace aérien chinois, le Wenweipo, un quotidien pro-Pékin de Hongkong, a rapporté la semaine dernière qu’un accord était sur le point d’être conclu au sujet de la nomination des évêques en Chine continentale, ce sujet étant la principale pierre d’achoppement empêchant la normalisation des relations diplomatiques entre Rome et Pékin.
 Mais d’après ce que nous pouvons savoir des négociations secrètes qui existent entre les deux parties, cette nouvelle n’en est pas vraiment une et s’apparente plutôt à un classique coup à double détente du régime communiste : même s’il semble bien que des discussions soient en train d’avoir lieu et des compromis d’être négociés, la conclusion d’un accord semble tout sauf certaine.

Faire pression sur le Vatican
Ce que cet article du Wenweipo signifie vraiment, c’est que nous sommes en présence d’une annonce délivrée volontairement par le Parti communiste afin de faire pression sur le Vatican et de l’amener à accepter sa proposition, tout en générant un courant de sympathie pour sa position, de manière à ce qu’au cas où les pourparlers échoueraient – ce qu’ils ne manqueront pas de faire –, Pékin puisse en rejeter la faute sur le Vatican. Qu’un responsable anonyme du Parti communiste fasse « fuiter » des détails sur ces négociations secrètes et qu’il le fasse auprès d’un quotidien pro-Pékin pour qu’ensuite l’ensemble de l’affaire soit repris par le Global Times, journal du continent considéré comme défendant une ligne nationaliste dure, tout ceci ne ressemble que trop à une tactique chinoise familière.

Des candidats présélectionnés
La substance réelle du compromis que la Chine veut imposer au Vatican s’apparente très exactement au modèle que Pékin a offert à Hongkong en matière de « démocratie ». A savoir, un choix très réduit de candidats présélectionnés par le gouvernement chinois. La formule peut apparaître comme présentant un progrès, mais en réalité elle n’équivaut qu’à mettre en place un nouveau système offrant une liberté de façade pour continuer à marginaliser les individus perçus comme étant hostiles au Parti communiste, et donc in fine à maintenir son contrôle.

  • 1
  • 2
  • 3
Tags:
chine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes : l’appel de jeunes « tradis » au pape...
2
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en œuvre du pass sanitaire dans les lieux de cul...
3
MSZA TRYDENCKA
Mgr Dominique Rey
« Nous devons tous recevoir “Traditionis Custodes” dans l’obéissa...
4
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
5
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
6
Lauriane Vofo Kana
Hugo, 17 ans, l’organiste épatant de TikTok
7
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement