Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 03 mars |
Saint Guénolé
home iconActualités
line break icon

Pakistan : halte à l’impunité pour les criminels !

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 20/11/14


, et qu’il puisse être réclamé « de lourdes peines à l’encontre de ceux qui ont dévoyé la religion pour l’utiliser comme prétexte pour assouvir des vendettas personnelles ».
L’impunité des coupables et la protection des islamistes par les institutions sont devenues les thèmes récurrents des différentes ONG de défense des droits de l’homme et des représentants des communautés chrétiennes ou minoritaires. Preuve en est la déclaration d’Ali Mohammad, leader du Pakistan Tehreek-e-Insaf (Mouvement du Pakistan pour la Justice, PTI), le parti d’Imran Khan, qui a commenté en direct à la télévision l’assassinat du couple en qualifiant les chrétiens de « kafirs » (« infidèles »). Malgré les demandes d’excuses publiques exprimées par les chrétiens indignés, ni Imran Kahn, ni Ali Mohammad ne se sont excusés, le gouvernement se gardant de commenter les faits.

La loi anti-blasphème continue ses ravages

Ces derniers jours, de nombreuses manifestations, rencontres interreligieuses et colloques divers ont été organisés dans le but de trouver des solutions urgentes aux dérives de la Black Law (loi anti-blasphème), qui font désormais quotidiennement la une des journaux. Évoquant aussi bien l’affaire Asia Bibi (Aleteia) que celle du couple brûlé vif, des responsables et chercheurs musulmans, chrétiens, hindous et sikhs réunis à Lahore, ont rédigé une feuille de route à l’attention du gouvernement afin de limiter les « usages abusifs de la loi anti-blasphème ».

L’assemblée interreligieuse propose aux autorités que l’enregistrement officiel d’une plainte pour blasphème ne puisse être effectuée que par un officier de police ayant au moins le grade de commissaire et que le déclarant comme le dénoncé soient maintenus en garde à vue jusqu’à la fin de l’enquête. En outre, il est demandé au gouvernement que tous les cas de blasphème soient jugés par des tribunaux supérieurs, et non des cours de première instance, afin que, si les accusations se révélaient fausses, le déclarant soit puni sévèrement.

Malgré ces multiples réactions et les nombreuses manifestations qui se succèdent au Pakistan, la loi anti-blasphème continue ses ravages, en particulier dans le Pendjab. Un chrétien, Qaiser Ayub, âgé de 40 ans, a été arrêté le 17 novembre et emprisonné dans la prison du district de Chakwal pour blasphème présumé. Accusé d’avoir rédigé des « réflexions blasphématoires à l’encontre du Prophète Mahomet » sur son site Internet, il risque la peine de mort.

De l’Agence d’information des Missions Étrangères de Paris (MEP), Églises d’Asie(ead/msb)

  • 1
  • 2
Tags:
loi anti blaspheme pakistanpakistan
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Christine Pellen
GPA : mère génétique de 10 enfants, elle ne compte pas s’arrêter ...
2
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
3
Anne Bernet
Les 110 innocents des Lucs-sur-Boulogne, le plus horrible massacr...
4
La rédaction d'Aleteia
Attention, ces saints vont prendre vie sous vos yeux !
5
LIBBY OSGOOD
Sandra Ferrer
Libby, la scientifique de haut-vol de la NASA devenue religieuse
6
cathédrale de Nice
Bérengère Dommaigné
Soulagement à Nice et Dunkerque, les messes sont autorisées
7
Rachel Molinatti
TikTok : le calcul « hallucinant » du père Matthieu
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement