Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 11 avril |
Saint Stanislas
home iconActualités
line break icon

Irak : le « calife » de l’État Islamique tué ou blessé près de Mossoul ?

Senior Airman Matthew Bruch, U.S. Air Force CC

https://www.flickr.com/photos/39955793@N07/15163347090<br /> <br /> <br /> Two U.S. Air Force F-15E Strike Eagle aircraft fly over northern Iraq Sept. 23, 2014, after conducting airstrikes in Syria. The aircraft were part of a large coalition strike package that was the first to strike Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL) targets in Syria. President Barack Obama authorized humanitarian aid deliveries to Iraq as well as targeted airstrikes to protect U.S. personnel from extremists known as ISIL. U.S. Central Command directed the operations. (DoD photo by Senior Airman Matthew Bruch, U.S. Air Force/Released)

Sylvain Dorient - Publié le 10/11/14

Cette frappe de l’armée de l’air américaine aurait touché une cinquantaine de responsables de Daesh.

L’État-major américain confirmait samedi dans un communiqué qu’une frappe de l’armée de l’air avait ciblé les chefs de l’État islamique (EI) près de la ville de Mossoul en Irak, vendredi. Le communiqué de l’armée américaine ne précise pas si Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de Daesh, fait partie des victimes de la frappe. Aujourd’hui, lundi 10 novembre, un compte Twitter récemment ouvert au nom du ministre irakien des affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari, affirmait que Bakr al-Baghdadi était mort. Mais il est hautement probable que ce profil, dénué de tout historique, soit en réalité  une usurpation d’identité.

Le bombardement visait un convoi d’une dizaine de véhicules armés de l’EI. D’après un responsable de la morgue de Mossoul, une cinquantaine de corps ont été amenés après l’attaque. Selon le ministre de la Défense irakien, Khaled al-Obeidi, le raid aurait également permis de tuer le bras droit d’al-Baghdadi, un musulman turkmène. La télévision irakienne a pour sa part annoncé la mort d’un autre dirigeant clé de Daesh, Abou al-Yamani Huthaifa, tué dans un attentat à Falloujah. Enfin, des sources au sein des services de sécurité irakiens ont divulgué les noms d’un certain nombre de dirigeants de l’État islamique tués lors du bombardement mené par la coalition internationale contre le siège d’Abu Bakr al-Baghdadi près de Mossoul : Aasalmana Awad, mufti de Qaim (ville frontière avec la Syrie) ; Samer Mohammed Al Mahlawi, responsable de la sécurité de Qaim ; Mekianan Abboud Mihidi, de la ville de Rawa (située au bord de l’Euphrate) ; Abu Zahra Mohammadi, responsable dans les villes d’Al Bukamal (ville syrienne à la frontière avec l’Irak) et de Qaim.

Un pseudo califat qui s’étend sur deux pays

Le « calife » a donné à son organisation, initialement simple groupuscule vassal d’Al-Quaïda, une dimension effrayante : l’État islamique s’étend sur deux pays, dispose d’une fortune immense et fait trembler l’Irak comme la Syrie. Emprisonné avec d’autres futurs compagnons d’armes à Camp Bucca par l’armée américaine, 
al-Baghdadi  avait  finalement été relâché. On le verra réapparaître à la tête de l’État Islamique en Irak ou Al-Quaïda en Irak. Comme son nom l’indique, il s’agit de la branche irakienne de l’organisation terroriste d’Oussama Ben Laden. Mais Bakr al-Baghdadi annonce le 8 avril 2013 la fondation de l’État islamique en Irak et au Levant, dont le champ d’action couvre l’Irak et la Syrie.

Il sort alors de son « cahier des charges », et entre en confrontation avec la branche d’Al-Quaïda dédiée à la Syrie Jabhat al-Nusra ou Al-Nosra. Les deux groupes s’opposent les armes à la main, et la ville de Raqqa passe aux mains du groupe d’al-Baghdadi. Pourtant, le coup le plus dur pour Al-Nosra ne vient pas de la confrontation armée mais de la défection : près de 80 % de ses combattants étrangers désertent pour rejoindre l’État islamique en Irak et au Levant. De nombreux groupuscules armés en Irak et en Syrie le rejoignent, ce qui explique sa montée en puissance fulgurante, jusqu’à  l’invasion du nord du pays et la prise de Mossoul. La mort d’al-Baghdadi pourrait poser un problème sérieux à l’unité de l’État islamique, assemblage hétéroclite de nationalités diverses et de groupuscules.

Une pression grandissante des USA

Le bombardement de vendredi confirme la pression grandissante que l’administration Obama fait peser sur l’État islamique. Le président des États-Unis a annoncé qu’il doublerait le personnel militaire américain en Irak, ce qui porterait leur nombre à 3 100. Ce sont essentiellement des instructeurs qui ont pour vocation de former l’armée régulière irakienne. Les frappes aériennes de la coalition en Irak et en Syrie sont quotidiennes ; elles ont notamment visé ce week-end un champ pétrolier selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OCDH). De son côté, l’État islamique frappe Baghdad avec ses voitures piégées : samedi, elles auraient fait 33 morts et une centaine de blessés. 

Tags:
ChrétiensChrétiens d'Orienteeil
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement