Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 23 février |
Saint Alexandre l'Acémète
Aleteia logo
Spiritualité
separateurCreated with Sketch.

Les hymnes bretons de la fête des morts et des funérailles

ossuaire-ankou

Wikimedia / Henri Moreau

ossuaire-ankou

Youenn Caouissin - AR GEDOUR MAG - publié le 01/11/14

Les Bretons ont toujours eu une «relation intime» avec la Mort, non pas par un penchant morbide douteux, mais par une lucide conscience que leur «fin dernière», le futur « bien-être » de leur âme était une affaire trop sérieuse pour la négliger.

Sans donateurs, l’avenir d'Aleteia s’écrit en pointillé.
Pour que Aleteia reste gratuit et faire rayonner l’espérance qui est en vous,
Faites un don à Aleteia !

JE FAIS UN DON

(avec réduction fiscale)

L’Ankou, ce personnage emblématique des «Légendes de la Mort», était «l’invité surprise» qu’il fallait aussi ménager… L’Eglise, le Mercredi des Cendres, le rappelait en appliquant celles-ci sur les fronts, de «ne pas oublier qu’on n’était que poussière, et que l’on retournerait en poussière». Et si l’intéressé s’abandonnait à l’oublier, certains frontons des ossuaires affichaient sans détours l’adresse du défunt aux vivants : «Hodie mihi, cras tibi» ( aujourd’hui à moi, demain à toi ).

La littérature bretonne est riche de légendes mettant en scène la mort, dont les fameuse «Légendes» d’Anatole Le Braz, ou encore le «Mirouer de la Mort», long poème breton du XVI e siècle. Jean-Pierre Calloc’h dans ses « Lais » de son célèbre «War an Daoulin» exprimera aussi cette relation intime avec la mort. Bien des écrivains et dramaturges, comme Tanguy Malmanche seront inspirés par «Elle». Des musiciens comme Jef Le Penven ou Guy Ropars puiseront les sources de leurs œuvres dans le riche patrimoine des hymnes bretons pour les défunts. Un patrimoine musical – qui n’aura d’égal que la «Messe des défunts» grégorienne, dont le Requiem, le Dies Irae, le Libera ou l’In Paradisum – seront également à l’origine de leurs plus belles compositions. Signalons encore, le cantique des funérailles du film «Dieu a besoin des hommes», « Klemm ar re Dremenet » ( La plainte des Trépassés ) écrite par Herry Caouissin, conseiller de Jean Delannoy, et dont la musique fut composée par René Cloérec.

Une autre œuvre, peu connue, qui, bien que profane, mérite ici d’être signalée, c’est «Koroll ar Vuhez hag ar Maro» (La Danse de la Vie et de la Mort), pièce de Xavier De Langlais et musique de Georges Harnoux, dans laquelle nous retrouvons la «Gwerz ar Purgator». Cette œuvre admirable, composée spécialement pour être jouée au Bleun-Brug de 1939, ne le sera pas pour cause de déclaration de guerre… 

Lire la suite de cet article sur Ar Gedour Mag

Tags:
DéfuntfuneraillesToussaint
Vous aimez le contenu de Aleteia ?

Faites du soutien de notre mission votre effort de Carême 2024.

Notre mission ? Offrir une lecture chrétienne de l’actualité et transmettre l’espérance du Christ sur le continent numérique.

Nous sommes les missionnaires du XXIème siècle : accompagnez-nous par vos dons !

Grâce à la déduction fiscale, vous pouvez soutenir le premier site internet catholique au monde tout en réduisant vos impôts.

(avec déduction fiscale)
ASSISE-Ictus-x-Aleteia.gif
Le coin prière
La fête du jour





Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement