Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François en Turquie fin novembre

© ServizioFotograficoOR/CPP
patriarch bartholomew i of constantinople
Partager

Sur l’invitation de Tayyp Erdogan et de Bartholomée Ier, le Saint-Père se rendra bien à Ankara et à Istanbul du 28 au 30 novembre.

«  Mettons de côté les hésitations que nous avons hérité du passé et ouvrons notre cœur à l’action de l’Esprit Saint pour avancer ensemble, mus vers le jour béni de notre pleine communion retrouvée ». C’est ainsi que le pape François avait conclu son discours dans la célébration œcuménique au Saint-Sépulcre lors de son voyage en Terre Sainte en mai dernier.
Toujours au Saint-Sépulcre, les images du Saint Père fraternellement accompagné du patriarche œcuménique de Constantinople Bartholomée Ier, avait suscité une vive émotion, reproduisant l’image de l’accolade historique d’il y a 50 ans entre le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras, aux prémices d’un chemin œcuménique et de réconciliation entre églises sœurs, jamais trop précipité.
 
A présent, le successeur de Pierre et le « frère André », le pape François et Bartholomée Ier, auront l’occasion de se rencontrer de nouveau, au moment exact de la fête liturgique de saint André, une étape nouvelle sur ce chemin. Bartholomée Ier était également présent lors de la rencontre en juin dernier dans les jardins du Vatican avec les présidents israélien Shimon Peres et palestinien Mahmoud Abbas organisé par Bergoglio afin de prier ensemble pour la paix au Moyen-Orient.
La visite du pape François en Turquie du 28 au 30 novembre est ainsi confirmée. À l’invitation du Président de la république, Tayyp Erdogan, du patriarche Bartholomée Ier et du Président de la Conférence épiscopale, le pontife se rendra à Ankara et à Istanbul.
 
Un programme chargé
Dans la capitale turque, le Pape visitera le mausolée dédié au fondateur de la république, Atatürk, et ira juste après à la rencontre d’Erdogan et autres autorités au palais présidentiel. Une audience avec le premier ministre est ensuite prévue, de même qu’une visite au président des affaires religieuses au Diyanet.
 
Le samedi 29 novembre, le pape François partira pour Istanbul, où il visitera le musée de Sainte Sophie et la mosquée Sultan Ahmet (connue sous le nom de « Mosquée bleue »). Puis il célèbrera une messe à la cathédrale catholique du Saint-Esprit. Il retrouvera ensuite le patriarche de Constantinople, Bartholomée, pour une prière œcuménique en l’église patriarcale Saint-Georges. Les deux hommes s’entretiendront en privé au palais patriarcal.

Le Saint-Père célébrera le dimanche une messe privée dans la chapelle de la délégation apostolique avant de retrouver Bartholomée pour la Divine liturgie, à l’église patriarcale Saint-Georges. Ils donneront ensemble une bénédiction œcuménique et signeront une déclaration conjointe, avant de déjeuner ensemble. Un discours du Pape est prévu à l’occasion de cette rencontre. 
 
Cette visite papale en Turquie sera la quatrième de l’histoire contemporaine, depuis Paul VI en 1967 et Jean-Paul II en 1979. La visite du pape Benoît XVI en 2006 fut un événement particulièrement significatif, qui suivait de peu le célèbre discours de Ratisbonne, qui avait suscité de vives polémiques dans le monde musulman.  

*Article traduit et adapté de l’italien par Solène Tadié

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]