Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Moines de Tibhirine : Alger ne veut pas de la vérité

© JACQUES DEMARTHON / AFP
FRANCE-POLITICS-JUSTICE-TREVIDIC French anti-terrorist judge Marc Trevidic arrives at the National Assembly on February 14, 2013 in Paris prior to a hearing before French members of Parliament of an investigation commission on intelligence services. AFP PHOTO/JACQUES DEMARTHON
Partager

Interdiction d’emporter les prélèvements ! Les trois magistrats français et les experts qui ont exhumé les têtes des sept moines assassinés en 1996 voient leur mission compromise. « Confiscation des preuves » dénoncent les familles.

Nouveau rebondissement dans le feuilleton de l’enquête sur l’assassinat des moines de Tibhirine. Après avoir donné enfin des gages de bonne volonté en accédant –après trois ans de demandes réitérées- à la requête du juge Trévidic (photo) de se rendre sur place (Aleteia) les autorités algériennes se sont ravisées, sans doute au vu des découvertes des enquêteurs français qui ont pu exhumer les crânes des moines la semaine dernière.

 «Très optimistes »
C’est sans doute que l’état de conservation de ceux-ci dix-huit ans après leur assassinat  était meilleur qu’attendu : « Les experts français étaient très optimistes, rappelle France Info.  Ils pensaient pouvoir dire si les moines avaient été égorgés ou décapités après leur mort. » – ce dernier cas de figure remettant en cause la version officielle d’un assassinat perpétré par leurs ravisseurs. Les photos et les radios que les experts français ont rapportées ne peuvent remplacer les prélèvements pour parvenir à des conclusions fiables. Les experts doutent d’ailleurs que les Algériens pratiquent les analyses nécessaires (notamment d’ADN) et qu’ils conservent convenablement les prélèvements.
D’après des informations de France Inter , « les toutes premières conclusions des experts français mettraient en doute la date officielle de la mort, le 21 mai 1996, date de la publication d’un communiqué du GIA qui annonçait l’exécution des moines, un mois après leur enlèvement. »

« Confiscation de preuves » 
Les familles des sept moines dénoncent une « confiscation de preuves », rapporte Le Monde. Dans une conférence de presse tenue ce jeudi 23 octobre, leur avocat, Patrick Baudouin  a dénoncé une « situation inadmissible ». « On pourra en déduire que c’est une sorte d’aveu de responsabilité de votre part », a-t-il lancé aux autorités algériennes.
Après avoir suivi la piste attribuant la mort des moines au Groupe islamique armé (GIA), l’enquête judiciaire s’est réorientée depuis 2009 vers une possible bavure de l’armée algérienne qui aurait mitraillé le groupe terroriste en tuant accidentellement leurs otages. Leurs corps criblés de balles auraient été détruits après leur décapitation post-mortem,  leurs têtes étant intactes.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]