Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Canada : Djihad à Ottawa

AP
Partager

Un soldat canadien a été tué mercredi par un ou plusieurs tireurs. Celui qui a été abattu, Michael Zehaf-Bibeau, était considéré comme un « voyageur à haut risque » en raison de sa radicalisation islamiste.

Après l’assassinat lundi d’un militaire en uniforme, renversé à Saint-Jean-sur-Richelieu (près de Montréal) par la voiture d’un jeune extrémiste musulman, la série noire continue avec ces fusillades dans la capitale fédérale, Ottawa. Selon les témoins qui ont posté leurs observations sur les réseaux sociaux, il y aurait eu trois fusillades réalisées par le même groupe, au Parlement canadien, au Mémorial national de la guerre et au centre commercial Rideau. Les trois lieux sont tous proches les uns des autres, ce qui laisse supposer que c’est le même tireur ou groupe de tireurs qui a agi.

Un soldat canadien tué, un garde blessé
Un soldat canadien en faction devant le mémorial a été tué et un garde du Parlement a été blessé. Selon des témoins le ou les tireurs auraient d’abord tiré sur le soldat avant de s’emparer d’un véhicule officiel afin de s’approcher du parlement. Ils se seraient ensuite rués à l’intérieur du bâtiment central où siègent les députés et les sénateurs. Plusieurs rafales d’armes automatiques ont ensuite été entendues. Le suspect abattu par les services de sécurités canadien, Michael Zehaf-Bibeau, s’était fait retirer son passeport en raison de sa radicalisation, tout comme l’auteur de l’attentat de lundi. Si l’on ne sait pas encore si ce sont des actes isolés ou s’ils dépendent d’une organisation, ces attentats semblent répondre à une récente injonction de l’état islamique, enjoignant à tuer « les infidèles » : «Si vous pouvez tuer un incroyant américain ou européen –en particulier les méchants et sales Français– ou un Australien ou un Canadien, ou tout […] citoyen des pays entrés dans une coalition contre l’État islamique, alors comptez sur Allah et tuez-le de n’importe quelle manière», avait alors déclaré Abou Mohammed al-Adnani, un porte-parole de l’EI.

Ces attentats plongent les Canadiens dans la stupeur, d’autant plus que la ville d’Ottawa, considérée comme l’une des plus sûre du monde, jouit d’un taux de criminalité remarquablement bas. Jusqu’à présent, il était possible de se rendre dans le parlement librement, sans contrôle de sécurité. Un témoin de la fusillade évoque dans le New York Times des forces de sécurité « polies », malgré une situation tendue.

 

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]