Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 10 avril |
Saint Fulbert
home iconActualités
line break icon

Suède et Royaume-Uni envisagent de reconnaître l’Etat Palestinien

Sylvain Dorient - Publié le 21/10/14

Après la Suède qui « prévoit de reconnaître l’Etat Palestinien », c’est au tour du Royaume-Uni de l’envisager. Cette reconnaissance est avant tout un moyen de pression diplomatique.

Lundi 13 octobre, les députés britanniques ont adopté à 274 voix contre 12 un texte réclamant la reconnaissance de la Palestine. Ce vote non contraignant, réalisé par les travaillistes, s’apparente à une action contre David Cameron, jugé trop pro-israélien. Il reflète aussi l’agacement des dirigeants européen à l’égard du comportement gouvernement israélien de Netanyahu.

Il y a deux semaines, la Suède envisageait elle aussi de reconnaître cet état, déclenchant une réaction violente à Tel Aviv selon le site Infopalestine. L’ambassadeur de la Suède à Tel Aviv a été convoqué dans la journée pour une réprimande, le ministre des affaires étrangères israélien estimant que l’ambassadeur suédois « ne connaissait pas la région ». Au terme de discussions que l’on imagine tendues, Isaac Herzog a déclaré au journal israélien Haaretz que le premier ministre suédois Stefan Löfven lui assurait que la Suède « n’allait pas reconnaître un État palestinien demain matin » et « qu’il veut d’abord parler avec toutes les parties concernées, y compris Israël, les Palestiniens, les États-Unis et d’autres pays de l’UE. »

Pour le chef de l’autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, cette reconnaissance serait une occasion d’afficher une victoire dans un contexte gris. Aux prises avec le Hamas, qui de son côté ne souhaite pas la reconnaissance d’un état palestinien, il pourrait, par une telle réussite diplomatique, affirmer son autorité et prouver que le terrorisme n’est pas le seul moyen efficace face à Israël.

En France, Laurent Fabius a annoncé qu’il était « nécessaire de reconnaître l’Etat Palestinien » puisque la diplomatie française prône officiellement une « solution à deux états » mais qu’il faudrait le faire au bon moment, pour que ce ne soit pas seulement un « acte symbolique ». Pour mémoire, en 1982, François Mitterrand affirmait déjà devant la Knesset que la paix passait par la construction d’un état palestinien. Celui-ci était effectivement créé en 1988, et aussitôt reconnu par 75 états, dont le Vatican, mais pas par la France.

Tags:
Islampalestine
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Agnès Pinard Legry
Non-respect des mesures sanitaires : le diocèse de Paris ouvre un...
2
Mathilde de Robien
Semaine sainte, euthanasie, gouvernance… ce qu’il faut rete...
3
Jesus Christ
Edifa
Jésus avait-il le sens de l’humour ?
4
Attentat Indonésie
Agnès Pinard Legry
Attaque de la cathédrale de Makassar : le geste héroïque de Kosma...
5
Mathilde de Robien
Glorious, Jubilate Pop Louange, Emmanuel : leur chant de Pâques 2...
6
Agnès Pinard Legry
Une proposition de loi sur l’euthanasie, ultime ligne rouge éthiq...
7
WOMAN TAKING TIME
Cecilia Pigg
Les six étapes d’une carmélite méconnue pour trouver la paix inté...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement