Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mardi 19 janvier |
Saints Marius, Marthe, Audifax et Abachum
home iconActualités
line break icon

Opinion. Qui persécute l’Eglise en Chine ?

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 21/10/14

L’éclairage d’un universitaire, Michel Chambon *, sur la situation complexe, diverse et mouvante, des communautés chrétiennes confrontées au Parti communiste chinois.

Il est de notoriété publique qu’après 1950, l’Eglise en Chine (protestants comme catholiques) fut divisée entre « souterrains » et « patriotes » du fait de la politique du Parti communiste chinois. Pourtant, depuis 1979, beaucoup de choses évoluent en Chine et ces changements ont une influence sur la condition des chrétiens. D’un lieu à un autre, la situation devient très variée.

Une complexité qui défie les schémas 
D’une part, la politique religieuse du gouvernement (largement dépendante des dynamiques régionales) se révèle très hétérogène, parfois accommodante mais souvent pragmatique. Clairement, la sphère politique s’est diversifiée ces trente-cinq dernières années, ce qui rend les choses plus difficile à appréhender depuis l’extérieur.
D’autre part, les tensions internes entre chrétiens chinois sont un facteur de divisions qu’on ne serait sous-estimer. De nombreuses sectes crypto-chrétiennes ont pris une importance nouvelle dans le paysage religieux chinois, ce qui oblige catholiques et protestants à se repositionner. En « interne », catholiques et protestants ont encore à gérer l’héritage d’être « souterrain » ou « patriote », notions qui restent significatives en bien des endroits, mais souvent d’une manière tout autre de ce que l’on soupçonne depuis l’Occident. Bref, la sphère religieuse du christianisme en Chine s’est, elle aussi, terriblement complexifiée ces dernières décennies. Il n’est donc pas simple d’appréhender la situation globale des chrétiens en Chine, du fait des contradictions internes, du contexte socio-religieux et de l’environnement politique.

Attention aux grilles de lecture occidentales
Cependant, l’exercice devient encore plus complexe quand on essaie de présenter cette Eglise de Chine à des Occidentaux. Quand on veut parler des chrétiens en Chine à une audience occidentale, un certain nombre de curiosités émergent et s’imposent, en toute bonne foi, mais sans se rendre compte de leurs ambiguïtés. Les Occidentaux veulent d’abord savoir « Comment les catholiques souterrains ‘survivent’ en Chine ? », et puis « Comment les chrétiens chinois vivent leur sexualité puisqu’ils doivent concilier ‘politique de l’enfant unique’ et ‘interdiction religieuse sur la contraception’ ? » ou encore si « Le catholicisme en Chine n’est pas utilisé pour ré-instituer le patriarcat chinois au détriment de l’émancipation des femmes ? »…
Toutes ces questions sont certes intéressantes et justifiables, mais elles laissent bien peu de place aux problématiques et défis que vivent les chrétiens de Chine eux-mêmes. Si quelqu’un veut parler des chrétiens en Chine, il doit répondre à ces ‘curiosités’ occidentales en priorité, le reste devant attendre. Dès lors, les interlocuteurs occidentaux imposent en quelque sorte leur propre grille de lecture (politique, sexualité, féminisme), découpant à leur manière l’Eglise en Chine. On peut se demander dans quelle mesure ce dialogue laisse une réelle place aux préoccupations des chrétiens chinois eux-mêmes.
 Cette ambigüité du dialogue n’est toutefois pas spécifique à la rencontre des chrétiens en Chine. Que l’on parle des chrétiens en Amérique latine, en Afrique ou en Asie, chacun arrive avec ses catégories et centres d’intérêts, pour questionner sans toujours laisser place au visage de l’autre. L’authentique rencontre nécessite de laisser place à l’autre en tant qu’autre. Cette difficulté est inhérente au dialogue. Si on ne fait pas attention à notre approche, les curieux qui veulent mettre les chrétiens qu’ils rencontrent dans des catégories toutes faites (présupposés sur la politique, la sexualité ou le féminisme) deviennent des persécuteurs, déchirant d’avance l’Eglise qu’ils rencontrent entre ‘officiels’ et ‘souterrains’, sans se préoccuper vraiment du corps du Christ qui se montre à eux.

  • 1
  • 2
Tags:
Chrétienscommunismepersécutions
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Rachel Molinatti
Avec ToonMe, découvrez des saints animés !
ROSES
Marzena Devoud
Oubliez les nains, mettez des saints dans vot...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
WEB2-STATUE-VIERGE-ISERE-GOOGLE-STREET-VIEW.jpg
Agnès Pinard Legry
Isère : une statue de la Vierge n’a plus droi...
SAMUEL ELI
Fr. Jean-Thomas de Beauregard, op
Allô, Samuel ? Comment Dieu nous appelle enco...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement