Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 14 avril |
Saint Asicus
home iconActualités
line break icon

Modulation des allocations familiales : « La famille n’a pas besoin de ça en ce moment »

© Ermolaev Alexander/SHUTTERSTO CK

Judikael Hirel - Publié le 17/10/14

Alors que le principe de l'universalité des allocations familiales est remis en cause, Mgr Podvin estime "qu'on ne prend pas les choses par le bon bout".

Les députés socialistes comme le Premier Ministre se réjouissent d’avoir décidé le 16 octobre de moduler les allocations familiales versées à partir du deuxième enfant en fonction des revenus, et ce à compter de 2015. Avec cette décision,  les allocations de base seront divisées par deux à partir de 6000 euros de revenus pour le foyer, et par quatre à partir de 8000 euros. Il y a à peine quelques jours de cela, François Hollande repoussait encore l’idée… Mais il semble donc que ce ne soit plus à l’Elysée que le pouvoir réside.

Politique familiale ou comptable?
Mesure après mesure, c’est toute la politique familiale à la française que le gouvernement actuel remet en cause, bien sûr au nom de l’égalité. Un dernier clou pour refermer le cercueil de la politique familiale à la française, une des rares, et des dernières, qui fonctionne ? Depuis l’élection de François Hollande, il est hélas patent que le gouvernement et les dirigeants actuels ont, que ce soit sciemment ou accidentellement, constamment joué à dresser une partie de la France contre une autre. Diviser pour mieux régner, cliver pour avoir une chance de conserver un électorat, et donc le pouvoir et ses avantages ? En région parisienne, du fait des salaires plus élevés, mais d’un coût du logement qui représente parfois la moitié des revenus, de très nombreuses familles devraient être touchées par cette mesure censée ne frapper que des "riches". Comme si plus de 5 millions de français touchés par le chômage ne suffisaient pas à rendre les fins de mois difficiles pour celles et ceux qui ont fait le choix, courageux et souvent heureux, de bâtir une famille.

A nouveau diviser sur la famille
Le Premier Ministre s’est félicité de ce qu’il a qualifié de «mesure de justice». L’argument pourrait faire sourire s’il n’était pas aussi hypocrite : ce serait pour sauver le congé parental et maintenir la prime à la naissance que les députés auraient fait ce choix. Mais le but réel de la manœuvre est clairement de réaliser, encore, 800 millions d’euros d’économies en année pleine sur le dos des familles. Ou comment crucifier le modèle familial français en associant mauvaise foi et idéologie, après avoir déjà fait exploser les impôts des familles nombreuses, et quelques semaines après avoir, là aussi au nom de l’égalité, sacrifié les congés parentaux, là aussi au nom d’une conception très particulière de l’égalité. "Je pense qu’on ne prend pas les choses par le bon bout, a réagi Mgr Podvin, porte-parole des évêques de France, sur l’antenne de Radio Classique. Je regrette qu’on le prenne par ce bout parce que je trouve qu’on risque à nouveau de diviser sur la famille, sans même d’ailleurs que la mesure ne produise une efficacité réelle. Vouloir la justice sociale, oui, bien sûr. L’argument de justice sociale, qui ne le défendrait ? La famille n’a pas besoin de ça en ce moment. Elle a besoin d’autres mesures, d’autres soutiens, d’un soutien à notre démographie, qui est enviable au niveau mondial".

Ouvrir la boîte de Pandore
"Ce gouvernement n’aime pas les familles, s’en prendre à la famille, c’est s’en prendre à l’avenir, a souligné pour sa part Marc Le Fur, vice-président UMP de l’Assemblée Nationale." "La mise sous conditions de ressources des allocations familiales, c’est ouvrir une nouvelle boîte de Pandore et mettre les familles en péril, a réagi quant à elle La Manif Pous Tous dans un communiqué. Le débat n’est pas sur le plafond. La véritable question, c’est son existence, qui remet en cause la politique familiale qui vient d’être enterrée pour se transformer en politique sociale. Et si le plafond est de 6000 € en 2015, sera-t-il de 5000 € en 2016 puis 4000 € en 2017 ? Il faut dire la vérité aux familles de France : en plaçant les allocations familiales sous conditions de ressources, on fait passer la politique familiale à la guillotine. Quel avenir pour les familles, premier lieu de solidarité et refuge pour les plus vulnérables, particulièrement en période de crise ? Quel avenir pour les enfants, avenir de notre société ?"

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Tags:
Famille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Camille Dalmas
Miséricorde divine : le livre qui a bouleversé le pape François
2
Mgr Benoist de Sinety
La leçon d’Istanbul : « Vous avez voulu la paix au prix du déshon...
3
Mathilde de Robien
Ces quatre cavaliers de l’Apocalypse qui détruisent le couple
4
Joubarbe
Marzena Devoud
Connaissez vous les herbes de saint Joseph ?
5
Mathilde de Robien
La Trinité le dimanche, son ange gardien le mardi. Chaque jour de...
6
Mathilde de Robien
Brésil : une statue du Christ plus haute que celle du Rédempteur
7
WEB2-PERE-MICHEL-BRIAND-SOCIETE-DES-PRETRES-DE-ST-JACQUES.jpg
Agnès Pinard Legry
Qui sont les deux Français enlevés à Haïti ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement