Aleteia logoAleteia logoAleteia
Lundi 06 décembre |
Saint Nicolas de Myre
Aleteia logo
Actualités
separateurCreated with Sketch.

Kobané : les survivants racontent l’horreur du massacre

Associated Press

Atlantico - publié le 16/10/14

Les combats se poursuivent dans la ville située à la frontière entre la Syrie et la Turquie entre l'Etat islamique et les combattants kurdes.

Kobané, ville située à la frontière entre la Syrie et la Turquie, est devenue le symbole de la lutte contre l’Etat islamique. Vendredi, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), les combattants de l’EI contrôlaient désormais 40% de la ville, prenant même le quartier général des forces kurdes. Selon des journalistes, le drapeau noir de l’Etat islamique flotte sur les bâtiments pris par les djihadistes, alors que des tirs de mitrailleuses se font entendre dans toute la zone. Des colonnes de fumée grise s’échappent de la ville. Dimanche, pourtant, face à la résistance des combattants kurdes, Daesh envoyait des renforts militaires venus d’al-Raqqa, fief des djihadistes, situé à plus de 100 kilomètres de Kobané. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon redoutant alors un véritable "massacre".

Les premiers témoignages confirment cette crainte. "J’ai vu des centaines de corps sans tête dans les rues, parfois il leur manque une main ou une jambe. Certains ont eu la langue ou les yeux arrachés. Les têtes sont exposées dans les rues de la ville pour effrayer la population", raconte Amin Fajar. Ce maçon de Kobané s’est enfui avec sa femme et ses quatre enfants, âgés de trois à douze ans. "Mes enfants ont vu des corps sans tête", raconte-t-il calmement dans une tente du camp de réfugiés de Suruc, localité turque située à quelques kilomètres de la frontière avec la Syrie.  

Dillyar, 13 ans, a vu son cousin de 20 ans se faire tuer sous ses yeux, alors qu’ils tentaient de s’enfuir de Kobané avant d’être interceptés par des djihadistes. "Mohammed a été mis à terre puis les combattants vêtus de noir l’ont décapité à la scie en hurlant ‘Allah Akbar’", raconte l’adolescent. Le cousin d’Ahmed Bakkhi, un autre réfugié, a également été décapité. "Nous avons appelé à sa ferme, ce sont les combattants de l’Etat islamique qui ont répondu, raconte l’homme. Ils nous ont dit qu’ils avaient sa tête…"

Lire la suite de cet article sur Atlantico

Tags:
Syrie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement