Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 24 juillet |
Sainte Christine l'Admirable
home iconActualités
line break icon

Facebook et Apple libèrent la femme !

© Public Domain

Philippe Oswald - Publié le 16/10/14

Travaillez maintenant, vous enfanterez plus tard : Facebook et Apple proposent à leurs salariées de congeler leurs ovocytes pour préserver leur carrière et la productivité. On n’arrête pas le progrès.

On vit une époque formidable. Et le must du must, l’endroit où il faut vivre pour être dans le coup, c’est en Californie, la Silicon Valley. On y travaille dur mais cool et friendly, en short si l’on veut, avec, comme dit la chanson, une fleur dans les cheveux.  A vrai dire, « put a flower in your hair », ça date un peu. On a beaucoup progressé depuis les années soixante-dix. Aujourd’hui, on est moins fleur bleue : on invite les salariées à placer leurs ovocytes dans un congélateur, selon une information de la chaîne NBC News (14 octobre).  
L’offre serait réservée au personnel féminin de Facebook, mais patience, Apple va s’y mettre dès janvier, les deux sociétés souhaitant attirer plus de femmes (les hommes y sont actuellement deux fois plus nombreux). Et ces stars du techno-business feront sûrement des émules. Pensez : plutôt qu’une grossesse au mauvais moment, la fatigue, les nausées, suivies de l’allaitement, des réveils nocturnes, des couches à changer, des maladies infantiles et d’une coûteuse garderie d’enfants, voici un congélateur à votre disposition, Madame, pour le bébé dont vous aurez envie demain ou après-demain, une fois atteint le zénith de votre carrière d’executive woman mais quand votre fécondité aura décliné ! D’accord, ce n’est pas donné : 10.000 dollars par tentative, plus 500 dollars par an pour les frais de garde des ovocytes congelés. Mais quand votre employeur se nomme Facebook ou Apple, il a les moyens.  Et généreux, avec ça : restez performante, congelez vos ovocytes, c’est lui qui paie  (à concurrence de 20.000 dollars par employée candidate, soit deux tentatives – il faut tout de même rester prudent au cas où certaines y prendraient goût) (Le Monde).

Voilà un pas de géant pour l’égalité des chances au travail entre hommes et femmes ! Quoiqu’en toute logique, les hommes devraient se sentir frustrés, objecte Marie Delarue sur 
Boulevard Voltaire : « On suggère à Apple et Facebook de faire aussi une banque du sperme, histoire que les employés mâles ne perdent pas non plus leur temps et leur énergie en galipettes chronophages ».

On rit…jaune : c’est à pleurer ! « Hallucinant de convertir la procréation artificielle en un mode de procréation de convenance pour le profit de l’employeur ; destructeur de l’égalité entre les femmes qui devraient travailler sans enfant, et les hommes à qui on ne demande rien ; indigne pour les femmes qui peuvent perdre ainsi leur liberté de concilier travail et vie privée, et risquent de se voir pénaliser de devenir mère « trop tôt » pour le rendement de l’entreprise » s’indigne Caroline Roux sur le site Alliance Vita.

Et les enfants, dans tout ça ? Ne seront-ils pas perturbés d’être élevés par des parents proches du troisième âge et d’apprendre qu’ils ont été conçus non au paroxysme d’un acte d’amour, mais par fécondation artificielle de l’œuf maternel extrait après x années d’une cuve d’azote liquide ?  C’est un engrenage, dénonce dans Le Figaro le philosophe et théologien  Bertrand Vergely : « Aujourd’hui, on pousse les femmes à congeler leurs ovules. Et demain, où ira-t-on? Les enfants seront-ils faits par la science? Je rappelle qu’il existe un projet d’utérus artificiel, qui pourrait reproduire les conditions optimales pour accueillir un embryon. Un tel projet permettrait une grossesse extra-utérine, débarrassée du père, de la mère. En somme, la reproduction de l’être humain ne passerait plus par le corps de l’humanité mais par une machine. »

Quant aux conséquences physiologiques sur la femme et l’enfant ainsi conçu, elles restent largement inconnues mais des spécialistes estiment qu’elles ne peuvent être anodines. Ils n’ont rien compris au business. Que pèse le principe de précaution face à la loi du profit camouflée en féminisme ?

Tags:
applefacebookfemmes
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
LATIN MASS
Timothée Dhellemmes
Traditionis Custodes : les réactions se multiplient
2
PASS SANITAIRE
Lauriane Vofo Kana
Pass sanitaire : une jauge de 50 personnes fixée dans les églises...
3
Lauriane Vofo Kana
La délicate mise en oeuvre du pass sanitaire dans les lieux de cu...
4
La rédaction d'Aleteia
Traditionis Custodes, tout le monde en parle, mais qui l’a ...
5
WEB2-FAMILEO
Agnès Pinard Legry
L’incroyable succès de Famileo, la startup qui rapproche les fami...
6
Freya and Dad
Cerith Gardiner
La vidéo d’une fillette de 10 ans dansant avec son papa dev...
7
MARIE MADELEINE MARSEILLE
Timothée Dhellemmes
[VIDEO] Comment Marie-Madeleine a débarqué et passé la fin de sa ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement