Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Sainte Thérèse d’Avila (1515-1583), « mère des spirituels »

© DR
Partager

L'Eglise fait mémoire le 15 octobre de « la Madre », patronne de la vie spirituelle et de l’Espagne, réformatrice du Carmel, « fille de l’Église » et « docteur de la foi ».

Patronne de la vie spirituelle et de l’Espagne, Thérèse d’Avila est avant tout « fille de l’Église » et « mère des spirituels ». Nous retrouvons cette inscription sur le socle de sa statue dans la basilique Saint-Pierre, à Rome : « Mater spiritualium ». Pédagogue hors pair, la Madre témoigne de notre vocation commune à vivre une relation d’amour authentique avec Dieu et les autres. Elle a laissé des écrits de feu dans lesquels nous entendons battre son cœur.
 
Le désir de Dieu
 
Thérèse est née le 28 mars 1515 à Avila. Elle est la cinquième d’une famille de petite noblesse qui comprendra douze enfants. Elle rêve d’épopées chevaleresques dans cette vieille Castille peuplée de conquistadors. Huit de ses neuf frères tenteront l’aventure des Amériques. En 1522, elle s’enfuit avec Rodrigo, son aîné de quatre ans, pour combattre au pays des Maures afin d’y trouver le martyre et, par le fait même, de voir Dieu au ciel. "Je veux voir Dieu", dit-elle.
 
Elle perd sa mère à l’âge de quatorze ans; son père la conduit deux ans plus tard comme pensionnaire chez les augustines de Notre-Dame-de-Grâce. La vie religieuse l’attire, mais elle est contrainte à passer plusieurs séjours dans sa famille à cause de maladie nerveuse. Son désir d’entrer au carmel la tiraille intérieurement, d’autant plus que son père refuse et qu’elle aime sa famille. Jeune femme brillante, coquette, admirée de tous, elle décide tout de même, à l’âge de vingt ans, d’entrer au carmel de l’Incarnation, à l’ombre des remparts d’Avila, où vivent 180 religieuses qui pratiquent la règle d’une manière mitigée. Elle devient Thérèse de Jésus.
 
Thérèse passera 27 ans dans cette communauté, où elle est initiée à la tradition du Carmel. L’adaptation est difficile, ce qui ne l’empêche pas de faire profession le 2 novembre 1537. Elle s’engage sur les chemins de l’oraison, non sans lutter avec elle-même. Un livre du franciscain François de Osuna la fera accéder à l’oraison de recueillement. Elle découvre que lorsqu’on ferme les yeux l’âme fixe son attention en Dieu seul qui vient combler ce vide intérieur par son amour et sa paix.
 
Pour elle, l’oraison devient le lieu de l’amitié et de l’intimité avec le Christ. Elle donne cette définition célèbre : « Ce n’est pas autre chose qu’une amitié intime, un entretien fréquent, seul à seul, avec celui dont nous nous savons aimés » (Livre de la vie 8, 5).
 
Le combat intérieur
 
Souvent malade, elle se repose dans sa famille. Elle est presque mourante losqu’elle revient au monastère en 1539. Des nausées et des douleurs aux os la perturbent. Distraite par des amitiés mondaines, elle abandonne l’oraison. Consciente de sa tiédeur, elle se rappelle la présence de Dieu. Mais rien n’y fait. Pendant douze ans, elle expérimente cette division intérieure qui rend difficile la fidélité à l’oraison.
 
La lecture des Confessions de saint Augustin va la marquer. C’est ce qu’elle appelle sa deuxième conversion, à quarante ans, où elle médite sur l’humanité de Jésus. Elle s’abandonne à ce Jésus, non par effort mais par amour; elle se quitte elle-même pour se retrouver en Dieu. L’attrait de l’oraison de recueillement lui ouvre la porte du château intérieur où la Trinité demeure. Des grâces exceptionnelles la troublent. Ses amis lui disent que cela vient du démon, d’autres ont peur qu’elle passe pour une hérétique. Le franciscain Pierre d’Alcantara la rassure et lui apporte la paix intérieure. Désormais, elle se laissera envahir par l’amour divin. La fécondité de son expérience s’exprimera par des fondations et par l’écriture qui n’ont pour but que de susciter l’oraison.

Pages: 1 2

Tags:
carmel
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]