Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 18 janvier |
Sainte Marguerite de Hongrie
home iconActualités
line break icon

Nigéria : déjà six mois d’horreur pour les lycéennes enlevées et leurs familles

© TONY Karumba / AFP

Philippe Oswald - Publié le 15/10/14

Elles ont été enlevées dans leur lycée dans la nuit du 14 au 15 avril dernier et le monde entier s’en est ému. Mais six mois plus tard, aucune nouvelle des 219 jeunes filles aux mains des islamistes. Et l’indignation s’émousse…

Elle avait fait de l’effet, la campagne #BringBackOurGirls relayée sur Twitter par des vedettes (Michelle Obama, Malala Yousafzaï, futur prix Nobel de la Paix, en France les anciennes « premières dames » Carla Bruni et Valérie Trierweiler) dans les semaines qui ont suivi l’enlèvement (Francetvinfo). Pressés par l’opinion publique, Washington et Paris promettaient l’envoi d’experts pour retrouver les lycéennes enlevées à Chibok, dans le nord-est du Nigeria, et les rendre à leurs familles éplorées. Mais voilà, une émotion chasse l’autre, un flux d’horreurs, notamment en Irak et en Syrie, a recouvert cette horreur-ci, et  l’indignation faiblit malgré les manifestations des membres nigérians du mouvement à Abuja, la capitale nigériane, et la persévérance des promoteurs de #BringBackOurGirls.
Surtout, il apparaît que Boko Haram n’est pas un groupuscule d’une poignée de terroristes mais un véritable cancer qui ronge le Nigéria, le plus peuplé et le plus riche pays d’Afrique, grâce au pétrole, et l’un des plus corrompus. D’une façon analogue à l’Etat Islamique en Irak et en Syrie, les terroristes de Boko Haram se sont emparés de vastes territoires au nord-est du Nigeria et de part et d’autre de la frontière du Cameroun.

A plusieurs reprises, les négociations entre le gouvernement nigérian et Boko Haram pour obtenir la libération des lycéennes en échange de celle de membres de la secte terroriste emprisonnés ont échoué. L’épisode récent de la libération par Boko Haram d’un groupe de 27 prisonniers, dont 10 ouvriers chinois et la femme d’un responsable politique, au Cameroun, où ils avaient été enlevés, a fait naître un espoir vite retombé : les familles des lycéennes n’ont pas les moyens de verser les rançons payées pour de tels otages. Les autorités nigérianes ne semblent guère perturbées par les manifestations de ces familles que le président nigérian Goodluck Jonathan n’a rencontrées qu’une fois, le 22 juillet, à Abuja, cent jours après l’enlèvement. Une autre jeune femme captive de Boko Haram a été retrouvée le mois dernier, a révélé le 14 octobre le journal nigérian The Vanguard : mariée de force  à un membre de Boko Haram, elle avait été abandonnée,enceinte, car elle était tombée malade (Le Figaro).

Pour les parents de ces jeunes filles de Chibok, ce sont donc «six mois de douleur, de peine, d’angoisse et de stress», confie une mère. «Nous demandons au gouvernement de redoubler d’efforts pour retrouver et sauver les filles» ajoute-t-elle, estimant que les autorités nigérianes, dont l’inaction fait parfois soupçonner certaines complicités avec les ravisseurs, ont «une marge de progression». «Je ne perds pas espoir de pouvoir serrer un jour ma fille dans mes bras» (Le Parisien).



Tags:
nigeria
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Marlène Schiappa : des propos qui font bondir
WOMAN,PRAYING,PRAYER
Claire Guigou
Six clés pour comprendre l'ouverture aux femm...
FIV
Agnès Pinard Legry
Bioéthique : les évêques invitent à quatre ve...
Rachel Molinatti
La vidéo de ce couple d'octogénaires va faire...
COUPLE, LOVE, SMILE
Edifa
Comment faire renaître la flamme de l’amour d...
D'CRUZ FAMILY
Cerith Gardiner
Ensemble, ils ont 1.042 ans : le secret de la...
Rachel Molinatti
Neige à Madrid : il sculpte un immense Christ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement