Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 22 octobre |
Sainte Céline
Aleteia logo
home iconActualités
line break icon

Synode : « Je sais que cela va bien se terminer, mais je ne sais pas encore comment », dit Mgr Danneels

UK Catholic/Marcin Mazur

aleteia - Publié le 14/10/14

Invité par le pape François à participer au synode extraordinaire sur la Famille qui se tient jusqu’au 19 octobre à Rome, le cardinal Danneels livre ses sentiments à l’entame de la deuxième semaine synodale.

Propos recueillis à Rome par Bosco d’Otreppe pour Infocatho.be

Dans l’entretien qu’il a accordé à notre correspondant au Vatican, le cardinal Danneels dit sa confiance dans la manière dont les travux du syonde aboutiront. Pour lui, le synode est l’un des plus importants qu’il ait connus.

Les débats avant le synode ont été serrés entre certains cardinaux et principalement autour de la question des divorcés remariés. Aujourd’hui, dans quel esprit se déroulent les débats synodaux ? Et quelle tonalité François leur a-t-il donnée ?
Mgr Danneels :
Avant le synode comme aujourd’hui, tout le monde a pu parler ouvertement. La liberté de parole a été totale. C’est le pape qui a permis cela. Par sa simple présence François permet que tout soit dit et que personne ne soit intimidé ou gêné par sa présence. Au contraire, il semble dire « allez-y, dites ce que vous avez à dire, c’est très intéressant ». Il y a une grande sérénité dans la salle, tout comme de la bonhommie et de l’humour.

Ce synode va-t-il au-delà de ce que l’on attend d’un synode ? Certains l’ont commenté en évoquant un esprit conciliaire.
Mgr Danneels :
Tout peut y être dit, tout est dit, et donc tout est possible. Bien sûr on ne va pas aller à l’encontre de la doctrine, mais il y a un accent de vérité que je n’ai jamais connue lors d’un synode, et cela même si les problèmes ne sont pas faciles. Je n’ai d’ailleurs connu aucun synode aussi important que celui-ci.

Il y a parmi les croyants d’énormes attentes. Cette atmosphère permettra-t-elle de mettre au jour des réponses à la hauteur de ces dernières ?
Mgr Danneels :
Il y aura dans les réponses apportées une certaine marge concernant leur application, une certaine liberté, mais sans doute certains seront-ils tout de même déçus. Tout n’est pas possible, surtout concernant la question des divorcés remariés. C’est une question difficile, et il n’y a pour le moment pas d’unité dans l’assemblée. L’Asie, l’Amérique latine ou l’Afrique ont d’autres conceptions que le nord-ouest de l’Europe. Je sais que cela va bien se terminer, mais je ne sais pas encore comment. Nous sommes seulement au stade des discussions. On verra ce que l’on pourra trouver comme chemin de miséricorde.

Vous-même dans votre intervention, vous avez essayé de tracer une perspective pastorale.
Mgr Danneels :
Oui, il faut réconcilier à la fois la doctrine qui ne doit pas spécialement changer, et d’autre part les situations très concrètes du quotidien pour lesquelles elle a un rôle prophétique à jouer si, du moins, elle est comprise.

Le Père Antonio Spadaro, directeur de la revue jésuite italienne Civilta Cattolica et père synodal, a évoqué deux visions de l’Église qui se confrontent : une « Église-phare et une Église-torche ». Quelle est la vision de l’Église qui vous plait le plus ?
Mgr Danneels :
J’ai été un peu jaloux de ne pas avoir inventé cette double image, car elle est très très belle. Quand on est un phare, on reste stable, on voit très clair devant, mais rien sur le côté. Celui qui a une torche peut quant à lui avancer avec le marcheur et donner de sa lumière sur chacun des nouveaux problèmes. Le défi pour l’Église est d’être les deux à la fois : être miséricordieux tout en demeurant juste.

Au-delà des questions médiatiques, quelle question trop peu évoquée vous semble capitale ?
Mgr Danneels :
Le fait que le monde soit inondé de pornographie par exemple. Tout le monde est touché par la pornographie et cela fait énormément de mal. C’est un désastre même : tout est ébranlé, il n’y a plus aucun point de référence sauf ses propres désirs et ses propres émotions. C’est le fruit d’un très grand individualisme coupé de toute responsabilité sociale. L’influence de la pornographie est sous-estimée et sous-évaluée aujourd’hui.

Lire la suite de cette interview sur Infocatho.be

Tags:
Famille
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Frankie & Royce wedding
Lauriane Vofo Kana
77 ans après, elle renouvelle ses vœux de mariage… avec une robe ...
2
WEB2-Bishop_Michael.jpg
Agnès Pinard Legry
Admirateur de Benoît XVI, un évêque anglican devient catholique
3
Hugues Lefèvre
À Rome, Jean Castex célèbre les relations entre la France et l’Ég...
4
Camille Dalmas
Jean Castex reçu par le pape François
5
Bérengère Dommaigné
Sœur André, la reine des youtubeuses
6
Père Jacques de Longeaux
La réponse de Jésus à la tentation du pouvoir
7
WEB2-MAGDELEINE-HUTIN-ciric_201343.jpg
Raphaëlle Coquebert
Magdeleine Hutin, la digne héritière de Charles de Foucauld
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement