Aleteia logoAleteia logoAleteia
Vendredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
Aleteia logo
Au quotidien
separateurCreated with Sketch.

Syndrome de la mort subite du nourrisson : enfin quelques réponses

Baby on mother’s breast – fr

© Public Domain

Kathleen M. Berchelmann - publié le 14/10/14

La recherche apporte un éclairage sur des causes congénitales, jusqu’ici mystérieuses, de ces morts "inexplicables"

Du temps de nos grand-mères, on l’appelait le “bébé bleu”. Terrible phénomène que ce syndrome de la mort subite du nourrisson (ou SMSN), quand on amène des bébés aux urgences, des bébés retrouvés morts dans leur berceau, tandis que les parents espèrent et prient pour un miracle, qui n’arrive généralement pas. Il est difficile d’expliquer aux parents pourquoi soudain leur bébé en bonne santé est mort dans son lit, sans cause apparente. Ces bébés meurent-ils paisiblement dans leur sommeil ? Ou luttent-ils pour respirer ? Aurait-on pu éviter cela ? Je n’ai jamais eu de réponses à ces questions, laissant les parents souffrir dans notre ignorance médicale.

Enfin, nous avons de vraies réponses  à donner aux parents sur les causes du syndrome de la mort subite du nourrisson.   Selon une étude publiée dans la revue médicale américaine "Pediatrics", la plupart des enfants qui meurent du SMSN avaient des anomalies sous-jacentes du tronc cérébral. Plus précisément, aux niveaux de la sérotonine et des récepteurs de la sérotonine, ainsi que des récepteurs GABA et une protéine qui régule la sérotonine. Ce n’est donc pas l’étouffement qui explique l’asphyxie du nourrisson. Les bébés qui meurent du SMSN souffrent en fait souvent d’une anomalie du tronc cérébral qui les empêche de répondre de manière appropriée au manque d’oxygène. Lorsque vous vous endormez avec une couverture sur votre visage, vous vous réveillez. Mais certains bébés ont un tronc du cerveau immature qui ne peut pas reconnaître correctement ce manque d’oxygène, de sorte qu’ils ne se réveillent pas et ne bougent pas.   Nous ne savons pas identifier les bébés souffrant de ces anomalies du tronc cérébral. Il n’existe encore aucun test de diagnostic qui permette de déceler un risque de SMSN chez l’enfant.
Le Dr. Hannah Kinney, auteur de cette étude et de nombreuses autres sur le SMSN, espère un jour développer ce test de diagnostic. Pour le moment, cependant, ce syndrome peut être évité en gardant le bébé dans un environnement de sommeil sécuritaire, en le mettant à dormir sur le dos et loin des risques d’asphyxie. Dans ses conclusions, le Dr Kinny souligne la nécessité de toujours  garder les bébés dans un environnement de sommeil sûr.

L’"ABC” du  SMSN  peut nous aider à nous rappeler comment assurer à nos bébés un sommeil en toute sécurité : Les bébés doivent dormir seuls, sur le dos, dans un berceau. Cependant, cet ABC du sommeil sécuritaire est au centre de controverses, notamment chez les mères qui allaitent et qui partagent leur lit avec le bébé. Partager le lit augmente le risque d’asphyxie chez l’enfant. La grande majorité des pédiatres s’accordent à dire que l’endroit le plus sûr pour le sommeil d’un bébé est dans la même chambre que sa mère, mais pas dans le même lit.

Certains pédiatres sont partisans du partage de lit, mais la recherche montre que celui-ci augmente le risque de SMSN. J’applaudis leurs efforts pour améliorer le lien mère-enfant et l’allaitement. Mais je pense que les statistiques de décès parlent d’eux-mêmes. En 2011, selon le programme Child Fatality, 57 enfants sont morts dans le Missouri en partageant le lit avec un parent. Et le risque de mort subite pendant le sommeil est multiplié par 15 quand un parent dort dans le même lit qu’un enfant. Les partisans du partage du lit me disent souvent que les êtres humains ont partagé leur lit avec les enfants pendant la plus grande partie de l’antiquité. La différence avec aujourd’hui, cependant, est que les matelas modernes sont beaucoup plus mous et propres à provoquer l’asphyxie que ceux d’autrefois. Nous n’avons pas non plus de statistiques sur le nombre de nourrissons morts en partageant un lit au cours de l’histoire.

Voici les questions les plus courantes que j’entends sur le sommeil sécuritaire :

Combien de temps mon bébé doit-il dormir sur le dos ?
Jusqu’à l’âge d’un an, préconise l’American Academy of Pediatrics.  En tant que mère, je sais combien c’est difficile ! Mettez votre bébé à dormir sur le dos dès sa naissance et qu’il apprenne à dormir comme ça. Ne le laissez pas dormir sur le ventre, même sur ​​votre poitrine. Ne le laissez pas dormir sur le côté.

Que faire si mon bébé régurgite alors qu’il dort sur ​​le dos? Va-t-il étouffer?
Non, neurologiquement, des bébés en bonne santé ne peuvent pas s’étouffer avec leur propre régurgitation, même s’ils dorment sur ​​le dos. Ils peuvent tousser un peu, mais c’est normal. J’ai un berceau avec un tour de lit, une couverture, un animal en peluche  et autres accessoires. Est-ce sécuritaire? Non. Rien dans le berceau, à l’exception du bébé et d’un petit drap de berceau bien ajusté. Les “sets de berceau” commercialisés par beaucoup de magasins comportent de nombreux éléments dangereux.  Ne jamais utiliser une couverture dans le lit de votre bébé, sauf pour emmailloter le bébé. Les tours de lit ne sont pas recommandés, de nombreux experts estimant qu’ils représentent un danger d’étouffement. A proscrire : les oreillers, couvertures, animaux en peluche, ou autres objets dans le lit de votre bébé.

Puis-je emmailloter mon bébé comme on le faisait à l’hôpital ?
Oui, vous pouvez langer votre bébé, bien serré, jusqu’à ce qu’il sache comment sortir de ses langes, ce qui se produit habituellement dans le premier mois. Des couvertures mettables et des langes avec fermetures Velcro sont fortement recommandées pour garder votre bébé au chaud et emmailloté en toute sécurité. Ils peuvent également aider votre bébé à dormir pendant des périodes de temps plus longues la nuit, ce qui signifie davantage de sommeil pour vous aussi ! Veillez à ce que votre bébé n’ait pas trop chaud.

Puis-je utiliser un positionneur de sommeil ou un cale-bébé ?
Les positionneurs de sommeil et cale-bébés sont désormais considérés comme des risques d’étouffement. Voici seulement quelques années, ils étaient commercialisés comme des moyens de prévention  du SMSN, maintenant ils sont connus pour être dangereux. Si votre bébé régurgite beaucoup ou qu’on lui a diagnostiqué un reflux gastro-œsophagien, vous pouvez envisager de relever la tête du matelas. Rappelez-vous, rien ne convient dans le berceau à l’exception d’un drap bien ajusté.

J’aime dormir avec mon bébé, surtout si je dois l’allaiter la nui
t. Est-ce sans danger
?
Dormir avec votre bébé dans le même lit représente un risque d’étouffement pour lui. Il est particulièrement dangereux de dormir avec votre bébé sur un canapé, un matelas d’eau ou une couette. Malheureusement, beaucoup de bébés meurent quand ils sont coincés entre un parent et un coussin de canapé ou que leurs visages sont enfouis dans la literie. L’allaitement réduit le risque de SMSN et comporte de nombreux autres avantages pour la mère et le bébé. Donc, s’il vous plaît ne laissez pas la crainte de l’étouffement de votre bébé vous décourager de l’allaitement maternel. Des berceaux près du lit et autres types de berceaux peuvent faciliter la vie quand le bébé se réveille souvent la nuit pour se nourrir. Assurez-vous que le lit de votre bébé est sécuritaire, beaucoup de lits tels que les « moïses » et les lits avec matelas mou et couvertures ne sont pas sûrs.

Personnellement, je recommande à ceux qui veulent partager leur lit avec le bébé un berceau à trois côtés contigu au bord du lit des parents. La plupart répondent aux recommandations de sommeil sécuritaire. Ils sont particulièrement utiles pour les mères qui allaitent… À noter que l’Académie américaine de pédiatrie estime que la recherche est insuffisante pour recommander ou déconseiller le fait de dormir ensemble.

Traduction de l’édition anglophone d’Aleteia par Elisabeth de Lavigne

http://www.aleteia.org/en/health/article/sudden-infant-death-syndrome-finally-we-have-some-answers-5869670120816640health

Soutenez l’aventure missionnaire qu’est Aleteia !

Vous n’avez jamais fait un don à Aleteia ?  De grâce, faites-le, maintenant.

Aleteia se doit d’être gratuit : les missionnaires ne font pas payer l’évangélisation qu’ils apportent. Grâce à cette gratuité, chaque mois 10 à 20 millions d’hommes et de femmes - majoritairement des jeunes -, visitent la cathédrale virtuelle qu’est Aleteia. Mais vous le savez, si l’entrée de nos églises n’est pas payante, c’est parce que les fidèles y donnent à la quête.

L’évangélisation de l’univers Internet est le défi crucial de l’annonce de l’Évangile en notre temps. Et voici que Aleteia - de loin le premier site Internet catholique au monde -, voici que, Dieu aidant, Aleteia excelle à remplir cette mission. Mais, problème, seuls 2% de ses lecteurs fidèles donnent au moment de la quête…

Vous aimez Aleteia ? Vous voulez être de l’aventure missionnaire qu’est Aleteia ?

Alors, sans attendre, aujourd’hui même, donnez !

*avec déduction fiscale
FR_Donation_banner.gif
Le coin prière
La fête du jour








Confiez vos intentions de prière à notre communauté de plus de 550 monastères


Top 10
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement