Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Samedi 28 novembre |
Sainte Catherine Labouré
home iconActualités
line break icon

Malaisie : un extrémiste musulman appelle à brûler les bibles

Eglises d'Asie

Eglises d'Asie - Publié le 13/10/14

La complaisance du gouvernement envers les nationalistes islamistes de plus en plus menaçants indigne la Fédération chrétienne de Malaisie.

Le 9 octobre, la Fédération chrétienne de Malaisie a exprimé en des termes particulièrement fermes son désaccord face à la décision du pouvoir en place de ne pas poursuivre en justice le leader d’une organisation pro-malaise et pro-musulmane qui avait menacé d’organiser un autodafé de bibles. Selon le pasteur Eu Hong Seng, président de la CFM (Christian Federation of Malaysia), le pouvoir donne ainsi « carte blanche » (en français dans le texte) aux extrémistes pour menacer « non seulement les chrétiens mais toutes les communautés religieuses autres que musulmanes ».

La veille, Nancy Shukri, ministre chargée des Lois au sein du cabinet du Premier ministre, avait déclaré, dans une réponse écrite au Parlement, qu’Ibrahim Ali, chef de Perkasa, ne serait pas poursuivi pour avoir appelé les musulmans à « se saisir » des bibles écrites en malais afin de « les brûler ». La ministre écrivait qu’Ibrahim Ali n’avait pas agi avec « l’intention de perturber l’harmonie religieuse » du pays et qu’il n’avait cherché qu’à « défendre le caractère sacré de l’islam ». Elle précisait encore que le discours du leader de Perkasa était resté conforme à l’esprit de l’article 11, alinéa 4, de la Constitution fédérale, lequel porte sur la liberté religieuse ainsi que sur l’interdiction stipulée à toute religion autre que l’islam de faire œuvre de prosélytisme en Malaisie (1).

Perkasa est cette organisation ethno-nationaliste autoproclamée défenseure de la communauté malaise qui s’illustre régulièrement, avec quelques autres telles ISMA ou JATI, afin de promouvoir l’identité exclusivement musulmane de la composante malaise de la population de la Fédération de Malaisie. Elle est considérée comme proche de l’UMNO, le parti dominant de la coalition au pouvoir, le Barisan Nasional.

En janvier 2013, alors que le pays se préparait à des élections générales s’annonçant comme les plus disputées de son histoire et que la question religieuse occupait une place déterminante dans la campagne électorale, Ibrahim Ali n’avait pas hésité à appeler ses coreligionnaires musulmans à brûler les bibles en langue malaise, celles-ci utilisant le mot ‘Allah’ pour dire Dieu – fait considéré par ce leader extrémiste comme une mesure prosélyte destiné à semer le trouble dans l’esprit des musulmans pour les amener à apostasier leur foi islamique. L’appel avait été lancé à Penang, dans un Etat de la Fédération contrôlé par l’opposition, et d’importantes forces de police avaient été déployées.

L’autodafé n’avait pas eu lieu, mais le président du barreau de Malaisie avait demandé que des poursuites judiciaires soient engagées contre Ibrahim Ali pour « sédition ». Et, de fait, le procureur général avait ouvert un dossier d’instruction contre le chef de Perkasa pour « incitation à la haine religieuse », mais, une fois les élections passées, l’instruction n’était pas allée plus loin – laissant le dossier en suspens et provoquant ainsi la question parlementaire à laquelle Nancy Shukri vient de répondre.

La CFM, qui réunit la très grande majorité des dénominations chrétiennes du pays (dont l’Eglise catholique), se dit « scandalisée » par « le fait qu’un appel à brûler notre Sainte Bible puisse être considéré comme un acte de défense de l’islam ». Dans son communiqué, le président de la CFM ajoute que « sous aucun raisonnement logique ni aucune circonstance particulière, on ne saurait considérer qu’une menace ou un appel à perpétrer une action violente, à profaner les textes sacrés d’un autre citoyen malaisien puisse être tenu pour un acte défensif ».

Le responsable chrétien poursuit en disant « sa protestation la plus ferme » contre « la position totalement inexcusable adoptée par le gouvernement » et conclut en appelant tous les membres du Parlement « de bonne volonté, et quelle que soit leur appartenance ethnique, religieuse ou partisane » à s’unir pour voter une motion de censure contre la ministre qui a écrit une déclaration aussi « scandaleuse qu’irresponsable ».

  • 1
  • 2
Tags:
ChrétiensIslamMalaisie
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Timothée Dhellemmes
Les messes publiques reprendront samedi... ma...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement